150

online

Le roi est mort, vive le roi !

Le roi est mort, vive le roi !

  

Chaque mercredi, Sunkidd vous propose sa chronique. Entre analyses, coups de gueule, trois sujets, trois tons parce que le mercredi, c'est permis. Voici le Sea Sex and Sunkidd saison 2.

  • Sea ou le tweet de la semaine : Melo atteint les 20.000 points

 

 

  • Sex ou l' histoire sulfureuse de la semaine : Goran Dragic, de dragon à tyrannosaure.

 

 

  • And Sunkidd ou la question de la semaine : Les Kings de Sacramento, un feu de paille ?

Pour éviter toute guerre de succession, au Moyen Age, les crieurs proclament dans le royaume de France à chaque mort du souverain : « Le Roi est mort, vive le Roi ! ». A Sacramento, depuis l'époque des Vlade Divac, Chris Webber ou Peja Stojakovic les Kings croupissent. Pire, la franchise est envoyée régulièrement à Seattle. Mais plutôt que de recevoir l'extrême-onction, cette saison, et après 4 rencontres, les Kings revivent. Explications.

 

D'abord, les efforts se portent sur la défense puisque les Kings laissent shooter leurs assaillants à 40% de réussite soit 96 points par match.  Ainsi, pour éviter les panniers faciles, l'équipe fait beaucoup de fautes comme le prouvent les stats du matchs contre Denver. (33 fois lancers-francs pour les Nuggets). Jason Thompson incarne d'ailleurs ces efforts pour défendre. Replacé titulaire au poste 4 à la place de Reggie Evans, l'ailier a laissé dimanche Blake Griffin avec une ligne de stat de 6/20.  Kenneth Farried a lui rendu un pâle 5/13 lundi. Pourtant, ses stats ne scintillent pas. Ainsi, avec 3 points et 7 rebonds de moyenne, il est du même rhésus que PJ Tucker, John Henson ou Kawhi Leonard pour ne citer qu'eux. En effet, il est de ceux que l'on ne voit pas mais qui comptent. Quand les adversaires jouent Small Ball, les Kings ne jouent qu'avec le seul DeMarcus Cousins à l'intérieur et Rudy Gay en stretch 4. Thompson, véritable incarnation des nouveaux rois ne s'interroge pas du tout sur ces nombreux allers / retours sur le banc. D'ailleurs, interrôgé par le Sacramento Bee, il déclare  :

" Cela ne me dérange pas puisque c'est une question d'alchimie. Et vous savez, ce qui compte ce n'est pas de commencer une rencontre, mais de la finir."

Si Cousins et Gay continuent à alimenter la marque ( 45 points à eux deux). Si la défense pousse l'adversaire autour de 40% de réussite aux tirs, alors il existe une petite chance de playoffs. Toutefois, Daren Collison, Ben Mc Lenmore, Ramon Sessions, Nik Stauskas et Ray Mc Callum des lignes arrières apparaissent bien trop irréguliers pour porter l'estocade sur les plus mobiles combattants des parquets. Et, avec 4 déplacements dans les 5 prochaines rencontres (Phoenix, OKC, Memphis et Dallas), on en saura bien plus de la valeur de ces rois. Toutefois, j'ai bien peur d'avoir tout de même à titrer dans un mois, comme Eugène Ionesco : " Le roi se meurt".

_______

 

Sans transition, cette pensée :

" Tuez-les, mais tuez-les tous pour qu'il n'en reste pas un pour me le reprocher"

CHARLES IX, massacre de la Saint-Barthélémy (1572).

 

A la semaine prochaine !

Sea, Sex and Sunkidd (1) - Les cheerleaders, les bêtes fabuleuses.

Ailleurs sur le web
Votre avis ()