58

online

Les Lakers ont le sourire

Les Lakers ont le sourire

  

Earvin Magic Johnson a été intronisé à la tête des opérations basket des Lakers avec pour objectif de ramener l’équipe en haut de l’affiche.

Magic Johnson a été intronisé à la tête des opérations basket des Lakers avec pour objectif de ramener l’équipe en haut de l’affiche. Avec le nouveau general manager Rob Pelinka, Magic aura la dure tache de construire une équipe compétitive en partant d’un noyau de jeunes talentueux, mais pas encore prêt à passer au niveau supérieur.

 

  • Pourquoi un changement

 

Les Lakers vont sûrement manquer les play-offs pour la quatrième fois d’affilée. L’année dernière l’équipe n’a gagné que dix-sept fois et a battu le record de médiocrité de la franchise. Lors des quatre dernières années, seule l’équipe de Philadelphie a un pire pourcentage de victoire que la franchise californienne.

 

Bien sur la grave blessure qu’a subit Kobe Bryant en 2012 a été un choc pour les Lakers qui ont dû subitement changer leurs plans. Mais Jim Buss et Mitch Kupchak n’ont pas été remplacé seulement à causes des résultats. C’est surtout dû à toutes les erreurs commises durant ces quatre dernières années qu’ils ont perdu leur travail. D’abord il y a eu les erreurs qui ont coûté à la franchise de nombreux tours de draft, l’échange pour Steve Nash et celui pour Dwight Howard. L’équipe avec ces deux joueurs n’aura pas eu le succès que l’on attendait tous (nouveau Big four made in L.A avec Kobe Bryant, Pau Gasol, Nash, Howard). Elle s’est en réalité révélée un flop complet qui a réussi à se qualifier de justesse grâce aux exploits de Kobe.

 

Looking for a trip to a basketball match? With this Expedia voucher you can book your trip now!

 

Le choix des coaches ces dernières années ont aussi été mauvais. Mike d'Antoni a été préféré à Phil Jackson en 2012 pour guider l’équipe après le licenciement de Mike Brown. Il n’est finalement resté que deux saisons pour ensuite être remplacé par Byron Scott qui n’est plus l’ombre du coach qu’il était à New Jersey et à New Orleans.

 

Ensuite le troisième problème qu’avaient Jim et Mitch était celui de ne pas réussir à attirer des bons free agent (Dwight Howard est parti à Houston, Carmelo n’a jamais été intéressé par les Lakers). Durant cette période les seuls free-agents qui ont signé avec l’équipe étaient des joueurs de seconde zone (Wesley Johnson,Chris Kaman,Nick Young).

 

L’été dernier a sûrement été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, les signatures de Luol Deng et Timofey Mozgov a un prix bien au-dessus de leur valeur a été une terrible erreur. Les deux joueurs sont mauvais cette année, Luol Deng par exemple a récemment été relégué sur le banc car il dispute une saison tout au plus médiocre. Il devait amener de la constance et de l’expérience, mais toutes ses statistiques sont en chute libre et sa défense n’est plus ce qu’elle était. Il ne mérite clairement pas son énorme contrat qui pourrait poser problème à l’avenir lorsque les jeunes joueurs devront signer une extension.

 

Les Lakers ont donné beaucoup trop d’argent à Mozgov qui déçoit au point d’être finalement relégué sur le banc dernièrement au profit du jeune pivot croate Ivan Zubac. Au-delà des statistiques très faibles, il n’y a pas eu de saut de qualité dans le jeu de l’ex-pivot des Cavs qui aurait pu porter bénéfice à l’équipe.

 

Voilà a quoi était condamnée l’équipe depuis quatre ans, à devoir surpayer des joueurs pour qu’ils aient envie de jouer à Los Angeles.

C’est probable que cela change grâce à l’aura de Magic Johnson.

 

  • Pas d’expérience

 

Magic Johnson a effectué son premier trade hier soir en échangeant Lou Williams contre Corey Brewer et un premier tour de draft des Houston Rockets. Ce qui n’est pas un forcément un mauvais trade vu que les Lakers doivent perdre le plus de matches possibles cette année s’ils veulent avoir une chance d’être top 3 à la draft et de conserver leur pick.

 

Magic malgré son statut de légende n’a aucune expérience comme membre d’un front office d’une franchise NBA. S’il comprend ses limites et réussi à s’entourer de personnes compétentes les lakers iront dans la bonne direction. Il existe plein d’exemples de joueurs NBA qui ont ensuite échoué en tant que responsables des opérations basket d’une franchise, pour en citer quelques-uns : Isiah Thomas avec les Knicks au cours des annés 2000, Michael Jordan avec Washington. Mais il y a aussi eu des succès comme par exemple l’ami et ancien rival de Magic, Larry Bird.

 

La nomination de Pelinka est un excellent début. En effet l’ex-agent a plus de vingt ans d’expérience en tant que représentant des intérêts de nombreux joueurs, parmi eux Kobe Bryant. Il connait la ligue, le CBA et a des contacts partout en NBA.

 

Pour réussir et ramener les Lakers à la place qu’ils méritent, Magic va devoir déléguer aux personnes qui l’entourent, qui sont pour l’instant plus compétentes que lui. Il va devoir écouter les opinions qui diffèrent de la sienne, certaines fois s’incliner face à Pelinka ou à ces scouts. Le statut de légende de Magic ne fait pas de lui un dénicheur de talent, il va donc devoir bouger ses fesses de L.A et aller observer des joueurs autour du pays comme le font Sam Presti ou Pat Riley.

 

Magic peut être un très bon président et ramener la franchise à des sommets non atteints depuis 2011 mais ça ne sera plus aussi facile qu’avant. En effet les Lakers n’attirent plus les grandes stars depuis des années. La possibilité de jouer dans un grand marché, le soleil de Californie et Hollywood n’attire plus personne. Ce qui intéresse les joueurs aujourd’hui ce sont de bonnes équipes, avec un bon coach, un bon front office et tout ce qui fait la réputation d’une bonne franchise (ce n’est pas un hasard si les Spurs se mettent à signer le plus gros free-agent de l’été en 2015 avec Lamarcus Aldrige). Le pouvoir marketing des Lakers a baissé ces quatres dernières années.

 

  • Une équipe très jeune

 

L’objectif de cette année à Los Angeles était de faire grandir et s’améliorer leur jeune effectif. Cela avait plutôt bien commencé, l’équipe durant le premier mois flirtait avec les play-offs avec un bilan positif (10-10 le 30 novembre). Ensuite c’est la chute avec huit défaites de suite pour commencer le mois de décembre qui a plombé les espoirs de pouvoir participer aux play-offs .Un bilan négatif qui est en partie dû aux blessures de leur meilleurs joueurs cette saison (D’Angelo Russell et Nick Young). Il y a eu des moments extrêmement positifs et d’autres vraiment négatifs mais c’est ce qui arrive lorsque l’on a une équipe extrêmement jeune. L’inconstance  provient de l’inexpérience. Il faut être patient avec cette équipe, leurs cadres d’aujourd’hui et demain ne sont que dans leur deuxième et troisième année (Russel et Randle) et les Lakers possèdent en Brandon Ingram une future superstar. Il faudra du temps avant de voir la jeune équipe de la cité des anges en haut de l’affiche.

 

Cependant, la direction que prend l’équipe de Los Angeles est excellente malgré quelques erreurs de casting l’été dernier. Ils se sont créés une identité forte grâce au coach, Luke Walton, qui est l’homme parfait pour le job. En effet les joueurs l’adorent et croient dans le système proposé par l’ex assistant des Warriors ce qui est fondamental. Pour sa première expérience en tant que Head coach, Walton fait un excellent travail malgré le bilan en dent de scie.

 

 

Malgré les commentaires négatifs de coach Walton à propos du tanking et des Sixers,  la meilleur décision que devrait prendre la direction des Lakers est celle de perdre. En effet si l’équipe de Los Angeles veut garder son pick à la prochaine draft, il faut qu’il soit Top 3 à la loterie sinon le pick appartiendra à Philadelphie (Merci Steve Nash). Les play-offs sont malheureusement déjà hors d’atteinte, il vaut peut-être mieux essayer d’échanger certains des vétérans lors des vingt-quatre prochaines heures, pour laisser les jeunes grandir.

 

Draft Pick ou pas, le futur des Lakers est prometteur et c’est la première fois depuis 2012 que l’équipe est emballante. Finalement les fans des Lakers  peuvent envisager un avenir radieux  avec Johnson, pour leur équipe après la dépression des années D’Antoni et Scott.

 

  • Les jeunes intouchables.

 

Les Lakers possèdent des jeunes à très haut potentiel et Johnson le sait :

 

Les seuls intouchables aujourd’hui  sont nos jeunes joueurs. Nous l’avons déjà fait savoir aux autres équipes de la ligue. Nous tenons à nos joueurs. Des gens ont appelés pour s’informer, mais on leur a dit non.

 

Parmi les intouchables figurent certainement Brandon Ingram, DeAngelo Russel et Julius Randle qui sont les trois joueurs avec le plus de potentiel au sein de l’équipe.

 

Pour le moment le leader de ce trio semble être D’Angelo qui est annoncé comme étant le futur Franchise Player des Lakers .Pour sa deuxième année Russell a reçu la clef de l’attaque de la part de Walton et il réussit une année globalement bonne même s’il fait parfois preuve d’inconstance. Il a dû manquer plusieurs matches à cause de problème au genou, c’est là qu’on a pu voir combien D’Angelo est important pour l’équipe (3-13 sans lui). Il a fait preuve de professionnalisme tout le long de l’année mettant derrière lui tous les soucis extra-sportifs de l’année précédente.

 

Randle lui a commencé la saison en jouant à un très haut niveau, mais a ensuite eu une baisse de performance notable à cause de divers pépins physiques. Il reste tout de même l’un des piliers des Lakers. Excellent attaquant doté d’une main gauche dévastatrice, il a la confiance de son coach qui parle de lui souvent en termes élogieux. Pour l’instant Julius Randle réalise une bonne deuxième saison ce qui est de bon augure pour le futur.

 

Les Lakers ont récemment refusé d’échanger Brandon contre DeMarcus Cousins, ce qui démontre à quel point ils croient en lui .En effet Walton veut faire d’Ingram un joueur all around à la Giannis Antetokounmpo et c’est fort possible qu’il y arrive tant le rookie a montré qu’il avait le talent pour devenir un joueur majeur de la franchise. En outre, Luke Walton a réussi à ne pas se précipiter avec Brandon, lui laissant le temps de s’adapter à la NBA, ce qui est actuellement un succès. En effet le temps de jeu d’Ingram a augmenté au fur à mesure jusqu’à récemment être promu dans le cinq majeure. Même si ses statistiques ne sont pas folles, il est entrain de disputer une bonne saison et a montré plusieurs fois l’étendue de son talent. L’avenir du très jeune joueur des Lakers (19 ans) s’annonce radieux. 

 

Si l’ancienne gloire des Lakers version Showtime ne perd pas les pédales avant la fin des échanges et se met à vouloir chasser des joueurs de renom en sacrifiant tous les jeunes, l’équipe devrait doucement mais surement commencer à mieux jouer. Si la chance est du côté des Lakers ils devraient pouvoir de nouveau avoir un top 3 à la draft cet été et ensuite si de bons moves sont effectués cet été pourquoi pas disputer les play-offs dès l’année prochaine. 

Ailleurs sur le web
Votre avis ()