156

online

Petite révolution en cours du statut des coachs NBA

Petite révolution en cours du statut des coachs NBA

 

A l'image de Stan Van Gundy à Detroit, Doc Rivers devient coach et président des opérations basket des Clippers. La tendance actuelle est d'avoir un Head Coach, mais surtout un Manager.

Sur le site de la franchise des Clippers, nous apprenons que Doc Rivers est désormais le président des opérations basket de l'équipe dont il est l'actuel Head Coach.

 

Cette promotion, qui intervient après l'affaire Sterling, a eu quelques conséquences dans le front office des Clipp's. En effet, Gary Sachs n'est plus le General Manager de la franchise, mais l'assistant du nouveau GM, Dave Wohl, qui s'occupait du scouting de l'autre franchise de Los Angeles. Kevin Eastman quant à lui passe du poste d'assistant à celui de vice-président des opérations basket, rôle qui était tenu par Rivers.

 

Par le passé, il y a déjà eu des Head Coachs qui avaient aussi la responsabilité des opérations baskets, afin de renforcer le lien entre le front office et la réalité des terrains. Par ce changement au sein des Clippers, Rivers a les pleins pouvoirs sur le recrutement et sur le visage de son effectif, que ce soit dans les négociations ou que ce soit dans le management sportif de l'équipe. Mais il rejoint aussi les autres coachs et futurs coachs de la NBA qui vont cumuler ces deux jobs. Il y a bien entendu Stan Van Gundy aux Pistons, Flip Saunders à Minnesota, mais les postes vacants comme celui de Cleveland ou encore celui des Lakers pourraient donner lieu à un poste à double casquette.

 

On se rapproche désormais d'un poste de Manager comme on peut le voir dans d'autres disciplines et dans d'autres championnats. Il ne serait pas étonnant qu'à l'avenir ce genre de poste se banalise en NBA, car les équipes en manque de réussite ont souvent été critiquées par un manque de communication entre le terrain et le front office. C'est d'ailleurs pour cela que Phil Jackson, président des Knicks a choisi Derek Fisher pour guider les Knicks, car pour le coup il sait par qui il peut agir sur le terrain et inversement.

Ailleurs sur le web
Votre avis ()