126

online

Un mercredi chez les nuls !

Un mercredi chez les nuls !

  

Le mercredi, Sunkidd vous propose sa chronique. Entre analyses, coups de gueule, trois sujets, trois tons parce que le mercredi, c'est permis. Voici le Sea Sex and Sunkidd.

On parle toujours des bons mais jamais des mauvais. Et, si le net regorge de papiers sur les Warriors, Cavs voire sur le Thunder, pas grand chose en revanche sur les cancres nommés Suns, Nets ou Lakers. On aurait pu également vous écrire quelques lignes sur les Sixers ou le Pelican mais n'est pas nul qui veut. Alors, et avant que leure situation soit devenue trop pathétique, venez avec nous rire de Phoenix, de Brooklyn et de LA. 

 

  • Sea ou les tweets de la semaine : Quand Phoenix reçoit Golden State...

 

... le meneur local se nomme Eric Beldsoe plutôt qu' Eric Bledsoe. Kevin Durant marque sans chaussure gauche. Un Sun Dancer se prend le parquet... Et puis, on découvre la "Lion King Cam" ! En effet, ce nouveau concept permet aux parents de présenter leur enfant tel Simba dans le roi Lion. Tous les enfants ne se marrent pas, mais cela change de la "Kiss Cam". Tout cela pour vous dire qu' il y a des matchs comme cela. Des rencontres où on se marre plus que d'autres. Côté basket, les Warriors viennent à bout des Suns 106 à 100 avec 37 points de notre scoreur à une pompe.

 

 

 

 

"In the circle. The circle of life." 🦁🎥

Une vidéo publiée par Phoenix Suns (@suns) le

 

  • Sex ou l'histoire sulfureuse de la semaine : Quel avenir pour Brooklyn ?

 

Kenny Atkinson (le coach) et Sean Marks (le General Manager) rament en conférence de presse lorsqu'ils parlent des Nets parce que, franchement, imaginer un avenir radieux pour leur franchise sonne vraiment faux. Jeremy Lin déclare même au New York Post :

 

Je n'ai jamais eu de doutes sur le fait que notre équipe peut gagner chaque soir. Toutefois, et il faut être lucide, notre marge de manoeuvre est infime.

 

A Las Vegas, Brooklyn émarge à 1000 contre 1 de chance pour remporter le titre. De plus, son Starting Five apparait comme le plus faible de toute la NBA (NDRL : Lin - Bojan Bogdanovic - R.Hollis-Jefferson - Trevor Booker et Brook Lopez). Quant au banc, il fait honte avec des joueurs de la trempe de Luis Scola (36 ans et de la rouille sur les genoux), Anthony Bennett (le pire 1st pick de l'histoire), Justin Hamilton (53 matchs de NBA à 5,3 points de moyenne et viré par les Sixers...), Sean Kilpatrick ou la momie Randy Foye. Seul Greivis Vasquez ou Chris Mc Cullought peuvent faire figure d'exception. Bref, on se demande combien de temps va rester le magnat/propriétaire russe Alexis Prokhorov. Perdre son argent pourquoi pas mais le balancer par les fenêtres non. De plus, sportivement, l'avenir semble plus que bouché lorsqu' on sait que le 1er tour de draft 2017 sera inversé avec celui des Celtics eu égard au pire trade de l'histoire de la NBA à long terme. En même temps, Prokorov l'impatient est responsable de cette situation ubuesque. A l'époque, il déclarait tel un roi du pétrôle :

 

Le dieu du basket nous a sourit !

 

Il aurait mieux fait de se taire. Côté terrain, les Nets optent pour une départementale sinueuse lorsque d'autres prennent l'autoroute. Ainsi, la meilleure arme des Nets, Brook Lopez (Meilleur pivot à l'Est sur le plan offensif) tourne à 38,% de réussite en présaison car le système imposé par Atkinson ne lui convient pas du tout. Dans le match d' ouverture jeudi dernier face aux Celtics d'Al Horford : rebelotte ! Il termine la rencontre avec 7 points et 1/7 dans le champ. En fait, il boude et ne parle que d'une chose en interne : être transféré ! Bogdanovic, lui, représente certes une belle arme offensive. D'ailleurs, le Croate a tourné à 25,3 points de moyenne à Rio avec un joli 45% à 3 points. Toutefois, c'est un tombeau en défense comme Mirza Teletovic passé par les Nets lui aussi et aujourd'hui à Milwaukee.

Aussi, personne ne sera surpis de voir Lopez partir et personne ne sera surpris de voir les Nets pire défense de la League. Pour BL, on parle déjà de Boston, Charlotte, Portland ou Milwaukee comme future acquéreur. Pourquoi ? Parce que d'abord les Free Agents refusent de venir à Brooklyn ( Allen Crabbe et Tyler Johnson) et que dans le cas d'un échange, le joueur transféré n'aura pas le choix. Et parce qu'ensuite, Brooklyn ne peut plus voir qu'à très long terme, pas à long terme. Certes, les Nets sont venus à bout des Pacers et ont résisté à Milwaukee cette semaine mais ils vont beaucoup perdre ! D'ailleurs, hier, les Bulls ont explosé Brooklyn de 30 points (118-88). Et, Jeremy Lin a beau avoir 3 millions de fans sur Facebook, 2 millions de followers sur Twitter et 500.000 abonnés sur YouTube, rien n'y changera !

 

  • And Sunkidd ou la question de la semaine : Que valent les Lakers ?

Perdre n'est pas drôle ! Je ne sais pas pourquoi nous sommes rentrés dans le match avec cette intensité mais c'est juste inadmissible ! Certains ne sont pas concernés du tout.

Hier, Luke Walton ne décollérait pas en conférence de presse après la défaite de ses Lakers à Indiana. Et, au delà, de cette déconvenue, les Lakers vont mal. Très mal même. En effet, et d'abord, ils ne sont pas adroits. Ainsi, à part Julius Randle et les pivots Tarik Black et Timofey Mozgov aucun joueur de l'effectif n'émerge à plus de 50% de réussite aux tirs. Les Lakers shootent même à 28% de réussite à 3 points : horrible (6/28 hier soir) ! De plus, l'équipe fait beaucoup de fautes (23,3 fautes en moyenne par rencontre) et donne des points faciles à ses adversaires. L'équilibre semble ce faisant vraiment précaire. Une donnée statistique le prouve : Walton a toujours utilisé ses 12 joueurs dans chacune des 4 rencontres de la saison ! Difficile pourtant de tirer des conclusions hâtives sur les Lakers cuvée 2016-2017 mais l'optimisme n'est pas de mise à LA. Aussi, nous vous proposons d' analyser la situation plus en profondeur :

D'abord, le fait que l'équipe démarre sans Kobe Bryant pour la première fois depuis 20 ans change totalement la vision que l'on a des Lakers. On a aussi tendance à les prendre pour des loosers sans héros. Son successeur désigné, D’Angelo Russell,  n'est pas encore mûr sportivement. Jordan Clarkson et Lou Williams, eux, vivent et meurent par leur shoot ce qui n'est jamais positif. A l'intérieur, Randle lui peine à éclore et nombre de spécialistes le voit plus dans le registre d'un Ed David sachant shooter que de celui d'un Zach Randolph. Beaucoup de bruit a ensuite été fait par l'arrivée du rookie de Duke Brandon Ingram. Toutefois, il ne changera pas la face de la franchise à 19 ans. De plus, ses premières partitions apparaissent fébriles. Ainsi, sur ses 5 dernières rencontres, il tourne à 5 points de moyenne avec un 12% de réussite à 3 points (1/8) et un 9/24 à 2 points soit 37% d'efficacité. Force est de constater qu'il lui faudra plus de temps que prévu pour compter en NBA. Luol Deng, Timofey Mozgov et Jose Calderon, les vétérans n'apportent pas énormément : soyons honnêtes. Pourquoi leurs dernières équipes les ont laissé libre sinon ? Deng a les genoux en compote et a joué plus poste 4 que 3 pour le Heat la saison passée. Mozgov n'est que l'ombre du joueur qu'il était à Denver et Calderon est fâné. Certes, les Lakers comptent encore Nick Young mais il est aussi fou que talentueux alors difficile de compter sur lui. Le plus jeune coach de la NBA devra pourtant donner à ces 4 là du temps de jeu au risque de perdre plus de 50 rencontres cette saison. La direction du club lui aurait en fait fixé qu'un seul objectif : faire des progrès. Pour l'instant et pour conclure, cela patauge !

___________________________________________

 

Nous dédions cette semaine notre chronique à Ray Allen qui vient de tirer sa révérence après de longues saisons sur les parquets ! A la semaine prochaine.

 

Sea Sex And Sunkidd (1) - Tenté par un Cleveland - Golden State épisode 3 ?

Ailleurs sur le web
Votre avis ()