213

online

Home Sweet Home : Los Angeles

Home Sweet Home : Los Angeles

  

Et si les joueurs NBA revenaient dans leur région de naissance... Pendant le mois d'août, Inside Basket vous propose un grand voyage à travers les Etats Unis pour découvrir à quoi ressembleraient ces franchises. Aujourd'hui, escale à Los Angeles, première partie de la Californie.

  • MENEUR: Russell Westbrook

stats: 22.7 points, 6.2 rebonds, 7.9 passes

record contre les Clippers: 38 points le 13 mai 2014

 

Quel joueur... Beaucoup d'entre nous sont encore sous le choc de cette saison 2016-2017 de ce monstre. Depuis 1962, aucun joueur n'avait terminé une saison en triple double et pourtant, Russell Westbrook l'a fait. Cette histoire entre les statistiques, la balle orange, ce monstre et le Thunder d'Oklahoma City a débuté en 2008 quand Seattle l'a drafté en quatrième position juste avant de déménager. A cette époque, Kevin Durant était déjà là , James Harden allait arriver l'été suivant et ce trio faisait saliver plus d'un fan, même si l'on imaginait pas encore quels sommets ils pouvaient atteindre. Depuis la draft en question, le Thunder joue quasiment toujours les playoffs, participant même à une finale en 2012 mais, tombant face à un roi en quête de son premier titre, la jeunesse de cet effectif a du s'incliner. Russell Westbrook a depuis continué les saisons monumentales, terminant deux fois meilleur scoreur de la saison régulière même si son côté personnel dans le jeu agace parfois les gens. Joueur exceptionnel comme le montre ses 6 All NBA Team et ses 6 All Star Game, Brodie vient de remporter son premier titre de MVP après cette saison fantastique individuellement parlant et tout le monde l'attend au tournant l'an prochain, avec un certain Paul George à ses côtés. A lui de continuer sur cette lancée pour espérer un jour remporter le titre suprème. 

 

 

  • ARRIERE: JAMES HARDEN

stats: 22.1 points, 5 rebonds et 5.7 passes

record contre les Clippers: 46 points le 7 novembre 2015

 

En parlant de l'ancienne époque du Thunder, voici James Harden. Aussi né en californie, l'arrière/meneur des Rockets forme avec Russell Westbrook la ligne arrière parfaite pour cette équipe. La barbe a été drafté en 2009 par OKC et est resté 3 ans avec Kevin Durant et compagnie avant de devoir faire ses valises, le Front Office devant faire un choix entre Westbrook, Ibaka et lui. Depuis, Harden a énormément progressé à Houston, devenant candidat au MVP toutes les saisons (mais échouant toujours de peu) et même si sa défense fait encore et toujours parler, le bonhomme a une palette offensive absolument incroyable et quasiment unique. Auteur d'une saison superbe à 29 points, plus de 11 passes et 8 rebonds, la barbe a même réalisé le plus gros triple double de l'histoire, terminant avec 53 points, 16 rebonds et 17 passes le soir de nouvel an. Désormais en quête d'un titre NBA avec Mike D'Antoni et les Rockets, il va former un duo qui s'annonce fantastique avec Chris Paul qui vient de le rejoindre. Même s'il est loin d'avoir sa carrière terminée, Harden a déjà montré des choses magnifiques, lui permettant d'être 5 fois All Star ou encore rookie de l'année et on espère bien qu'il ne s'arrêtera pas là. 

 

 

  • AILIER: KAWHI LEONARD

stats: 16.4 points, 6.2 rebonds, 2.3 passes

record contre les Clippers: 32 points le 24 avril 2015

 

Voici le troisème et dernier joueur complétant le podium du MVP cette année. Kawhi Leonard est aussi né à L.A et a été drafté en 2011 par les Pacers, avant que les Spurs ne flairent le bon coup et l'échange contre George Hill. Depuis, The Claw a parcouru beaucoup de chemin, progressant parmi les plus grands et devenant ce qu'il est aujourd'hui. Très peu connu par le grand public lors de sa draft, il a su se développer aux côtés de Tony Parker et Tim Duncan et grâce à Gregg Popovich pour devenir le monstre qu'il est aujourd'hui mais aussi un joueur déterminant dans la quête d'un titre comme le montre son trophée de MVP des finales en 2014 lors de la victoire finale face au Heat de LeBron James. Au contraire de ses deux comparses du backcourt, Kawhi est un monstre défensif, double vainqueur du trophée de défenseur de l'année et sans aucun doute meilleur défenseur actuel de la ligue et probablement un top 5 all time à la fin de sa carrière. De plus, il a prouvé depuis la retraite de Duncan qu'il pouvait aussi porter son équipe de l'autre côté du terrain et il a montré des facettes de son jeu que l'on imaginait pas. Devenu l'un des meilleurs si ce n'est le meilleur two-way player de la ligue, Kawhi Leonard mérite amplement sa place dans le cinq majeur de cette équipe. 

 

  • AILIER FORT: KEVIN LOVE

stats: 19 points, 11.1 rebonds, 1.9 passes

record contre les Clippers: 45 points le 22 décembre 2013

 

Encore un joueur actuel avec Kevin Love qui est le poste 4 de cette équipe. Pas aussi bien fournie à l'intérieur qu'à l'extérieur, la Californie n'en reste pas moins une terre de basket et Kevin Love est un très bon basketteur. Drafté en 2008 par les Grizzlies, il ira immédiatement chez les Wolves afin d'y jouer ses 6 premières saisons. Très rapidement, les fans voient le potentiel de ce gros rebondeur/shooteur et voient en lui une certaine relève de Kevin Garnett (même si, personne ne remplacera Garnett). Kevin Amour est le go-to-guy de cette équipe et montre toutes ses qualités en posant des stats monstrueuses (plus de 15 rebonds de moyenne en 2011) mais jamais il n'apportera réellement de gros résultats collectifs aux Wolves, lui valant cette étiquette de joueur qui stat sans faire gagner. Au bout de six saisons dans le Minnesota, Kevin Love profitera du retour de LeBron James à Cleveland pour le rejoindre dans l'Ohio contre Andrew Wiggins. Comme tout le monde le sait, il jouera trois finales aux côtés du king, gagnera un titre devenu légendaire et est encore un cavs aujourd'hui, même si personne ne sait de quoi sera fait le futur. Quatre fois All Star et Most Improved Player en 2011, Kevin Love est un solide poste 4 pour cette équipe. 

 

  • PIVOT: BILL WALTON

stats: 13.3 points, 10.5 rebonds, 3.4 passes

record contre les Lakers: 28 points le 18 décembre 1976

 

Père de l'actuel coach des Lakers, Luke, Bill Walton est un pivot des années 1970 très sous-estimé. Rarement on entend parler de lui dans la discussion des meilleurs pivots de l'histoire et même s'il ne grattera jamais un top 5, il fait partie du haut du panier de ce poste si légendaire au basket. Drafté par les Blazers en première position de la draft 1974 après avoir fait ses études à UCLA (où il remportera d'ailleurs le championnat universitaire en scorant 21 de ses 22 tentatives en finale, une des perfs les plus légendaires de l'histoire), Bill Walton s'imposera très rapidement dans l'Oregon apportant à la franchise son premier titre NBA en 1977. Il finira évidemment MVP des finales et enchainera la saison suivante sur le même niveau. Malheureusement, une blessure au pied le stoppera net dans son élan après 56 matchs. Malgré cela, il terminera MVP de la saison 1978, sa dernière complète avec les Blazers. La descente aux enfers continuera pour le pivot, enchainant les blessures au pied, alors même qu'il choisi de venir jouer dans sa région natale chez les Clippers. Il essayera tant bien que mal de jouer mais les blessures l'en empêcheront et il choisit de racheter son propre contrat en 1985 afin de rejoindre les Celtics de Bird. Repositionner en sixième homme, Walton n'a plus l'impact qu'il avait auparavant mais arrive à remonter la pente progressivement et terminera même sixième homme de l'année en 1986 avant de gagner un second titre NBA puis de prendre sa retraite en fin de saison 1987. Hall Of Famer, Bill Walton a connu une carrière plein de galère et de succès mais mérite sans débat possible cette place dans le cinq de Los Angeles. 

 

  • LE BANC

Dennis Johnson : 14.1 points, 3.9 rebonds, 5 passes

Reggie Miller : 18.2 points, 3.0 rebonds, 3.0 passes

Paul George : 18.1 points, 6.3 rebonds, 3.2 passes

Sidney Wicks : 16.8 points, 8.7 rebonds, 3.2 passes

Kevin Willis : 12.1 points, 8.4 rebonds, 0.9 passes

 

Pour le coup, on pourrait difficilement faire mieux comme banc étant donné que chacun de ces joueurs aurait pu se retrouver à la place de titulaire d'une équipe. Le meneur de cette second unit n'est autre que Dennis Johnson, poste 1-2 des grandes années des Celtics. Avant de se retrouver aux côtés de Larry Bird et de gagner 3 titres de champions dont un en étant MVP des finales, Dennis Johnson a fait les beaux jours des Sonics et des Suns où il fera les meilleures saisons individuelles de sa carrière (environ 18 points de moyenne). Par la suite il rejoindra donc les Celtics où il sera encore plus apprécié pour ses incroyables talents défensifs (9 All défensive team) avant de prendre sa retraite et de finir au Hall OF Fame. Au poste 2 de ce banc, et excusez du peu, Reggie Miller. La légende de l'indiana, du shoot et du trashtalking a passé toute sa carrière chez les Pacers, jouant deux finales (perdues) et étant notamment réputé pour sa rivalité avec les Knicks et Spike Lee. Multiple All Star, Hall Of Famer, Reggie Miller aurait même pu être titulaire sans que cela ne choque. A l'aile, un autre pacers en la personne de Paul George. Paulo a une carrière très impressionante pour l'instant et devra faire ses preuves dans sa nouvelle équipe d'OKC (avant d'aller aux Lakers?). MIP en 2013, 4 fois All Star et 3 fois All NBA, il ne manque vraiment qu'un titre de MVP et un titre NBA à cet ailier au jeu magnifique. A l'intérieur, deux joueurs moins connu mais tout aussi impressionant en la personne de Sidney Wicks et Kevin Willis. Le premier a été rookie de l'année en 1972 et multiple All Star pendant qu'il faisait les beaux jours des Blazers avant de rejoindre les Celtics puis les Clippers pour revenir chez lui. Le second n'a été qu'une fois All Star mais il a réussi à récupérer un titre de champion avec les Spurs en 2003 avant de prendre sa retraite après 20 ans de carrière. Une carrière d'une régularité impressionnante pour ce pivot souvent oublié quand on parle des années 90.

 

 

  • LE LOCAL DE L'ETAPE: KLAY THOMPSON

stats: 19.1 points, 3.3 rebonds, 2.3 passes

 

Très très longue hésitation pour le local de l'étape tant il y avait de possibilités. Gail Goodrich aurait mérité sa place, Baron Davis aussi tout comme Demar DeRozan, Michael Cooper, Paul Westphal ou dans une moindre mesure, Gilbert Arenas. Pourtant, le choix final fut porté sur Klay Thompson pour ses compétences des deux côtés du terrain notamment. Excellent défenseur, incroyable shooteur, Klay Thompson a tout pour reussir une carrière parfaite, très bien entamée avec deux titres de champion avec les Warriors. Pourtant malgré toutes ses qualités, peu de monde arrive à le voir comme un réel Franchise Player. Déjà triple All Star, double All NBA, Klay a montré cette saison qu'il pouvait prendre feu à n'importe quel moment, comme le montre ses 60 points en moins de 30 minutes. Absolument indispensable chez les Warriors, Thompson est le local de l'étape de cette équipe de Los Angeles. 

 

 

Etape 25 : Phoenix
Etape 24 : Denver
Etape 23 : San Antonio
Etape 22 : Dallas
Etape 21 : Houston
Etape 20 : New Orleans
Etape 19 : Oklahoma
Etape 18 : Minnesota
Etape 17 : Toronto
Etape 16 : Milwaukee
Etape 15 : Chicago
Etape 14 : Indiana
Etape 13 : Detroit
Etape 12 : Cleveland
Etape 11 : Memphis
Etape 10 : Miami
Etape 9 : Orlando
Etape 8 : Atlanta
Etape 7 : Charlotte
Etape 6 : 
Washington
​Etape 5 : Philadelphie
​Etape 4 : Boston
​Etape 3 : New Jersey
Etape 2 : Brooklyn
Etape 1 : New York

 

Ailleurs sur le web
Votre avis