Bill Walton Vs Luke Walton

1333
lectures
Avis

Le talent est bien souvent une histoire héréditaire. En ce mois de septembre, Duel de Génération propose une série spéciale de confrontations familiales. Des premiers shoots sur le panier au fond du jardin aux highlights des parquets NBA, Inside Basket retrace le parcours des grandes lignées de basketteurs.

Suite des duels familiaux sur Inside Basket. Aujourd'hui, on s'intéresse à la famille Walton. Sylvain a choisi de défendre Bill Walton contre David qui ripostera avec Luke Walton, le fiston.

 

  • Bill Walton

 

N'en déplaise à Blake Griffin ou Matt Bonner, le meilleur rouquin de l'Histoire NBA reste Bill Walton. En plein flower power des seventies, le géant marque toute une époque et laisse son empreinte dans le monde du basket. Une légende qui commence en NCAA, chez les Bruins de UCLA où Walton est à l'origine d'une hégémonie universitaire sans précédent. Sous les ordres du coach mythique John Wooden, la fac de Los Angeles enregistre une série de 88 victoires consécutives ! Bill participe à deux campagnes glorieuses en 1972 et 1973 qui débouchent sur le titre NCAA sans connaître la moindre défaite. Mieux, UCLA écrase la concurrence avec une marge de 30 points d'écart en moyenne. En 1973, Walton lamine les raquettes adverses en tournant à plus de 20 points et 17 rebonds et réalise la performance la plus étourdissante lors de la finale : il score 44 points (sur les 87 de son équipe) avec un hallucinant 21 sur 22 aux tirs !

 

Après de telles performances, le Grand Bill est choisi logiquement en première position de la draft suivante. Direction l'Oregon où les Blazers l'attendent comme le sauveur d'une franchise moribonde. Pourtant l'impact n'est pas immédiat et les playoffs pas pour tout de suite : Walton enchaîne les pépins physiques et passe son temps à l'infirmerie les deux premières saisons. Il faut attendre l'année 1977 pour le voir prendre son envol. Il devient la référence des pivots en NBA et domine la Ligue au rebond (14.4) et au contre (3.2). Les Blazers se qualifient enfin pour la post-saison et éliminent les cadors de l'Ouest pour filer en finale. Face aux 76ers de Julius Erving, Portland, mené 2 à 0, est dos au mur. C'est dans l'adversité qu'on reconnaît les champions et Walton en est un. Sous son impulsion, les Blazers galvanisés renversent la vapeur et l'emportent 4 à 2. Il est élu MVP des Finals avec des stats à faire peur : 19 points, 19 rebonds, 5 passes et presque 4 contres. La saison suivante, Walton marche sur la Ligue en remporte le titre de MVP, mais blessé en playoffs, Portland se fait sortir par les Sonics. Le début de la fin pour le géant.

 

Estimant que la franchise de l'Oregon gère mal ses blessures, il demande son transfert aux Clippers. L'air de la Californie ne soigne pas plus ses plaies. Bill enchaîne les bobos et passe plus de temps en convalescence que sur les parquets. Il rate 161 matchs en quatre saisons passées à Los Angeles. A 33 ans, Walton tente un baroud d'honneur chez les Celtics de Larry Bird & Co. Subitement, Walton renaît de ses cendres et devient le joker de luxe de Boston. Il s'adjuge le Trophée de Meilleur 6ème Homme et décroche une seconde bague de champion NBA en 1986 en disposant des Rockets en finale. L'heure de la retraite sonne peu après suite à une ultime blessure à la cheville. Il se reconvertit avec succès derrière le micro de NBC puis d'ESPN pendant 19 ans.

 

 

  • Luke Walton

 

Luke Walton a effectué tout son cursus universitaire avec les Wildcats d'Arizona. Discret pendant deux saisons avec une poignée de points marqués chaque soir, il atteint finalement les 15pts de moyennes en troisième année, en plus de ses 7rbds et 6pds. Ses stats intéressantes baissent dans sa dernière année de fac où il chute à 10pts 5rbds et 5pds. Des statistiques sommes toutes correctes mais Luke s'inscrit à la légendaire draft 2003 ! Les équipes n'ont d'yeux que pour LeBron James, Darko Milicic, Carmelo Anthony, Chris Bosh et Dwyane Wade. Des beaux noms circulent encore entre Chris Kaman, Boris Diaw (cocorico !), Kirk Hinrich, Mickael Pietrus (re-cocorico !), Leandro Barbosa, David West et Josh Howard. C'est finalement en début de second tour que les Lakers mettent la main sur Luke avec le 32ème choix. Ils avaient déjà sélectionné Brian Cook avec le 24ème. 

Luuuuke arrive donc dans l'équipe sur-médiatisée du moment, en même temps que Gary Payton et Karl Malone. A ces deux superstars, on ajoute bien sûr le duo Kobe Bryant, Shaquille O'Neal et il devient difficile pour le jeune Walton de s'imaginer toucher le ballon cette année. Le poste d'ailier est confié à Rick Fox et son intérimaire Devean George, Luke se contentera de 10mn par matchs avec 2pts de moyenne en 72 rencontres.

 

Par la suite, Luke ronge son frein sur le banc des Lakers. Il assiste au départ du Shaq, à l'arrivée de Lamar Odom, aux solos de Kobe (dont ses 81pts). Il parvient finalement à être titularisé en 2006, cette année est sa meilleure sur le plan personnel, il joue 60 matchs, tous en tant que titulaire pour 11pts de moyennes. 
Par la suite, les Lakers reviennent dans la course au titre avec le retour de Phil Jackson, l'éclosion d'Andrew Bynum, l'explosion d'Odom et l'arrivée de Pau Gasol. Kobe est au top de sa forme, les jeunes Jordan Farmar, Sasha Vujacic, Shannon Brown et Trevor Ariza se sont fait une place dans l'effectif et les stats et le temps de jeu de Luke baissent forcément. Mais Walton reste une pièce importante de l'effectif avec son intelligence de jeu. Il apporte toujours des points, rebonds et passes du banc. C'est un joueur collectif et intelligent, un beau relais sur le parquet entre le coach et les joueurs. Walton et les Lakers atteignent donc trois fois de suite les finales NBA pour une défaite contre les Celtics, une Victoire contre le Magic et une revanche gagnée face aux Celtics. Lors de son premier titre, c'est Luke lui-même qui conseille à Jackson de titulariser Ariza à sa place, encore une preuve du Q.I basket du joueur, déjà coach avant l'heure. 
Après ces deux titres gagnés, la carrière de Luke bat de l'aile. Son temps de jeu avait déjà baissé avec l'arrivée de Ron Artest, il n'augmentera plus par la suite. L.A l'échange finalement contre Ramon Sessions et Chris Eyenga. Direction Cleveland pour Luke qui terminera sa carrière là-bas à 32 ans avec seulement 3pts de moyennes sur 70 matchs en deux ans.

 

Commence alors une nouvelle vie pour Luke qui devient assistant coach pour les Warriors. De 2014 à 2016, il apprend bien plus que les ficelles du métier d'entraîneur. Il se retrouve très vite propulsé coach intérim pendant le repos forcé de Steve Kerr et il est à la tête de l'équipe qui commence cette saison par une série de 24 victoires ! Bien sûr, le talent est présent dans l'effectif, mais à ce niveau, ce n'est plus une question d'opportunité. Les joueurs n'ont pas manqué de saluer l'importance de leur stratège durant cette saison record soldée par 73 victoires et les Lakers n'ont pas hésité une seconde à confier à Walton le poste de Head Coach pour l'an prochain. Là-bas, il pourra montrer son intelligence du jeu en encadrant D'Angelo Russell, Julius Randle et Brandon Ingram. Presque facile après avoir entraîné Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green !

 

 

  • Bilan

 

Entre le père et le fils, pas de match au niveau du palmarès individuel. Bill possède une liste de records impressionnants en NCAA puis en NBA : 1 titre de MVP, 1 titre de MVP des Finals, 1 titre de meilleur 6ème Homme, 2 étoiles de All Star et 2 sélections dans la All-Defensive First Team. Intronisé au Hall of Fame, il a même été élu dans la liste des 50 meilleurs joueurs de tous les temps en 1996. Sur le plan collectif, l'avantage revient à Luke. Avec 3 bagues de champions, dont une acquise sur le banc des Warriors, le fiston dépasse son père. En terme de longévité sur le terrain également. Bill détient le triste record du plus grand nombre de matchs manqués sur une carrière. Les blessures à répétition ont en partie gâché son potentiel qui ne s'est exprimé qu'en pointillé. Au contraire, Luke, certes moins talentueux que son aîné, a eu le physique et l'intelligence de jeu pour tenir 11 longues saisons dans la Ligue. Preuve que la poisse n'est pas héréditaire. La reconversion de Luke est également à l'opposé de son paternel, préférant le banc au micro. Son succès récent à la barre des Warriors lui donne le vent en poupe. Si le gamin parvient à redresser la franchise des Lakers, il pourrait bien hisser son prénom au même rang que son père.

 

Episode 20 : Brook Lopez Vs Robin Lopez
Episode 19 : Joe Bryant Vs Kobe Bryant
Episode 18 : Mike Dunleavy Sr Vs Mike Dunleavy Jr
Episode 17 : Elgin Baylor Vs Charles Barkley
Episode 16 : Steve Kerr Vs Tyronn Lue
Episode 15 : Antoine Walker Vs Kevin Love
Episode 14 : Ray Allen Vs Klay Thompson
Episode 13 Tim Hardaway Vs Kyrie Irving
Episode 12 : Bulls 1996 Vs Warriors 2016
Episode 11 : Lakers 2001 Vs Thunder 2016
Episode 10 : Julius Erving Vs Vince Carter
Episode 9 : Alonzo Mourning Vs Dwight Howard
​​Episode 8 : Larry Bird Vs Dirk Nowitzki
Episode 7 : John Starks Vs Jimmy Butler
​Episode 6 : Magic Johnson Vs LeBron James
Episode 5 : Scottie Pippen Vs Kawhi Leonard
Episode 4 : Dennis Rodman Vs Draymond Green
Episode 3 : Shawn Kemp Vs Blake Griffin
Episode 2 : Allen Iverson Vs Russell Westbrook
Episode 1 : Reggie Miller Vs Stephen Curry

Ailleurs sur le web