175

online

Les Hornets ne piquent plus

Les Hornets ne piquent plus

  

Ça ne fonctionne définitivement plus pour les Hornets depuis début 2017. Une longue chute au classement et une sortie du Top huit à l’est ont été les conséquences du très mauvais niveau de jeu de l'équipe depuis le 5 janvier.

Depuis leur défaite à Detroit en début janvier, l’équipe de Charlotte n’a gagné que quatre matches. Ils ont désormais un bilan de 24 victoires pour 30 défaites, et sont neuvièmes à l’est avec un match et demi de retard sur les Pistons, huitièmes, et sur les Bulls, septièmes. Voici différentes raisons qui expliquent la mauvaise passe de Charlotte.

 

  • Pas de deuxième option fiable

 

Une grande partie de la force offensive repose sur un excellent Kemba Walker et exclusivement sur du pick' n 'roll ce qui, contre de bonnes équipes qui arrivent bien à switcher, amène à avoir de grosses difficultés en attaque. Le fait qu’il n’y ait pas de deuxième option offensive constante derrière la star des Hornets, fait que l’attaque s’enraye assez facilement.

 

On attendait un réelle progression de la part de Nicolas Batum, mais il n’a malheureusement pas passé le cap pour avoir une chance de participer au All-star Game. Il est excellent dans son rôle d’all around, ses stats peuvent en témoigner. En effet Nicolas est le type de joueur sans aucune faiblesse, capable de tout faire sur un terrain et défendre souvent à haut niveau. Mais il ne peut pas être la deuxième option d’une équipe qui veut aller loin en playoffs car ce n’est pas une menace constante en attaque et ses pourcentages sont assez mauvais cette année.

 

Cody Zeller s’est amélioré cette année, mais ne peut pas prétendre au rôle de lieutenant. Marvin Williams est sur courant alternatif depuis le début de saison et MKG est inexistant offensivement. De plus ces joueurs sont incapables d’attaquer le panier lorsqu’ils sont en isolation. Zeller ne tente presque jamais des mouvements au poste, Williams non plus et MKG encore moins. Les Hornets n’ont pas de jeu au poste et dépendent trop de leur ligne extérieure, ce qui rend leur attaque stéréotypé et facilement défendable.

 

  • Pas de tireurs fiable

 

Les shoots ne rentrent pas à Charlotte, en effet aucun joueur n’a un pourcentage supérieur à 40%. Dans une ligue axé sur le shoot longue-distance, si on veut gagner des matches il faut avoir des tireurs efficaces. Selon le site de la NBA, le meilleur pourcentage appartient à Kemba avec 39.1% et tous les autres joueurs voyagent entre 30% et 37% à part Jeremy Lamb et Michael Kidd Gillchrist (24.7% et 12,5 % ). Les déceptions dans ce secteur sont  Frank Kaminsky et Lamb qui ont perdu leur adresse cet année alors qu’ils sont les principales forces de frappe en sortie de banc.

 

L’équipe est dans les dix dernières places de la ligue en ce qui concerne le pourcentage à trois points, insuffisant pour viser autre chose qu’une huitième place à l’est.

 

  • Un banc peu efficace

 

L’équipe manque de talent c’est un fait. Bien sûr les blessures ont leur part de responsabilités, surtout celles de leurs cadres Nicolas Batum et Cody Zeller, dans les mauvais résultats des Hornets. Elles ont surtout souligné le principal problème de l’équipe, qui est le manque criant de profondeur de l’effectif. En effet la perte de joueurs tel que Al Jefferson, Courtney Lee et surtout Jeremy Lin ont dévasté la force de frappe du banc de l’équipe de Charlotte.

 

Steve Clifford ne peut pas faire jouer cinq remplaçants en même temps durant le match et espérer gagner...

 

Dès que Nicolas Batum ou Kemba Walker ne sont plus sur le terrain l’équipe perd grandement en efficacité. On note une différence de philosophie de jeu entre les starters et la second unit. Par exemple Ramon Sessions, même s’il est un playmaker honnête, n’a pas le style ni le niveau de jeu requis pour remplacer correctement Kemba. De plus il s’est blessé pour quatre à six semaines dernièrement, donc l’équipe se retrouve sans remplaçant valable.

 

Marco Bellineli est un scoreur efficace, mais il n’est pas capable de remplacer le jeu all around de Batum. Il est plutôt complémentaire au style de jeu du Français. Ni Jeremy Lamb  qui est un bon joueur de banc, mais il est unidimensionnel. Ce n’est pas un bon défenseur ni un excellent dribbleur, il se contente de scorer comme le demande son coach.

 

Heureusement que les Hornets se sont débarrassés de Roy Hibbert et Spencer Hawes . Ils étaient bien trop lents pour le jeu pratiqué par l’équipe. Mais le joueur acquis ne fait pas lever les foules. Le banc manque toujours de talent et ce n’est pas un Miles Plumee surpayé qui va changer tout ça. Au moins il offre une alternative plus valable que Hibbert lorsque les titulaires devront se reposer.

 

  • Un trade, la solution miracle ?

 

L’équipe de Michael Jordan a déjà effectué un trade cette saison en récupérant Miles Plumee de Milwaukee, mais ce n’est absolument pas suffisant s’ils désirent rester dans la course aux playoffs et passer au moins un tour.

 

L’équipe a besoin d’apport offensif à l’intérieur et à l’extérieur.  La liste de joueurs qui pourraient être disponibles et satisfaire les besoins des Hornets n’est pas si longue.

 

Surtout que les Hornets n’ont pas beaucoup d’assets. Seul MKG pourrait intéresser des équipes. Ce serait un grand sacrifice pour l’équipe, car Kidd-Gilchrist est un joueur extrêmement professionnel, un défenseur exceptionnel ainsi qu’un très bon rebondeur. Mais il semble avoir atteint ses limites offensivement, notamment au shoot et cela malgré des heures d’entrainements passées à développer son tir avec Mark Price. L’équipe de Caroline du nord a besoin d’une autre menace offensive et c’est pour ça que l’ancien numéro 2 de la draft doit être échangé avant le 23 février. Dans l'idéal il faudrait l'échanger contre des tours de draft vers une équipe qui manque de défense sur les ailes.

 

Philadelphia, Denver sont deux équipes qui pourraient être intéressantes pour le GM Rick Cho.

 

En effet elles disposent de joueurs capables de combler les besoins de Charlotte.

 

Réussir à échanger MKG contre Danilo Gallinari ou Wilson Chandler tout en réussissant peut être à se faire offrir Jameer Nelson, rendrait l’équipe automatiquement plus sexy.

 

Le pivot des Sixers Jahill Oakfor apporterait des points en sortant du banc dans le même rôle qu’avait Al Jefferson l’année dernière.

 

Lou Williams des Lakers, serait un fantastique joueur pour les Hornets en sortie de banc. Il pourrait soulager Batum et Walker à la création et il rendrait les Hornets un peu plus menaçants à trois points. Cependant il est difficile de trouver quelque chose qui pourrait intéresser l'équipe de Los Angeles en échange de leur sixième homme.

 

Rick Cho, le general manager des Hornets, a déjà prouvé précédemment qu'il était capable de faire de bons échanges (Batum par exemple). Il est certain que l’équipe a besoin d’un changement si elle veut pouvoir sécuriser une place dans les huit premiers à l'est. La course aux playoffs est encore longue, mais le classement final commence à se dessiner et il semblerait qu'il n’y aura que deux places pour six concurrents (Bulls, Pistons,Hornets,Heat,Bucks et Knicks). La situation des Hornets n’est pas si dramatique pour l’instant, mais leurs récents résultats laissent envisager le pire si rien ne bouge dans l'équipe. Cependant il y a aussi du positif, en effet Kemba Walker est le premier membre des Hornets à être sélectionné pour le All-Star Game depuis Gerald Wallace en 2010. Une sélection amplement méritée tant Walker a impressionné cette saison.

Ailleurs sur le web
Votre avis