239

online

Gheorghe Muresan Vs Boban Marjanovic

Gheorghe Muresan Vs Boban Marjanovic

 

Duel de génération compare une star actuelle avec son alter-ego du passé. Pour fêter Halloween, la chronique se transforme en galerie des horreurs et propose un affrontement sur-mesure entre le géant des Carpates, Gheorghe Muresan, noble descendant de la patrie de Dracula et le Croquemitaine des Balkans alias Boban Marjanovic.

Aujourd'hui dans l'arène, deux joueurs aux physiques singuliers, qui auraient eu une place de choix à bord du train fantôme, mais qui finalement ont opté pour une carrière de basketteur. David prendra de la hauteur pour défendre le roumain Gheorghe Muresan passé par les défunts Bullets. Dans l'autre coin, Sylvain chaussera les bottes de sept lieues de Boban Marjanovic, le nouvel épouvantail des Pistons.

 

  • Round 1 : Apport Offensif

 

David : Pour Halloween, on est allé vous dégoter un joueur au fin fond de la Transylvanie. Dans les Carpates, on ne trouve pas que des vampires... on y a trouvé en tout cas au moins un grand basketteur... Très grand même ! Du haut de ses 2m31, Gheorghe Muresan partage avec Manute Bol le record du plus grand joueur à avoir joué en NBA.
Né en 1971, le Roumain découvre le basket à 14 ans après que son dentiste, arbitre à ses heures perdues, lui ait fait découvrir ce sport. Ghorghe accroche immédiatement et rejoindra plus tard le club de son université de Cluj. Il participe alors aux championnats du monde junior au Canada où il se fait remarquer avec ses 23pts et 11rbds de moyennes.
Pau-Orthez remarque le jeune roumain et lui offre sa chance lors de la saison 1992-1993. Il terminera la saison avec 18pts et 10 rebonds de moyennes, de bonne augure pour la suite.

Si Gidza n'attire pas autant la NBA que Chris Webber, Penny Hardaway, Jamal Mashburn, Allan Houston ou l'autre grande perche de la draft 93 ; Shawn Bradley (2m29)... il est tout de même drafté au second tour par les Bullets (ancien Wizards pour les jeunots !). Il est même choisi avant Nick Van Exel ! Muresan commence alors avec une saison modeste avec 5pts, 3rbds et 1 contre de moyennes en 12 minutes par matchs. Il s'améliore les années suivantes pour passer à 10pts puis 14. Finalement, en 4 ans à Washington, il tourne à 10.6pts, 6.8rbds, 1.6ctrs et un énorme 57% de réussite aux shoots. Il finit deux années consécutives le joueur le plus adroit de la ligue. 

Les blessures gâchent le reste de sa carrière. Après deux saisons blanches (DNP en 97-98, 1 minute jouée avec les Nets en 98-99), il termine sa carrière avec 30 matchs jouées lors de la saison 1999-2000. Il y joue moins de 10 minutes par matchs et ses moyennes chutent à 3pts et 2rbds. Au terme de la saison, il rejoint l'Elan Bearnais, club qui l'a accueilli à ses débuts et pendant le lock-out de 1995. 

 

Sylvain : Boban Marjanovic voit le jour, en 1988, dans la plus grande nation européenne de la balle orange : la Yougoslavie. Un pays qui se distingue par son excellence basketballistique et sa détection des virtuoses dans un incroyable vivier de talents. Hélas, la Guerre des Balkans va rompre cette unité sportive. Le petit Boban devient citoyen Serbe et connaît une croissance accélérée. A 14 ans, il mesure déjà 2m09 et ne peut passer sous les radars des recruteurs. Le club d'Hemofarm l'engage et l'utilise très jeune dans la Ligue Adriatique. Les Pharmaciens (surnom de l'équipe) pensent avoir trouvé l'antidote fatal. Il faut dire que Boban défonce tout sur son passage en espoir, champion du monde en moins de 19ans et champion d'Europe en moins de 20 ans.

En toute logique, le prestigieux CSKA Moscou lui propose un contrat en 2010, mais l'éviction du coach Dusko Vujosevic entraîne sa chute. Boban retourne à la case départ dans le championnat serbe et enchaîne les clubs, tous ébahis par son potentiel. Il faut attendre son arrivée à l'Etoile Rouge Belgrade pour voir le pivot prendre une autre dimension. Elu MVP de la Ligue Adriatique trois saisons consécutives entre 2013 et 2015, le géant s'affiche désormais en Euroleague. Les plus grosses armadas du Vieux Continent découvre ce géant qui compile les double double comme d'autres enfilent des perles. La réputation du Malabar Serbe traverse l'Atlantique et les Spurs lui offrent un contrat pour la saison 2015-2016.

Le rookie de 27 ans est bien décidé à saisir cette opportunité après une expérience malheureuse avec les Hawks lors de la Summer League 2013. A son arrivée dans le Texas, Gregg Popovich déclare "Je ne sais pas qu'attendre de lui. Je sais juste qu'il est grand". Boban devra, donc, passer par la case bizutage avec un passage en D-League. Mais, rapidement ses prouesses à l'échelon inférieur forcent Pop à l'appeler à San Antonio, d'abord dans un rôle d'épouvantail des raquettes dans le garbage time. Son efficacité sur de courtes séquences incite son coach à l'utiliser de plus en plus. Ainsi, il va réaliser de véritables exploits comme ses 18 points, 4 rebonds en 17 minutes contre Philadelphie ou bien ses 17 points à 100% aux tirs en 14 minutes contre les Wolves. Il s'est même permis le luxe de réaliser des double-doubles : 17 points et 13 rebonds contre Phoenix et 13 points et 10 rebonds en 16 minutes contre Dallas et l'apothéose pour finir la saison 2016 avec 22 points et 12 rebonds toujours contre les Mavs. Fort de ces performances, Boban signe, cet été, un contrat à la hauteur de sa taille : il s'engage à Detroit pour 21 millions sur 3 ans... comme quoi même les géants ont le droit à leur conte de fée.

 

Résultats : 1-0 pour Muresan. Il est encore trop tôt pour le Boban. Même s'il a brillé avant les Etats-Unis, son prédécesseur est tout de même deux fois le joueur le plus précis de la NBA ! 

 

  • Round 2 : Polyvalence et Leadership

 

David : Avec Chris Webber, Rasheed Wallace et Juwan Howard dans l'effectif, Muresan n'avait pas vraiment les moyens d'être le leader de son équipe. Il s'est donc contenté, avec brio, d'être un pivot solide sur qui on peut compter. Pas besoin de marquer 20pts par match, l'équipe a déjà des scoreurs. Le tout, c'est de marquer quand il faut sans forcer. Les 57% de réussite en carrière de Gidza confirment à quel point il sélectionnait bien ses shoots. Malgré sa taille, sa présence en défense n'est pas bien reflétée par ses moyennes de rebonds (6.8) et de contres (1.6). Pourtant,un joueur de 2m31 dissuade forcément certaines attaques adverses. 

 

Sylvain : Malgré son envergure démesurée, Boban n’est pas forcément un top contreur. Avec 1,6 block sur 36 minutes, le géant est pénalisé par sa relative lenteur pour bâcher efficacement les attaquants. En revanche, sa seule présence est une force de dissuasion  et gêne considérablement les trajectoires des tirs des opposants. Il peut nettoyer le cercle sans même avoir à sauter. En attaque, un écran posé par le Serbe, crée automatiquement des boulevards pour ses coéquipiers. Mais, sa plus grande force se situe au rebond. Ramenée une nouvelle fois sur 36 minutes, sa moyenne explose à 13,6 prises. Avec ses larges abatis, Bobinator éloigne toute concurrence près du cercle. Déjà en Euroleague, le Golgoth Serbe régnait sans partage dans ce domaine : il détient le record du nombre de rebonds sur une saison avec 256 et du nombre de double-double toujours lors de l’exercice 2015 avec 16.

 

 

Résultats : 1-1, Boban revient au score. Le Serbe semble meilleur défenseur et rebondeur que le Roumain qui défendait surtout en intimidant grâce à sa taille.

 

  • Round 3 : Distinctions personnelles

 

David : En sept saisons dont deux blanches, Muresan n'a pas pu obtenir beaucoup de distinctions. Il n'a joué que trois matchs de playoffs pour se faire sweeper par les Bulls de Michael Jordan et Scottie Pippen.

La santé de Gheorghe ne lui a pas permis de rester très longtemps dans la ligue mais il a tout de même été deux fois le joueur le plus adroit de la ligue et Most Improved Player en 1996. Il a également permis à la Roumanie d'obtenir sa meilleure place toutes compétitions confondues en finissant 5ème aux championnats du monde Junior en 1991. 

 

Sylvain : En seulement une cinquantaine de matchs NBA, Boban n'a pas encore de palmarès de ce côté ci de l'Atlantique. Pour trouver trace de quelques titres, il faut replonger en Europe où ses deux titres internationaux chez les jeunes présagés déjà de futurs carnages dans la raquette. En Ligue Adriatique, Marjanovic cumule trois titres de MVP, deux coupes de Serbie et un trophée de champion avec l'Etoile Rouge. Dans ses pérégrinations européennes, Bobinator a même raflé un titre de champion de la Ligue Baltique avec le Zalgiris Kaunas en 2011. Ses cartons en Euroleague ont débouché sur quelques records. : son évaluation moyenne en 2015 dans cette compétition (25,67) est la meilleure depuis 10 ans.

 

Résultats : 2-1. En NBA, le palmarès des deux joueurs est famélique. Boban a pourtant étoffé le sien avant de rejoindre la grande ligue pendant que Muresan n'a jamais rien gagné. Avantage Boban !

 

  • Round 4 : La technique

 

David : Muresan n'était pas simplement grand. S'il n'était pas très rapide, il avait de plutôt bonnes mains lors de ses belles années à Washington. Des mains "sûres" en fait ! Lorsqu'il contrait, il ne se contentait pas simplement de basher la balle, il arrivait souvent à la conserver. En attaque, Gidza possédait une belle panoplie de moves et on le voyait souvent marquer en hook ou changer de main pendant un drive. Le dunk n'était pas son principal avantage même s'il n'avait pas à décoller énormément pour smasher la balle dans le cercle.

 

 

Sylvain : On est jamais mieux servi que par soi-même. La plupart de ses points, Marjanovic va les chercher au rebond offensif, où en guise de deuxième chance, il punit immédiatement par un dunk dévastateur les défenseurs trop laxistes. Et si d’aventure, un coéquipier arrive à le servir près du cercle, le géant n’a plus qu’à écraser la gonfle dans le panier en levant simplement le bras. Sa formation dans l’ex-Yougoslavie lui assure une bonne maîtrise des fondamentaux. Plutôt adroit pour un big man de sa trempe, Boban possède un bon toucher de balle malgré des paluches qui n’ont rien à envier à La Chose dans la Famille Adams. A l'élégance, Marjanovic préfère l'efficacité : ses 60% de réussite dans les tirs de champs et 76,3% aux LF témoignent pour lui. Il s'est même permis le luxe d'être le leader à l'Efficiency Rating de la cuvée rookie 2015 avec 27.3.

 

Résultats : 3-1. Boban prend le large grâce à sa formation en Europe. Le Serbe semble mieux maîtriser les fondamentaux que ne savait le faire le géant des Carpates. On attaque donc le dernier round en connaissant déjà le vainqueur de ce duel de générations.

 

  • Round 5 : Impact sur le basket et vie extra-sportive

 

David : Muresan est grand et en était fier. Sa taille, il l'affichait chaque soir sur son maillot floqué 77, il mesure en effet 7"7. Plus grand joueur a avoir foulé un terrain NBA avec le grand Manute Bol, ce genre de record marque comme le mètre 59 de Muggsy Bogues

S'il n'a à son palmarès qu'un titre de MIP qui confirme la malédiction de ses lauréats... Muresan a aussi été le joueur le plus adroit de la NBA à une époque où Shaquille O'Neal sévissait !

Gheorghe Muresan, c'est aussi le marionnettiste ventriloque qui manipule le Slim Shady. Redécouvrez-le dans "My Name is",  le clip d'Eminem ! En 1998, il partageait l'affiche avec Billy Crystal et Steven Seagal dans le film "Le géant et moi". 

 

Sylvain : Avec son physique digne d'un méchant dans un James Bond et sa dégaine très singulière sur le parquet, Boban a ravi le cœur des fans de San Antonio. Le public en a fait sa coqueluche au point de réclamer son entrée en jeu à Popovich et scander MVP lorsque l'intérieur se retrouve derrière la ligne des lancers. Une hystérie collective qui a même débouché sur la création du compte Twitter @DidBobanPlay pour ne rien rater des péripéties du serbe dans la Grande Ligue. Une image de gentil géant que Boban alimente sur les réseaux sociaux, comme avec ses photos de vacances postées sur son compte Instagram. On peut y voir le gentil géant prendre du bon temps à Kingston, jouer à cache cache derrière les grandes herbes jamaïcaines en arborant un T-Shirt de Bob Marley des plus saillants. Preuve de sa notoriété grandissante, le pivot des Pistons a même pris la pose en compagnie de Sylvester Stallone. L'étalon italien paraît bien fluet au côté du colosse des Balkans.

 

Résultats : 3-2. Gheorghe sauve l'honneur avec le dernier round. Quoiqu'il arrive, on n'enlèvera jamais à Muresan ses 2m31 et les fans n'oublieront pas un joueur de cette taille avant qu'un type de 2m40 débarque un jour en NBA !

 

Article rédigé par Sylvain Hermer et David Kalmes

 

Episode 30 : Tracy McGrady Vs Kevin Durant
Episode 29 : Michael Jordan Vs Kobe Bryant
Episode 28 : Kareem Abdul-Jabbar Vs Hakeem Olajuwon
Episode 27 : Wilt Chamberlain Vs Shaquille O'Neal
Episode 26 : Rick Barry Vs Jon Barry Vs Brent Barry
Episode 25 : Dell Curry Vs Stephen Curry Vs Seth Curry
Episode 24 : Dominique Wilkins Vs Gerald Wilkins Vs Damien Wilkins
Episode 23 : Pau Gasol Vs Marc Gasol
Episode 22 : Doc Rivers Vs Austin Rivers
Episode 21 : Bill Walton Vs Luke Walton
Episode 20 : Brook Lopez Vs Robin Lopez
Episode 19 : Joe Bryant Vs Kobe Bryant
Episode 18 : Mike Dunleavy Sr Vs Mike Dunleavy Jr
Episode 17 : Elgin Baylor Vs Charles Barkley
Episode 16 : Steve Kerr Vs Tyronn Lue
Episode 15 : Antoine Walker Vs Kevin Love
Episode 14 : Ray Allen Vs Klay Thompson
Episode 13 Tim Hardaway Vs Kyrie Irving
Episode 12 : Bulls 1996 Vs Warriors 2016
Episode 11 : Lakers 2001 Vs Thunder 2016
Episode 10 : Julius Erving Vs Vince Carter
Episode 9 : Alonzo Mourning Vs Dwight Howard
Episode 8 : Larry Bird Vs Dirk Nowitzki
Episode 7 : John Starks Vs Jimmy Butler
​Episode 6 : Magic Johnson Vs LeBron James
Episode 5 : Scottie Pippen Vs Kawhi Leonard
Episode 4 : Dennis Rodman Vs Draymond Green
Episode 3 : Shawn Kemp Vs Blake Griffin
Episode 2 : Allen Iverson Vs Russell Westbrook
Episode 1 : Reggie Miller Vs Stephen Curry

Ailleurs sur le web
Votre avis ()