L'humiliation

Pas de match dans cette deuxième rencontre de finales NBA entre Golden State et Cleveland. Les Warriors ont nettement dominé leurs adversaires dans un match sans suspense...

Aucun match n'a eu lieu dans ce Game 2 des NBA Finals entre Cleveland et Golden State. Les Warriors ont humilié leurs adversaires du soir sans commune mesure, ils s'imposent sur le score de 110 à 77 sans montrer aucune difficulté à se montrer supérieur à leurs adversaires du soir, totalement dépassés par les événements et le rythme soutenus orchestrés de main de maître par les hommes de Steve Kerr. C'est ce qui arrive lorsqu'on se présente une équipe qualifiée à l'arrachée au tour précédent et une autre se baladant sans rencontrer de réelle opposition dans leur campagne de playoffs. Rodés par des joutes herculéennes, les Warriors mènent 2 à 0. Ils tenteront de faire le break dans la salle de Cleveland pour assommer leur adversaires déjà à moitié groggy alors qu'ils n'ont rien proposé d'intéressant, voire même d'encourageant dans cette deuxième rencontre dominée par les joueurs de Golden State, guidé par le virtuose Draymond Green, auteur d'une performance dantesque en compilant 28 points, 7 rebonds et 5 passes... 

 

Dès les premiers instants de la rencontre, les Warriors montrent une envie de plier leurs adversaires en mettant de l'intensité dans chacun de leur duel. Ils mettent les barbelés pour empêcher tout panier facile pour les Cavs d'un LeBron James très maladroit en ce début de partie. D'autant plus, Golden State gagne la guerre du rebond assez facilement et sont emmenés par un Andrew Bogut se transformant en Ben Wallace avec quatre contres contres sur les hommes de Tyronn Lue. Toutefois, c'est le seul moment de cette rencontre qui sera relativement accrochée car l'attaque de Golden State ne tourne pas bien avec beaucoup de pertes de balles mais également une défense plutôt agressives des équipiers du King. Cleveland prend les devants tandis que les Warriors haussent sensiblement leur niveau. Face à la faiblesse des systèmes offensifs de Tyronn Lue, ils empêchent la majorité des tirs de leurs adversaires de rentrer tout en prenant soin de la gonfle. Il suffit de cinq minutes pour qu'ils passent un terrible 20 à 2 et tuent le match. Après, le duel fut terminé, ce n'est presque pas la peine de raconter la suite tant elle fut douloureuse pour les joueurs de Cleveland, qui se dirige vers une deuxième défaite consécutive en Finale NBA... 

 

Que proposent les Cavs pour tenter de se relancer dans cette partie ? Les isolations ! Alors qu'ils en ont usé, et abusé dans la première rencontre, ils recommencent la même erreur pour se sortir de se faux-pas, alors qu'eux-mêmes déclaraient avant la rencontre qu'il fallait absolument mettre du mouvement afin de déstabiliser ces Warriors... Comme dans le Game 1, cela fonctionne un peu... En fin de mi-temps, les Cavs sont encore dans le coup grâce à l'éternel Richard Jefferson, exemple de joueur solidaire pour certains de ses équipiers pas au niveau dans cette rencontre alors qu'ils sont, en principe, bien plus talentueux. (Ou étais-tu Kyrie Irving ?) Pour autant, à la mi-temps, le match est déjà déséquilibré avec une nette domination statistique et visuelle. Seul LeBron James tente de trouver des solutions mais la faiblesse de ses équipiers est indécente. Au bout d'un moment, le King commet des erreurs tandis qu'en face, Draymond Green s'amuse à éteindre ce bon Kevin Love tandis que son compère australien Andrew Bogut contre la majeure partie des tirs dans la raquette pris par des Cavs déjà sonnés de coups...
 

 

Début de troisième quart-temps rime avec match terminé, plié, emballé. Stephen Curry sort pour quatre fautes, malgré cela, l'écart augmente inexorablement grâce à la faible intensité mise par les Cavs dans leur duel. Le niveau est bien supérieur à celui qu'ils ont affronté durant le reste de ces rencontres de playoffs, leurs adversaires sont préparés et soudés, alors qu'eux pataugent autant offensivement que défensivement. C'est le duo Draymond Green/Klay Thompson qui emmène les leurs vers cette victoire. Le score à la fin du troisième quart-temps est de 82 à 62. 

 

Dans le dernier quart-temps, la chose à retenir, c'est que Leandro Barbosa serait probablement titulaire dans l'équipe des Cavaliers, malgré ses vieilles années. Il inscrit sept points de suite pour accroître cet écart. Le banc, une nouvelle fois, va s'amuser face à celui des Cavs totalement amorphe et passible. L'écart de ne fait qu'augmenter durant l'intégralité de ce dernier quart-temps. Les Warriors humilie les joueurs de Tyronn Lue, totalement impuissant. Pour ces derniers, il faut se reprendre afin de ne pas se retrouver en vacances avant d'avoir compris qu'ils sont en train de jouer les maths d'une carrière...

 

Côté joueurs, chez les Warriors, le meneur d'homme fut inexorablement Draymond Green qui compile 28 points, 7 rebonds et 5 passes. Stephen Curry ajoute 24 points, Klay Thompson 18. La performance du banc est une nouvelle fois exceptionnelle avec 40 points inscrits dont 10 pour le seul brésilien : Leandro Barbosa. Pour les Cavs, LeBron James se sent encore plus seul que l'année dernière à la même époque. Le problème, c'est qu'il tente d'impliquer ces coéquipiers qui sont à la ramasse... Il compile 19 points, 9 passes, 8 rebonds et 4 interceptions. Dans le même temps, il perd quand même 7 ballons. Richard Jefferson ajoute 12 points et 5 rebonds. Hormis ces deux joueurs, c'est le néant total pour Cleveland alors qu'une nouvelle défaite en Finales se profile.



Ailleurs sur le web