Bling-bling, sexe et drogue : quand les joueurs de NBA tournent mal…

6334
lectures
Avis

Dans l’univers de la NBA, les sorties de routes ne sont pas rares, et souvent, elles font des dégâts considérables dans la vie des joueurs. Des dérives, il y en a énormément sur le circuit professionnel américain, la faute à des amis peu scrupuleux, agents ou escrocs qui considèrent les joueurs comme des tiroirs caisses ou des machines à sous. Parce que les joueurs de basket-ball américains ne sont pas des trouillards, il arrive souvent que la tension monte, que les jalousies surgissent. Cela peut vite tourner au cauchemar.

  • Les rescapés de cet enfer qu’est la NBA

Les incidents sont nombreux dans le milieu de la NBA, et ce à cause de plaisirs souvent éphémères et illusoires que sont l’argent, le sexe et la drogue. Des incidents graves et des morts, il y en a eu beaucoup à cause de ces trois mots et c’est une chance qu’un certain Paul Pierce ait miraculeusement survécu aux onze coups de couteau qu’on lui avait donné un soir, dans une boîte de nuit en banlieue de Boston. Si cet évènement s’était déroulé plus de quatorze ans en arrière, l'ailier s’en rappelle dur comme faire et avoue que cela a changé sa vie.  "Je ne suis plus le même homme. Je vois les choses sous un angle différent". Allen Iverson lui aussi peut se réjouir d’avoir survécu au malheur qu’il a traversé. La star du bling-bling, accroc à la drogue et aux jeux d’argent peut remercier sa famille, qui a toujours été présente à ses côtés et qui l’a aidé à voir la vérité en face.

Les rudes étapes que Pierce et Iverson ont traversées, cela aurait pu être le lot quotidien de deux autres joueurs tels que Jamaal Tinsley et Stephen Jackson, princes des soirées poltronnes. Le premier, qui brillait pourtant avec les Warriors et qui était parrain de bon nombre d’ONG et associations aimait la baston et s’amusait à sortir un pistolet de ses poches, tirant quelques balles en l’air pour faire comprendre à ses détracteurs que c’était lui le patron et qu’il ne fallait pas lui chercher d’embrouilles. Heureusement que les deux anciens équipiers des Pacers ont retrouvé une vie plus tranquille.

  • Des drames dignes de films hollywoodiens

D’autre comme Bison Dele ont pourtant eu moins de chance alors qu’ils n’avaient rien demandé à personne. Rappelez-vous, celui qui s’appelait Brian Williams et qui avait changé de nom civil en 1999 avait décidé de prendre une retraite anticipée alors qu’il évoluait sous les couleurs de Detroit. Détenteur d’un patrimoine estimé à 30 millions d’euros, l’homme de 33 ans finit pas disparaître de la surface du globe pour on ne sait quelle raison. En réalité, les autorités se rendront compte plus tard que son bateau privé avait été abandonné non loin de Tahiti. Or, le capitaine et sa fiancée étaient eux aussi introuvables. Personne ne saura jamais ce qu’il leur sera arrivé même si d’après le FBI, la piste d’un assassinat de la part du frère de Bison Dele était plausible. D’ailleurs, ce dernier n’a pas pu se suicider à l‘insuline par hasard !

La vie d’un basketballeur n’est donc pas de tout repos, à moins bien-sûr d’être parfaitement "clean" et intègre. On remarquera tout de même qu’il y a du mieux depuis les années 2000 et tous les fans de basket espéreront que cela continue ainsi. Visitez le site machinesasous.info pour plus d’anecdotes par rapport à ce sujet passionnant !

Ailleurs sur le web