170

online

Ultimate Mock Draft

Ultimate Mock Draft

 

A quelques jours de la draft NBA à Brooklyn, Inside Basket vous propose sa mock draft.

1. Philadelphie Sixers : Ben Simmons, PF/SF, 19,2 pts, 11,8 rbds, 4,8 pds, 2,0 int. (LSU)

 

Nul doute que les Sixers vont prendre l'ailier de LSU. Le joueur n'a pas réussi à qualifier son équipe pour la March Madness. Pas un souci pour lui tant il a dominé la saison régulière dans son université. Le joueur est doté d'un physique NBA Ready. Avec ses capacités athlétiques au-dessus de la moyenne, il prendra très vite la mesure du palier qui le sépare de la NBA. Capable d'apporter son écho en pénétration, il peut aussi distribuer du caviar grâce à une belle vision du jeu. En plus de ça, c'est un rebondeur solide. Malheureusement, ses lacunes sont nombreuses. Poreux en défense, il faut absolument qu'il bosse là-dessus afin de ne pas être un point faible pour son équipe dans ce secteur. Plus que ça, il faut absolument qu'il travaille son tir afin de devenir une triple-menace de grand standing. Enfin, il faut encore peaufiner son dribble. Les Sixers, qui ont besoin d'un poste 3/4 solide, capable d'être une future stade, ne prendront aucun risque en le sélectionnant en premier choix. Il a le potentiel pour être un futur grand. 

 

2. Los Angeles Lakers : Brandon Ingram, SF, 17,3 pts, 6,8 rbds, 2 pds (Duke)

 

Principal rival de Ben Simmons pour la première place de cette draft, il y a de grandes chances qu'il atterrisse du côté des Lakers. Actuellement en concurrence avec Buddy Hield pour le spot de numéro 2 de la future draft, Los Angeles a tout intérêt à miser sur un joueur beaucoup plus jeune et doté d'un potentiel énorme s'il comble son déficit physique. Véritable brindille, il risque d'exploser face aux mastodontes NBA et doit absolument prendre une dizaine de kilos durant l'été. Hormis cela, il a des qualités étonnantes. Accrocheur en défense, il est aussi capable d'aller gober quelques rebonds. Dans la deuxième partie de saison NCAA, il a montré toute son abnégation, avec de grosses qualités offensives dans un style délié qui rappelle étrangement un certain Kevin Durant. Joueur très long et très talentueux, les Lakers, en souffrance sur le poste d'ailier, le sélectionneront avec leur deuxième choix. A moins que les Sixers ne décident de le prendre, auquel, Los Angeles se fera une joie d'accueillir Ben Simmons. 

 

3. Boston Celtics : Jamal Murray, SG/PG 20,0 pts, 5,0 rbds, 2,2 pds (Kentucky)

 

Il est en concurrence logique avec Buddy Hield. Les deux meilleurs arrières de la promotion se sont tirés la bourre lors des camps d'entraînement en battant de nombreux records, notamment sur la réussite aux tirs longue-distance. Certes, Buddy Hield s'est montré plus à son avantage, autant en saison NCAA que lors de ces fameux training camp. Toutefois, on miserait bien sur Jamal Murray, joueur controversé pour atterrir aux Boston Celtics, capables également de monter un échange avec Danny Ainge comme président, afin de récupérer un intérieur dominant ou Jimmy Butler, rêve inavoué de cette franchise. Si aucun trade n'est monté, Jamal Murray, malgré un déficit de taille, mais doté de qualités offensives certaines, pourrait être pris avec ce third pick, car il est plus jeune donc potentiellement plus valuable que Buddy Hield. Les Celtics ont besoin d'un poste 2 shooteur, ce qui est le cas de Jamal Murray, qui, contrairement aux on-dits, est tout, sauf un véritable meneur de jeu. 

 

4. Phoenix Suns : Dragan Bender, PF/C, 4,8pts, 2,4 rbds (Maccabi-Tel-Aviv) 

 

Après le coup d'éclat réalisé par Kristaps Porzingis cette année, la côté des européens de l'est, d'autant plus lorsqu'ils sont intérieurs, a sacrément augmenté. C'est pourquoi le très jeune (et très talentueux) Dragan Bender, croate de naissance, a de très grandes chances d'être drafté très haut. Il possède des qualités indéniables, autant offensives, avec cette faculté très recherchée de pouvoir s'écarter du cercle (pour aller jusqu'à la ligne des 3-points), mais également de pénétrer, avec une qualité de dribble assez impressionnante pour un joueur de cette taille. Défensivement, il possède également des qualités, même s'il doit encore progresser dans sa lecture du jeu, ainsi que de se renforcer physiquement. Malgré tout, il a très peu joué l'année dernière avec son équipe du Maccabi. La vraie question, c'est : Est-il NBA Ready ? Les Suns prendront le risque de le sélectionner afin de l'associer à Tyson Chandler dans la peinture. 

 

5. Minnesota Timberwolves : Kris Dunn, PG, 16,4 pts, 5,3 rbds, 6,2 pds, 2,5 int (Providence)

 

A la recherche d'un meneur de jeu, les Timberwolves sélectionneront probablement le meilleur de cette draft avec ce cinquième choix. Ils pourraient également être tentés de sélectionner Buddy Hield, avec son profil de shooteur exclusif qui ferait forcément le bonheur des Timberwolves. Toutefois, Kris Dunn pourrait s'avérer être la bonne pioche du côté de Minnesota avec toutes les rumeurs entourant un possible départ de Ricky Rubio, il faut absolument suppléer dans ce cas-là, le joueur est un très bon meneur organisateur, capable aussi de pénétrer. Il est un bon défenseur et son association avec Zach LaVine, qui n'est pas un meneur mais un arrière pourrait s'avérer intéressante. Joueur peu connu, il est suffisamment doué pour réaliser une belle carrière en NBA avec également de grosses qualités au rebond pour un joueur de sa stature, c'est un véritable meneur complet qui doit tout de même travailler sur son shoot, très irrégulier. Attention toutefois, une sélection de Buddy Hield ne serait pas forcément surprenante mais la nécessité de posséder un vrai meneur est fondamental pour les Wolves.

 

6.  New Orleans Pelicans : Buddy Hield, SG, 25,0 pts, 5,7 rebonds, 2,0 pds (Oklahoma)

 

C'est vrai. Ce serait étonnant que Buddy Hield tombe aussi bas dans une draft aussi faible que celle qui s'annonce. Le meilleur joueur NCAA de la saison régulière est un véritable arrière shooteur. Toutefois, son profil de Senior pourrait en faire fuir certains car sa marge de progression est particulièrement limitée. Il semble que le joueur ait maximisé son potentiel tant il a marché sur la dernière saison NCAA. Doté d'un shoot soyeux, il est un très bon joueur offensif qui sont à même de compenser ses relatives faiblesses en défense. Protégé de Kobe Bryant, il a battu de nombreux records de shoots au training camp. (avec un score exceptionnel de 83 paniers inscrits sur 100 tentés à Boston !). S'il est encore disponible, et au vue des besoins des effectifs précédents, il pourrait atterrir, au pire, à New Orleans, où son profil pourrait parfaitement s'adapter dans cet effectif, en manque de shooteurs. Associé à Jrue Holiday dans le backourt, il pourrait être un vrai candidat au titre de Rookie of The Year

 

7. Denver Nuggets : Jaylen Brown, SF, 14,6 pts, 5,4 rbds, 2 pds (California)

 

Les Nuggets ont absolument besoin d'un véritable ailier tant l'effectif est déséquilibré entre les rotations intérieures et les rotations sur les postes extérieures. Danilo Gallinari excellent, mais trop souvent blessé, ne peut passer la saison tout seul sur ce poste. Il faut quelqu'un pour le remplacer. Qui d'autre que Jaylen Brown ? L'ailier de California est une brute dotée de qualités athlétiques exceptionnelles. C'est pourquoi il est un top 10 assumé cette année. Bien que ses statistiques ne soient pas démentielles, il possède une marge de progression intéressante. C'est un bon défenseur couplé à un bon joueur de pénétration. Maintenant, il faudra prendre une année ou deux afin qu'il travaille sur ses défauts, à savoir le tir (et sa sélection), son position offensif, voire son dribble. Malgré tout, il est capable d'apporter un écho certain dès cette saison du côté des Rocheuses...

 

8. Sacramento Kings : Marquese Chriss,PF, 13,7 pts, 5,4 rbds, 1,6 con (Washington)

 

Les Kings ont le même problème que les Raptors (choix suivant), c'est-à-dire trouver un poste 4 capable de s'adapter à un intérieur déjà en place, en l'occurence, peut-être le plus talentueux de toute la NBA : DeMarcus Cousins. Willie Cauley-Stein n'est pas un ailier fort de formation. Il faut absolument un ailier-fort fuyant à associer à ce bon DeMarcus. Leur choix se tournerait alors vers Marquese Chriss, auteur d'une solide saison avec son équipe de Washington. Le joueur a un tir correct, ce qui fait qu'il peut s'éloigner du cercle et laisser de la place à Cousins afin qu'il fasse le boulot à l'intérieur. Il devra néanmoins progresser dans plusieurs secteurs, à commencer par le rebond et la défense sur l'homme, sinon les Kings risques de subir à l'intérieur l'année prochaine...

 

9. Toronto Raptors : Domantas Sabonis, PF, 17,6 pts, 11,8 rbds, 1,8 pds (Gonzaga)

 

Dire qu'ils étaient en Finale de Conférence cette année. Les Raptors, défaits 4 à 2 par les Cavs, ont pu voir ce qui les séparaient du haut du panier, un poste 4 de talent. Kevin Love s'est amusé face à cette équipe bien construite mais qui connaît un énorme déficit sur ce poste. Avec Jonas Valanciunas à l'intérieur, joueur de devoir également très talentueux, ils peuvent associer n'importe quel type de joueur à ses côtés, tant qu'il fait le travail au rebond tout en ayant la possibilité d'inscrire une dizaine de points. Si Marquese Chriss n'est pas sélectionné par les Kings, les Raptors se positionneront sur lui. Si c'est le cas, la franchise canadienne ne laissera probablement pas Domantas Sabonis filer dans une autre équipe, lui qui est auteur d'une superbe saison avec son équipe de Gonzaga. Il a fait d'énormes ravages dans les raquettes NCAA cette saison. Avec un petit temps d'adaptation, il pourrait remettre ça en NBA. Joueur besogneux, il pourrait apporter son envie et sa capacité à gober des rebonds à des Raptors en déficit face aux Cavs dans ce secteur. 

 

10. Milwaukee Bucks : Jakob Poetl, C, 17,2 pts, 9,1 rebonds, 1,6 con (Utah)

 

Intrinsèquement, Jakob Poetl est considéré comme le meilleur intérieur de cette cuvée. Pourtant, malgré une excellente saison avec l'université d'Utah, sa côte n'est pas au mieux, la faute à des training camp moyennement convaincants. Toutefois, Milwaukee a enfin besoin, soit d'un meneur (pour suppléer Michael Carter-Williams mais il n'y en a pas dans cette cuvée) ou d'un intérieur plutôt bon dans les tâches défensives afin de passer un palier avec cet effectif si talentueux. C'est pourquoi le choix d'un Jakob Poetl, capable de faire son travail sur l'homme, même s'il souffre d'un déficit de vitesse, mais aussi un très bon rebondeur en plus d'avoir la faculté de marquer de manière régulière lorsqu'il est proche du panier peut s'avérer être une pioche très intéressante. Milwaukee a tout intérêt à prendre cet intérieur s'il est encore disponible tant il apparaît être un chaînon manquant de leur effectif. 

 

11. Orlando Magic : Deyonta Davis, PF, 7,5 pts, 5,4 rbds, 1,8 pds (Michigan State)

 

Orlando est une équipe jeune et talentueuse, dans laquelle la plupart des joueurs draftés rêveraient d'être. Il ne serait pas étonnant que ce rêve se réalise pour l'excellent Deyonta Davis, auteur d'une saison plutôt solide avec Michigan State. Le joueur, poste 4 de formation, est un très bon défenseur, ce qui ne fera pas de mal à cette équipe en galère dans ce secteur. Plus que ça, ils ont absolument besoin d'un véritable joueur de formation à ce poste, où ni Aaron Gordon, avec son profil particulier d'entre-deux postes (Ailier ? Ailier-fort ?), ni Ersan Ilyasova, pas parti pour rester ne se sont imposés. Deyonta Davis est LE diamant brut de cet draft. C'est un énorme pari. Il est risqué. Pourtant, le joueur a le potentiel pour être un très bon joueur NBA. Il faut, lui aussi, lui laisser du temps afin de s'épanouir dans le monde des grands. Tout son jeu offensif est à penser. A lui de travailler. 

 

12. Utah Jazz : Dejounte Murray, SG/PG, 16,1 pts, 6,0 rbds, 4,4 passes (Washington)

 

Le Jazz n'a plus le choix s'ils veulent atteindre les playoffs... Il faut absolument arrêter de passer à côté dès la saison prochaine. Pour cela, il faut absolument miser sur un jeune joueur intérieur. Si le GM est futé, il faut trader ce choix de draft et un joueur contre un véritable meneur d'expérience, capable d'apporter au scoring. Si ce n'est pas le cas, le déficit est tellement flagrant sur ce poste, qu'ils doivent absolument se tourner vers Dejounte Murray, qui, malgré un shoot qu'il doit encore travailler, n'a cessé de monter lors des dernières mocks drafts car son profil de meneur arrière aux qualités défensives certaines intéressent plusieurs franchises.

 

13. Phoenix Suns : Timothe Luwawu, SG, 14,5 pts, 4,7 rbds, 2,8 pds (Mega Leks)

 

Les Suns sont en souffrance sur la majeure partie des postes, d'où leur saison catastrophique... Après leur quatrième choix, ils disposent également du treizième choix de cette draft 2016. Qui vont-ils choisir ? Nul doute que leur choix (l'un des deux) se portera sur un ailier. Pourquoi pas Timothe Luwawu, le jeune français, auteur d'une très belle saison à Mega Leks. Encore pleins de défauts, et malgré un jeu offensif à polir, son profil de 3 and D (possible grâce à ses longs bras) pourrait intéresser la franchise. Sa faculté à défendre sur les meilleurs joueurs adverses, point fort de son jeu, sera le passage obligatoire, afin de réussir en NBA. Il est fort possible que les Suns sélectionnent un défenseur qui apporte de l'énergie dans cette équipe... (Du moins, ce serait judicieux).

 

14. Chicago Bulls : Denzel Valentine, SG, 19,2 pts, 7,8 rbds, 7,5 pds  (Michigan State)

 

Qui d'autre que Denzel Valentine pourrait atterir à Chicago ? S'il est encore disponible, il faut absolument que les Bulls choisissent ce joueur. Élément déterminant de Michigan State, il fut le maillot fort avec sa faculté à tout bien faire. Il a cumulé des chiffres jamais vus sur une saison NCAA. Ce profil créatif capable de jouer sur plusieurs postes pourraient faire énormément de bien à une équipe des Bulls en panne d'inspiration. Toutefois, ses blessures aux genoux peuvent inquiéter. Connaissant la capacité des médecins des Bulls, il faudra faire attention avec ça. Malgré des soucis en défense et sur le plan athlétique, si le style jeu de la franchise est bien en place, il pourrait sortir de grosses performances dans la Grande Ligue.

 

15. Denver Nuggets : Furkan Korkmaz, SG, 4,6 pts, 1,3 rbds (Efes Istanbul)

 

Après Jaylen Brown sur le poste d'ailier, les Nuggets seraient bien inspirés de sélectionner un arrière shooteur pour suppléer le jeune (et limité) Gary Harris. Le très jeune espoir, Furkan Korkmaz et sa faculté à dégainer de loin avec sa gestuelle parfaite pourrait faire des dégâts dans cette ligue, même s'il n'est pas encore taillé physiquement pour les joutes contre les athlètes bodybuildés. Un très bon joueur à suivre...

 

16. Boston Celtics : Skal Labissière, C, 6,6 pts, 3,1 rbds, 1,6 con (Kentucky)

 

Les Celtics ont besoin d'un joueur intérieur au profil défensif. Auront-ils une nouvelle fois envie de prendre un risque ? On peut compter sur Danny Ainge pour pouvoir en prendre un en sélectionnant un joueur attendu très haut avant le début de la saison NCAA. Des soucis extra-sportifs associés à un faible rendement sur le terrain ont eu raison du prometteur Skal Labissière. Gros talent à son arrivée à l'université, il est attendu haut malgré une saison particulièrement décevante. On peut compter sur Brad Stevens pour l'aider à progresser et renouer avec son destin. Sinon, c'est fichu pour ce joueur dont on ne connaît pas réellement le potentiel... Attention danger.

 

17. Memphis Grizzlies : Henry Ellenson, PF, 17,0 pts, 9,7 rbds, 1,5 con (Marquette)

 

Henry Ellenson a vu sa côte baissait lors des dernières mock drafts. Il ne s'est pas montré très convaincant lors des training camp. Le voir si bas serait même un steal. Toutefois, seul Toronto semble véritablement disposer à le prendre plus haut. Du coup, s'il sélectionne un autre joueur, il pourrait descendre pour filer dans l'escarcelle des Grizzlies. Ils ont besoin de quelqu'un pour suppléer l'inusable Zach Randolph, et Henry Ellenson a le talent nécessaire pour être cet homme-là.

 

18. Detroit Pistons : Malachi Richardson, SG, 13,4 pts, 4,3 rbds, 2,1 pds (Syracuse)

 

Deux besoins s'offrent aux Pistons lors de cette draft... Un arrière remplaçant ou un intérieur remplaçant. Soit Malachi Richardson, joueur au talent offensif certain venant de Syracuse, auteur d'une March Madness convaincante, soit un intérieur à fort potentiel. Mieux vaut trouver un arrière en sortie de banc pour suppléer l'irrégulier Kentavious Caldwell-Pope.

 

19. Denver Nuggets : Cheikh Diallo, C, 3 pts, 2,5 rbds (Kansas)

 

Troisième choix pour les Nuggets. Il serait étonnant de les voir tenter trois paris même si ce n'est pas impossible. Lui aussi était un véritable talent sur les parquets du lycée. Il n'a eu le droit qu'à 7 minutes de temps de jeu lors de sa dernière saison mais son potentiel semble plus intéressant que Skal Labissière car il en impose davantage physiquement. Le joueur est un mastodonte doté d'une belle paire de mains. Au sein d'un secteur intérieur déjà fourni, il manque une arme de dissuasion à ces Nuggets et Cheikh Diallo mérite d'être vu dans ce rôle si particulier.

 

20. Indiana Pacers : Ivika Zubac, C, 8,8 pts, 4,4 rbds (Mega Leks)

 

Les Pacers ont des déficits sur plusieurs postes mais ils ont la chance de pouvoir compter sur un joueur d'exception : Paul George. Vont-ils proposer de renouveler le contrat de l'étonnant Ian Mahinmi ? S'ils ne font pas, c'est qu'ils décident de passer par la draft pour recruter un intérieur pour jouer aux côtés du très talentueux Myles Turner. Lui aussi en provenance de Mega Leks, Ivika Zubac est un intérieur particulièrement bon défensivement. Qui d'autre pour remplacer (ou suppléer) les qualités de Ian ? 

 

21. Atlanta Hawks : Wane Baldwin, SG, 14,1 pts, 4,0 rbds, 5,2 pds (Vanderbilt)

 

Jeff Teague est en partance d'Atlanta. Dennis Schroeder va prendre sa place pour mener le jeu léché d'Atlanta, dans ce cas-là, ils auront besoin d'un supplément sur ce poste avec un joueur plutôt complet, capable d'amener du scoring et de la défense en sortie de banc. Il pourrait percer au haut niveau dans l'effectif des Hawks. 

 

22. Charlotte Hornets : DeAndre Beambry, SF, 17,4 pts, 7,8 rbds, 4,5 pds (St Joseph's)

 

Charlotte a absolument besoin d'un poste 4 talentueux dans son effectif, la tâche était dévolue (avec succès hormis en playoffs) à Marvin Williams. Les solutions pour le remplacer ne sont pas légions sur le banc. Les Hornets pourraient être tentés de sélectionner un poste 4 complet, bien que limité athlétiquement, afin d'avoir de la variété en sortie de banc. Avec une saison pareille il peut clairement être un des steals de cette draft au vue de son profil et du fait qu'il vienne d'une petite fac. 

 

23. Boston Celtics : Stephen Zimmerman, C, 10,5 pts, 8,7 rbds, 2,0 con (UNLV)

 

Les Celtics ont un troisième choix dans ce premier tour. Si le pari Skal Labissière rate, ils peuvent se raccrocher aux branches en sélectionnant une valeur sûre du championnat universitaire : Stephen Zimmerman. Le golgoth est doté de capacités physiques impressionnantes et peut s'avérer être une bonne rotation en sortie de banc dans un profil défensif capable d'aller mettre quelques dunks spectaculaires assez recherché.

 

24. Philadelphie Sixers : Juan Hermagonez, SF/PF, 9,7 pts, 5,7 rbds, O,8 int (Estudiantes)

 

Juan Hermagonez est une des grosses côtes de cette draft. Il ne cesse de monter. Notamment car il a les capacités mentales d'encaisser rapidement le passage en NBA. Avec son profil européen de gros shooteur, il intéresse beaucoup de franchises. En manque de shooteurs exclusifs, les Sixers auraient la bonne idée de le sélectionner que cela pourrait s'avérer être un bon coup. Pour lui, ce serait l'assurance de profiter d'un certain temps de jeu.

 

25. Los Angeles Clippers : Demetrius Jackson, PG, 15,8 pts, 3,5 rbds, 4,7 pds (Notre Dame)

 

Chris Paul est en train de prendre de l'âge et aurait peut-être besoin de souffler. Austin Rivers est tout sauf un remplaçant correct dans un style de meneur de jeu organisateur. Même s'ils ont des lacunes sur plusieurs postes, Demetrius Jackson a des allures de bonne pioche après trois saisons passées à Notre Dame. 

 

26. Philadelphie Sixers : Damian Jones C, 13,9 pts, 6,9 rbds, 1,6 con (Vanderbilt)

 

Nouveau choix pour les Sixers qui seraient cette fois-ci inspiré de prendre un intérieur pour suppléer Joel Embiid, Nerlens Noel ou Jahlil Okafor... Damian Jones est la deuxième grosse satisfaction de l'université de Vanderbilt. Joueur a fort potentiel, il  possède une marge de progression immense, notamment sur le plan de la régularité et de la concentration. Il fait partie de ces joueurs avec un potentiel à polir...

 

27. Toronto Raptors : Thon Maker, C, ? (Athlete Institute)

 

On mise sur le fait que Thon Maker, qui ne passera pas par la case Université soit choisi dans le premier tout de cette draft... Gros talent au lycée, son passage direct dans la Grande Ligue aura-t-elle raison du joueur ? Son potentiel intrigue avec cette taille gigantesque et sa faculté à posséder un tir correct. Néanmoins, jusqu'à présent, il jouait face à des gamins. Il risque d'être surpris mais à terme, il sera peut-être un choix payant. Toronto, à la recherche d'un back up à Jonas Valanciunas pourrait être tenté.

 

28. Phoenix Suns : Ante Zizic, C, 13,4 pts, 8,0 rbds, 1,6 con (Cibona Zagreb)

 

Encore un intérieur pour les Suns ? Peut-être bien avec la venue d'un pari risqué, le jeune Ante Zizic, intérieur croate, il pourrait apporter ses bonnes qualités offensives en remplacement du très frustre Tyson Chandler. A voir aussi s'ils veulent polir un nouveau talent ou passer un palier le plus vite possible... 

 

29. San Antonio Spurs : Guerschon Yabusélé, PF, 11,5 pts, 6,8 rbds, 1,1 pds (Rouen)

 

Étant donné que ce sont les Spurs, on les voit sélectionner un joueur européen. C'est pourquoi voir le vaillant Guerschon Yabusélé, dont la côté n'a cessé de monter ces derniers temps ne seraient pas étonnant. Malgré sa petite taille, cette boule de muscle a le physique pour pouvoir faire son trou en NBA même si son talent est limité. 

 

30. Golden State Warriors : Tyler Ullis PG, 17,3 pts, 7 pds, 1,5 in (Kentucky)

 

Alors qu'ils viennent de se faire battre en Finales NBA par les Cavs, il est facile d'identifier un des principaux manques de ces Warriors : le manque d'un véritable meneur, capable d'être un organisateur voire un créateur à ses heures perdues... Tyler Ullis va être disponible très bas du fait de sa petite taille. Pourtant, c'est un véritable meneur et un général des parquets. Un bon choix en perspective en sélectionnant l'ambitieux Tyler Ullis

Ailleurs sur le web
Votre avis ()