168

online

Home Sweet Home : Dallas

Home Sweet Home : Dallas

  

Et si les joueurs NBA revenaient dans leur région de naissance... Pendant le mois d'août, Inside Basket vous propose un grand voyage à travers les Etats Unis pour découvrir à quoi ressembleraient ces franchises. Aujourd'hui, escale à Dallas.

  • Meneur : Spud Webb

Stats : 9,9 points, 2,1 rebonds, 5,3 passes

Record contre les Mavericks : 26 points

 

Avec ses 1m70 pour une soixantaine de kilos, Spud Webb est un meneur atypique qui s'est surtout fait connaître en remportant le Slam Dunk Contest dès sa saison rookie, en 1986, face à Dominique Wilkins. Bien que Spud époustoufle tout la ligue lors des All-Star Game grâce à ses dunks venus d'ailleurs, sur le terrain c'est une toute autre histoire. Il faut dire qu'en étant sélectionné à la 87ème position et au 4ème tour de sa cuvée, il n'était pas vraiment destiné à briller en NBA. Joueur correct, il réalise ses plus belles années à Sacramento où il tourne en moyenne à 13,7 points, 2,7 rebonds et 6,7 passes en quatre saisons. En réalité Spud Webb a échappé à l'anonymat en marquant, à sa manière, l'histoire de la grande ligue. Pour l'occasion, retour sur cette page de l'histoire : 

 

 

  • arrière : Ricky pierce

Stats : 14,9 points, 2,4 rebonds, 1,9 passe

Record contre les Mavericks : 33 points

 

Véritable légende de l'université de Rice, Ricky Pierce est sélectionné en 18ème position par les Pistons en 1982. Blessé la plupart du temps lors de ses trois premières saisons en NBA, sa carrière débute réellement en 1985, à Milwaukee, après avoir été échangé plusieurs fois. Le célèbre coach des Bucks, Don Nelson, place beaucoup d'espoirs en Pierce et fait ainsi de lui le nouveau sixième homme de l'équipe. Saison après saison il s'impose comme étant l'un des meilleurs sixièmes homme de la ligue, à tel point qu'il décroche le trophée de Sixth Man Of The Year en 1987 et en 1990. Il est encore aujourd'hui l'un des meilleurs de l'histoire dans ce rôle crucial en sortie de banc.

En 16 saisons, Ricky Pierce manque au total 343 matchs, soit environ quatre saisons entières. Les blessures sont omniprésentes dans sa carrière, mais on préfère retenir de lui son shoot infaillible qui a notamment donné du fil à retordre à Michael Jordan et ses troupes. 

 

 

  • ailier : Grant hill​

Stats : 16,7 points, 6 rebonds, 4,1 passes

Record contre les Mavericks : 35 points

 

Rookie de l'année en 1995 après avoir été sélectionné par les Pistons, Grant Hill ne met pas long feu avant de séduire tous les fans de NBA avec son attitude exemplaire sur et en dehors du terrain. Mister Nice Guy permet à son équipe de renouer avec les playoffs dès 1996 mais les Pistons ne font pas mieux qu'un simple premier tour durant les six saisons où il compte Grant Hill dans leurs rangs. Il atterrit à Orlando en 2000 via un trade et c'est alors le début des nombreuses blessures qui remettent sa carrière en question. Peu de gens croient encore en lui quand il fait son retour à la compétition en 2004 après avoir joué 47 matchs en quatre saisons, mais contre toute attente il affiche en moyenne 19,7 points, 4,7 rebonds et 3,3 passes par match. Malheureusement sa cheville revient lui gâcher sa carrière en fin de saison et fait dégringoler son impact sur le terrain. Le sextuple All-Star était un athlète formidable en plus d'être un artiste balle en main, et là encore il ne faut pas laisser les blessures entacher ce pur talent. 

 

 

  • ailier fort : Lamarcus aldridge

Stats : 19,1 points, 8,3 rebonds, 1,9 passe

Record contre les Mavericks : 35 points

 

Appelé en deuxième par Adam Silver lors de la draft 2006, LaMarcus Aldridge fait ses classes à Portland dans une équipe un peu bancale. Ce n'est qu'en 2014 que les Blazers parviennent à passer le premier tour des playoffs pour la première fois depuis l'arrivée de l'ailier fort. Bien que les Blazers disposent d'un duo redoutable Damian Lillard-LMA, ils chutent face aux Spurs au second tour, cette même équipe des Spurs que Aldridge rejoint en 2015 dans le but de gagner un titre. Malheureusement le quintuple All-Star peine à s'adapter au système de Gregg Popovich, et son apport s'avère ne pas être aussi prolifique qu'espéré. Depuis, l'ailier fort au shoot soyeux apparaît sans cesse dans les rumeurs de trade, des rumeurs qui font obstacle à son rêve ultime : devenir Champion NBA. A 32 ans, le temps commence à sérieusement presser pour lui, car même s'il serait capable de marquer en se déplaçant à l'aide d'un déambulateur, ses qualités athlétiques inexistantes et sa défense douteuse ne lui permettront pas de rester sur les parquets indéfiniment. LaMarcus Aldridge semblait bien plus heureux lorsqu'il faisait lever les foules de l'Oregon alors on espère pour lui qu'il retrouvera rapidement sa place en NBA et qu'il s'y éclatera au moins autant que durant la première partie de sa carrière, car au final, n'est-ce pas ça le réel succès ?

 

  • pivot : Chris bosh

Stats : 19,2 points, 8,5 rebonds, 2 passes

Record contre les Mavericks : 31 points

 

Issu de la fameuse draft de 2003, Chris Bosh profite de la mauvaise situation de ses Raptors pour se développer et ainsi montrer très rapidement l'étendu de son talent au grand public. Dès sa troisième saison chez les grands il affiche des moyennes très prometteuses à seulement 21 ans : 22,5 points, 9,2 rebonds et 2,6 passes par matches. Cette année-là il est très justement sélectionné au All-Star Game, tout comme lors des dix saisons suivantes, avant que des problèmes de santé viennent gâcher sa carrière. En 2010, l'ailier fort se met à la poursuite d'une bague et rejoint Miami où il y retrouve Dwyane Wade et LeBron James pour former l'un des meilleurs Big Three de l'histoire. Ce Big Three gagne deux titres pour quatre Finales NBA puis voit le départ de King James pour l'Ohio. Bosh décide malgré tout de continuer l'aventure avec son ami D-Wade à Miami, mais en 2016 les médecins l'obligent à mettre sa carrière en stand-by​ à seulement 31 ans. Sa carrière est encore en suspens et même s'il rêve de faire son retour en NBA, le Heat a d'ores et déjà annoncé que son maillot serait retiré. Un joueur fabuleux doté d'un leadership à tout épreuve et d'un sourire étincelant, sortez vos mouchoirs ces images sur un fond de See You Again risquent de ne pas vous laisser indifférent. 

 

 

  • le banc 

 

Micheal Williams : 11 points, 2,5 rebonds, 5,8 passes

C.J. Miles : 9,8 points, 2,5 rebonds 

Willie Naulls : 15,8 points, 9,1 rebonds

Kurt Thomas : 8,1 points, 6,6 rebonds

Alton Lister : 6,6 points, 6,3 rebonds

 

A la mène on retrouve l'excellent défenseur Micheal Williams, avec à ses côtés le le très bon shooteur C.J. Miles. Le point fort de ce banc est à l'aile avec Willie Naulls, quadruple All-Star et triple Champion NBA. La raquette est composée de Kurt Thomas et de Alton Lister, deux joueurs abonnés aux blessures mais qui ne refusent jamais un combat et qui peuvent être très utiles des deux côtés du terrain lorsqu'ils sont en bonne santé.

 

  • le local de l'étape : Oliver miller

Stats : 7,4 points, 5,9 rebonds, 2,2 passes

 

Avec 42 matchs, Oliver Miller est le joueur natif de Dallas à avoir joué le plus de temps chez les Mavericks. Joueur très correct en sortie de banc, il est surtout connu pour son physique hors-norme (jusqu'à 143kg pour 2m06). Drafé en 1992 par les Suns, il ne fait seulement que 100kg, puis quelques années plus tard il atteint le seuil des 143kg.

Surnommé The Big O, Miller n'a pas vraiment l'opportunité de briller en NBA en raison de son surpoids qui réduit sérieusement sa mobilité et son endurance. Fort heureusement, son jeu de passe bien huilé, ses bonnes mains et sa bonne lecture de jeu compensent un peu ses défauts. Il rejoint les Harlem Globetrotters en 2001 mais se fait rapidement remercier pour ses qualités athlétiques inexistantes. Le propriétaire de l'équipe, Mannie Jackson, lui balance même en pleine figure "Oliver, pour la dernière fois, tu es supposé jeter les confettis, pas les manger !". 

 

Etape 21 : Houston
Etape 20 : New Orleans
Etape 19 : Oklahoma
Etape 18 : Minnesota
Etape 17 : Toronto
Etape 16 : Milwaukee
Etape 15 : Chicago
Etape 14 : Indiana
Etape 13 : Detroit
Etape 12 : Cleveland
Etape 11 : Memphis
Etape 10 : Miami
Etape 9 : Orlando
Etape 8 : Atlanta
Etape 7 : Charlotte
Etape 6 :
Washington
​Etape 5 : Philadelphie
​Etape 4 : Boston
​Etape 3 : New Jersey
Etape 2 : Brooklyn
Etape 1 : New York

Ailleurs sur le web
Votre avis