214

online

Home Sweet Home : New Orleans

Home Sweet Home : New Orleans

  

Et si les joueurs NBA revenaient dans leur région de naissance... Pendant le mois d'août, Inside Basket vous propose un grand voyage à travers les Etats Unis pour découvrir à quoi ressembleraient ces franchises. Aujourd'hui, escale en Louisiane.

  • Meneur : Joe Dumars

Stats : 16.1 points, 2.2 rebonds, 4.5 passes

 

Joe Dumars fait partie de la fameuse équipe des Bad Boys de Detroit. Il formait, avec Isiah Thomas, le fameux backourt de l’équipe. Joueur de petite taille, réputé pour son shoot et ses grosses qualités défensives, il n’a été que trop peu souvent dépositaire du jeu des Pistons. Néanmoins, la faiblesse des meneurs de jeu issus de la Louisiane nous oblige à le décaler sur ce poste sur lequel il a prouvé qu’il avait toute les qualités pour pouvoir y briller. Il a notamment suppléé Isiah Thomas après la retraite de ce dernier, à l’aune de la saison 1994. Dumars est un joueur capable de limiter Sa Majesté sur une série de playoffs. C’est aussi le seul joueur fairplay et respecté par ses adversaires parmi les Bad Boys. Il a toujours défendu dans les règles. Hall of Famer, il restera à jamais dans les mémoires avec son numéro quatre et un trophée portant son nom : celui récompensant le joueur le plus fairplay de l’année. 

 

  • Arrière : Clyde Drexler

Stats : 20.4 points, 6.1 rebonds, 5.6 passes

 

« The Glide », tel était son surnom, est drafté en 14ème position par les Blazers en 1983. Il se révèle lors de sa deuxième saison avec son équipe, grâce à un jeu complet et spectaculaire. Son fait d’armes restera son match exceptionnel le 10 janvier 1986. L’arrière frôle le quadruple-double. Il ne lui manque qu’un rebond pour réaliser cette exceptionnelle performance et rejoindre les quatre autres légendes NBA qui ont réussi cette performance. Sa ligne de stats ? Elle est complètement folle : 26 points, 9 rebonds, 10 passes, 11 interceptions. Après dix ans aux Blazers, ponctués par deux défaites en Finales NBA, il est transféré aux Rockets en cours de saison pour reconstituer un duo d’exception avec Hakeem Olajuwon. C’est l’apothéose de la carrière de Clyde Drexler. Il remporte enfin le titre. Ce sont ses Finales, d’une propreté incroyable qui sont à retenir.

 

 

  • Ailier : Danny Granger

Stats : 16.8 points, 4.9 rebonds, 1.9 passes

Meilleure performance contre les New Orleans Hornets : 34 points, 5 rebonds, 2 passes le 28/12/2008

 

Danny Granger est un des rares contemporains composant cette fameuse équipe de joueurs issus de la Louisiane. Malgré sa fin de carrière précoce due à de multiples blessures, il ne faut pas oublier qu’il s’agissait d’un ailier au potentiel offensif exceptionnel. Avant l’avènement de Paul George, il était le franchise player des Pacers. Il a disputé le mondial 2010 avant de subir de multiples blessures. Au meilleur de sa courte carrière, il scorait 25 points par match. Plus que cela, il abattait également un gros travail en défense. Malheureusement pour lui, sa carrière n’a pas été à la hauteur de son talent.

 

  • Ailier-fort : Karl Malone

Stats : 25.0 points, 10.1 rebonds, 3.6 passes 

Meilleure performance contre les New Orleans Hornets : 18 points, 13 rebonds, 7 passes

 

Karl Malone, ce sont des statistiques en carrière exceptionnelles. Il est le deuxième meilleur marqueur de l’histoire de la NBA. Il fait partie de la Dream Team qui remporte le titre à Barcelone en 1992. Il est MVP en 1997 et en 1999, 14 fois All Star et 11 fois membre de la NBA First Team. Pourtant, ce n’est pas ça que l’on retient de sa carrière. Non. Karl Malone, monument de l’histoire de la NBA, n’a jamais reçu de bague de Champion NBA. Jamais il n’aura réussi à l’emporter en Finales même lorsqu’il a quitté le Jazz pour rejoindre cette fameuse équipe des Lakers avec laquelle il était associé à Gary Payton, Kobe Bryant et Shaquille O’Neal. Pourtant, il avait fait tous les sacrifices nécessaires pour l’emporter lors de ce qui restera sa dernière saison en acceptant le salaire minimum tout en diminuant de manière drastique son nombre de points inscrits. Sacré Pistons…

 

 

  • Pivot : Bill Russell 

Stats : 15.1 points, 22.1 rebonds, 4.3 passes

 

Bill Russell, c’est l’anti-Karl Malone. Recordman du nombre de titres remportés, il en totalise onze en treize ans de carrière. Cela s’appelle l’efficacité. Cinq fois MVP de la Ligue, il n’a pas été toujours dans les NBA First Team alors qu’il était nommé meilleur joueur, pourquoi ça ? D’abord, parce que son adversaire mythique reste Wilt Chamberlain, aux statistiques encore plus démentielles. C’est aussi la faute au fait qu’il soit avant tout un exceptionnel défenseur mais pas un attaquant. Pourtant, Bill Russell était bien le joueur le plus indispensable de la franchise des Celtics, coaché par Red Auerbach. Avec ses qualités physiques exceptionnelles, il était un véritable poison en défense. Machine à gober du rebond, il est le deuxième joueur à avoir capté le plus de rebonds en carrière dans l’histoire de la NBA. A l’université, afin de l’empêcher de dominer, on a inventé les Russell Rules afin de limiter son impact… Ca classe un joueur.

 

  • LE BANC

 

Elvin Hayes : 21.0 points, 12.5 rebonds, 1.8 passes

Robert Parish : 14.5 points, 9.1 rebonds, 1.4 passes

Bob Pettit : 26.4 points, 16.2 rebonds, 3.0 passes

Cincinnatus Powell : 16.3 points, 7.6 rebonds, 2.2 passes

Marques Johnson : 20.1 points, 7 rebonds, 3.6 rebonds

 

Le banc est composé de trois Hall of Famers… Rien que ça. Ce qui porte le total à sept joueurs entrés au Hall of Fame nés en Louisiane. Néanmoins, cette terre forme avant tout des intérieurs. Elvin Hayes, Robert Parish et Bob Pettit, tout comme Bill Russell ou Karl Malone sont tous capables de jouer sur le poste de pivot. Elvin Hayes est l’intérieur dominant des années 1970 avec Kareem Abdul-Jabbar. Il remporte le titre en 1978 avec son équipe des Bullets de Washington. Bob Pettit fut sacré Champion NBA en 1958, avant le début de la razzia de Bill Russell (contre lequel il perdit trois fois en Finales NBA). Il n’aura joué que neuf saisons en NBA. Robert Parish est connu pour son numéro double-zéro. Il remporte trois titres dans les années 1980 avec les Celtics. Très fort défenseur avec des qualités athlétiques développées, il est une des pierres angulaires au sein de cette équipe au côté de Larry Bird. Marques Johnson est contemporain de Robert Parish. Ailier explosif, il a dominé la NBA (sur un plan individuel) lors de ses premières années sous les ordres de Don Nelson. Quant à « Cincy » Powell, il a été dominateur dans la Ligue ABA durant le début des années 1970.

 

 

  • LE LOCAL DE L’ETAPE : Marcus Thornton  

Stats : 11.9 points, 2.9 rebonds, 1.8 passes

Meilleure performance contre les Pelicans : 25 points, 4 rebonds, 3 passes le 12/03/2011

 

La franchise de New Orleans n'existe pas depuis de longues années, c'est pourquoi il existe peu de joueurs de renom passés par cette franchise (si ce n'est aucun). Un des rares bon joueurs à y être passé reste Marcus Thornton. L'arrière a été drafté en 43ème position par les Hornets en 2009. Malgré sa sélection tardive, il prouve très rapidement qu'il a sa place en NBA avec une saison conclue avec 14.5 points de moyenne. Sa deuxième saison est moins aboutie. C'est pourquoi il est transfére contre Carl Landry aux Kings. Scoreur naturel resté longtemps à l'université, Marcus Thornton poursuit sa carrière de globe-trotter des parquets. En huit saisons, il a connu sept franchises. Bon joueur en sortie de banc, il est une rotation solide dans une NBA à la recherche de catch-and-shooteur

 

Etape 19 : Oklahoma
Etape 18 : Minnesota
Etape 17 : Toronto
Etape 16 : Milwaukee
Etape 15 : Chicago
Etape 14 : Indiana
Etape 13 : Detroit
Etape 12 : Cleveland
Etape 11 : Memphis
Etape 10 : Miami
Etape 9 : Orlando
Etape 8 : Atlanta
Etape 7 : Charlotte
Etape 6 :
Washington
​Etape 5 : Philadelphie
​Etape 4 : Boston
​Etape 3 : New Jersey
Etape 2 : Brooklyn
Etape 1 : New York

Ailleurs sur le web
Votre avis