Bilan 2015-2016 : Oklahoma City Thunder

1200
lectures
Avis

Alors que la saison NBA est terminée et que la suivante est déjà débutée, il est grand temps de faire les bilans par équipe de la saison 2015-2016. Voici celui du Thunder d'Oklahoma City.

  • La prédiction en début de saison

 

54 victoires pour 28 défaites. Nous avions vu juste, à une défaite près. Notre preview de l'an dernier est à lire/relire ici.

 

  • L'effectif

En italique : joueur ayant quitté ou rejoint l'effectif en cours de saison

 

Meneurs : Russell Westbrook, D.J. Augustin, Randy Foye, Cameron Payne

Arrières : Andre Roberson, Dion Waiters, Anthony Morrow

Ailiers : Kevin Durant, Kyle Singler, Josh Huestis

Ailiers forts : Serge Ibaka, Nick Collison, Steve Novak, Mitch McGary

Pivots : Steven Adams, Enes Kanter, Nazr Mohammed

 

  • Les chiffres de la saison

 

Bilan : 55 victoires - 27 défaites

Classement : 3ème de la Conférence Ouest. 1er de la division Nord-Ouest.

Attaque : 110,2 points marqués par match (2ème en NBA)

Défense : 102,9 points encaissés par match (15ème en NBA)

Meilleur marqueur : Kevin Durant avec 28,2 points par match.

Meilleur passeur : Russell Westbrook avec 10,4 passes par match.

Meilleur rebondeur : Kevin Durant avec 8,2 rebonds par match, talonné par Enes Kanter avec 8,1 prises par match.

Meilleur intercepteur : Russell Westbrook avec 2 interceptions par match.

Meilleur contreur : Serge Ibaka avec 1,9 contre par match.

Meilleur pourcentage : Steven Adams avec une réussite aux tirs de 61,3%.

 

  • La saison régulière

 

L'an dernier l'infirmerie du Thunder affichait complet, alors faire une meilleure saison n'était pas bien compliqué.

Avec l'arrivée de Billy Donovan, on imaginait que le Thunder prendrait une toute autre dimension que sous Scott Brooks, et au final aucun véritable changement ne s'est fait ressentir au cours de la saison régulière. Toujours la même dépendance à Kevin Durant et Russell Westbrook, toujours un apport aussi faible de la part du banc et toujours la même fébrilité dans le 4ème quart-temps.

A vrai dire en l'espace de deux saisons il n'y a que la santé des joueurs qui a changé.

 

Bref on s'attendait à du changement dans le jeu du Thunder mais rien de tout ça n'est arrivé, de quoi en rendre plus d'un sceptique au sujet d'OKC à l'approche des playoffs.

 

  • Les playoffs

 

Après un premier tour passé sans aucune difficulté, le Thunder s'attaque aux Spurs en demi-finale de Conférence. Il n'aura fallu que six matchs au Thunder pour venir à bout de ce gros morceau, grâce à une impressionnante supériorité physique.

Cette série face aux hommes de Gregg Popovich fait clairement fermer des bouches. En effet, en six matchs le Thunder fait oublier au monde entier sa saison régulière fébrile le tout en devenant un prétendant au titre.

En finale de Conférence le Thunder continue sur sa lancée, mais face à un tout autre adversaire puisqu'ils doivent faire face aux Warriors, l'une des meilleures équipes de l'histoire. 

Lors de cette série le Thunder va faire bien plus que tenir tête aux Warriors. En effet Billy Donovan et ses hommes vont mettre les Dubs K.O en menant 3-1, mais s'il y a bien une équipe qui peut remonter un tel déficit c'est bien les Warriors, et ils l'ont clairement prouvé en remportant un game 7 sensationnel. 

 

Le Thunder est passé à une seule petite victoire des Finales NBA alors évidemment la déception est omniprésente, mais on retiendra que cette équipe a su élever son niveau de jeu pour la post-season​, laissant ainsi présager un avenir radieux à cette jeune franchise. Du moins avant que Kevin Durant décide de se la jouer mauvais garçon en rejoignant les Warriors...

 

  • Les points positifs

 

- Le niveau de jeu du Thunder lors des playoffs était tout simplement incroyable, surtout après une saison régulière comme la leur.

​- Steven Adams est le grand artisan de la réussite du Thunder en playoffs. En effet il ne s'est pas uniquement fait remarqué lors de ses chamaillages avec Draymond Green, il a également été exemplaire en étant presque en double-double de moyenne durant la post-season avec 10,1 points et 9,5 rebonds par match, sans oublier sa présence défensive. Il n'a que 23 ans, alors s'il y a bien un pivot sur lequel miser dans les années à venir, c'est bien lui !

​- Souvent critiqué pendant la saison régulière pour n'avoir rien apporté de plus que son prédécesseur, Billy Donovan a fait fermé des bouches durant les playoffs en faisant des choix intelligents et en modifiant ses rotations. On lui a tapé sur les doigts cette saison parce qu'il n'apporterait rien de plus à son équipe, alors après de tels playoffs la moindre des choses est de lui rendre hommage.

 

  • Les points négatifs

 

- Comment voulez-vous espérer quelque chose avec Cameron Payne/Randy Foye et Kyle Singler en remplacement de Russell Westbrook et Kevin Durant ? Évidemment des joueurs comme Enes Kanter et Dion Waiters sont là pour mener la second unit, mais ils sont malheureusement bien trop seuls.

- Serge Ibaka s'est obstiné toute la saison à s'éloigner du cercle alors que c'est plutôt sous le panier qu'il est le plus dominant. A l'image de toute son équipe c'est durant les playoffs qu'il a élevé son niveau de jeu en gagnant en adresse au tir. Cependant, même avec ce gain d'adresse lors de la post-season son impact aurait été d'autant plus grand s'il jouait comme un ailier fort traditionnel.

 

  • Bilan global

 

Pour le Thunder les playoffs ont clairement été plus convainquant que les 82 premiers matchs, et c'est d'ailleurs ce qui a sauvé leur saison. Billy Donovan a prouvé qu'il n'était pas là par hasard en tirant ses hommes vers le haut et en malmenant les Warriors en finale de Conférence. La déception est forcément présente dans le coeur de tous les Oklahomans après être passé si près des Finales NBA, mais au final la saison du Thunder est un franc succès.



Ailleurs sur le web