Mike Dunleavy Sr Vs Mike Dunleavy Jr

1630
lectures
Avis

Le talent est bien souvent une histoire de tradition familiale. En ce mois de septembre, Duel de Génération propose, donc, une série spéciale de confrontations père/fils. Des premiers shoots sur le panier au fonds du jardin aux highlights des parquets NBA, Inside Basket retrace le parcours des grandes lignées de basketteurs.

Pour lancer la série, un détour du côté des Dunleavy. Sylvain représentera Mike Dunleavy Sr, ancien meneur des Rockets puis coach à succès dans les années 90's et 2000. Quant à David, il s'occupera de Mike Dunleavy Jr, le shooteur vétéran de 35 ans, fraîchement débarqué aux Cavaliers.

 

  • Mike Dunleavy Sr

 

Habile balle en main et doté d'une adresse naturelle, Mike Dunleavy Sr oscille tout au long de sa carrière entre le poste de meneur et celui d'arrière. Malgré un cursus excellent au lycée new-yorkais de Nazareth, son arrivée en NBA s'apparente à un chemin de croix. Ses statistiques banales à la petite fac de South Carolina (14.3 points et 3.1 rebonds) lui permettent tout juste de mettre un orteil dans la Grande Ligue : il est drafté en 1976 par Philadelphie au 6ème tour en 99ème position !

 

Il fait ses gammes auprès de Julius Erving et participe aux Finales NBA dès son année rookie. Son temps de jeu limité (6 minutes par match) ne lui permet pas d'éviter la défaite des 76ers contre Portland. L'année suivante, Dunleavy est transféré du côté de Houston. Dans le Texas, le meneur s'impose petit à petit au poste de titulaire en alimentant la star locale, Moses Malone. En 1981, il réalise une saison solide (10.5 points à 49,1% aux tirs et 3.6 passes) et retrouve le chemin des Finales, cette fois opposé aux Celtics de Larry Bird. Sa prestation dans le Game 4 est le point d'orgue de sa carrière. Avec 28 points, Dunleavy redonne espoir aux Rockets. Mais, les Texans échouent finalement contre les C's et le meneur change de nouveau de conférence en posant ses valises à Milwaukee. Il finira sa carrière chez les Bucks où il réalise sa meilleure production au scoring (11.2 points), à la passe (5.5 passes) et décroche même la pole position de la NBA à l'adresse à 3 points en 1983.
 

 

En 1987, ces mêmes Bucks vont lui offrir sa première place sur un banc NBA en tant qu'assistant. Auréolé d'une bonne réputation, les Lakers lui donnent les rênes de l'équipe quatre ans plus tard. Avec Magic Johnson et James Worthy à ses côtés, Dunleavy se hisse une nouvelle fois en Finale dès sa première année en tant que head coach. Mais ses rêves de bague s'envolent encore, Los Angeles butant sur un certain Michael Jordan. Après un retour au bercail chez les Bucks, il reprend en main la franchise des Blazers en 1997. Dans un effectif riche en talents et en caractères bien trempés, Dunleavy parvient à faire de Portland, une place forte de la Conférence Ouest et décroche le Graal en 1999 avec un titre de Coach of the Year. Mais, les défaites en playoffs auront finalement la tête de l'entraîneur. En 2003, il rebondit une dernière fois à Los Angeles, chez les Clippers cette fois-ci. La franchise est moribonde depuis des décennies et Dunleavy va contribuer au redressement des Californiens. Il emmène les siens en playoffs en 2006 et gagne même une série contre les Nuggets, la première dans l'histoire de la franchise depuis son arrivée à L.A. Il laisse le flambeau en 2010 et reste à ce jour sans activité de coaching.

 

  • Mike Dunleavy Jr

 

Après trois tirs à 3pts convertis en 46 secondes par Mike Dunleavy Jr., Duke devient Champion NCAA en 2001. Dunleavy fils débarque logiquement chez les pros dès l'année suivante.

Drafté en 3ème position lors de cette mémorable cuvée 2002 (Si, Si, Yao Ming, Amar'e Stoudemire... Carlos Boozer... Luis Scola...), Mike arrive à Golden State. Aux côtés de Gilbert Arenas, Antawn Jamison, Erick Dampier ou encore Jason Richardson, le jeune ailier peine à marquer plus de 5pts par matchs. Les choses changent dès la saison suivante et Dunleavy devient titulaire pendant 69 matchs. Il passe à 11pts de moyennes et maintient ce rythme durant trois saisons.

Il est finalement échangé avec les Pacers en janvier 2007. Jr est décalé au poste d'arrière et il réalise sa meilleure saison à Indiana. 19pts avec un beau 42% à 3pts en 2007-2008. La saison suivante, il chute à 15pts et les blessures l'empêchent de disputer plus de 18 matchs.

 

Par la suite, la carrière de Mike prend un tournant puisqu'il redevient remplaçant et ne parvient plus à réitérer les exploits de sa belle saison 2007-2008. Il passe tout de même cinq ans à Indianapolis pour 14pts de moyennes. Après le lock-out, il rejoindra les Bucks et continuera d'artiller en sortie de banc pour 11pts de moyennes. C'est à Milwaukee qu'il aura été le plus adroit derrière la ligne avec 41% de réussite sur deux ans. 

Il faudra attendre 2013 et son arrivée à Chicago pour que Mike Dunleavy Jr. retrouve une place de titulaire durable. Aux côtés de Derrick Rose, Kirk Hinrich, Jimmy Butler, Carlos Boozer et Joakim Noah, il est titulaire 126 matchs en deux ans. Il continue d'être fiable à l'extérieur avec des moyennes d'environ 40% et une dizaine de points marqués par matchs. Les blessures le rattrapent malheureusement et cette année, Mike n'a pu jouer que 31 matchs... pour 30 titularisations.

 

Mike Dunleavy Jr. n'est pas un joueur très flashy, pourtant, il a montré durant sa carrière qu'il pouvait être très fiable. Si les blessures ont ralenti sa progression, il reste un joueur de 2m06 très habile au shoot, capable de prendre quelques rebonds et dont les coachs apprécient la polyvalence et l'intelligence. C'est d'ailleurs ces points qui ont poussé les Cavaliers à le recruter pour tenter le back-to-back. Reste à savoir exactement quel rôle Mike aura aux côtés du Roi LeBron James.

 

 

  • Bilan

Chez les Dunleavy, la principale marque de fabrique reste l'adresse. Si le tir à 3 points n'était pas encore sur-utilisé à l'époque du père, ce dernier a squatté plusieurs années durant le haut du podium des artilleurs longue distance. Quant au fils, avec un pourcentage flirtant avec les 38% en carrière, il n'a plus à prouver son efficacité derrière l'arc. Au niveau des statistiques, le fiston dépasse son père au scoring (11,5 points contre 8.0) et au rebond (4.4 prises contre 1.6). Plus grand, le néo Cavalier a navigué dans la Ligue au poste d'ailier, alors que l'ex Rocket s'est révélé au poste de meneur. Avantage à Mike Dunleavy Sr, par contre, sur le plan du palmarès. En atteignant à trois reprises les Finales NBA, il a connu l'ivresse des très grandes campagnes de playoffs, sans toutefois remporter de bagues. Stratège reconnu sur les bancs NBA, Dunleavy Sr est consacré par un titre de Coach of the Year et reste l'homme qui a redonné le goût de la victoire à la franchise des Clippers.

 

Episode 17 : Elgin Baylor Vs Charles Barkley
Episode 16 : Steve Kerr Vs Tyronn Lue
Episode 15 : Antoine Walker Vs Kevin Love
Episode 14 : Ray Allen Vs Klay Thompson
Episode 13 Tim Hardaway Vs Kyrie Irving
Episode 12 : Bulls 1996 Vs Warriors 2016
Episode 11 : Lakers 2001 Vs Thunder 2016
Episode 10 : Julius Erving Vs Vince Carter
Episode 9 : Alonzo Mourning Vs Dwight Howard
​​Episode 8 : Larry Bird Vs Dirk Nowitzki
Episode 7 : John Starks Vs Jimmy Butler
​Episode 6 : Magic Johnson Vs LeBron James
Episode 5 : Scottie Pippen Vs Kawhi Leonard
Episode 4 : Dennis Rodman Vs Draymond Green
Episode 3 : Shawn Kemp Vs Blake Griffin
Episode 2 : Allen Iverson Vs Russell Westbrook
Episode 1 : Reggie Miller Vs Stephen Curry

Ailleurs sur le web