LeBron James doit-il marquer plus de points face aux Warriors ?

LeBron James - Cleveland Cavaliers - NBA
3ème titre NBA ou 4ème échec en 6 finales NBA pour King James ?

Lors du Game 1 à l’Oracle Arena, les Warriors ont pioché dans la profondeur de leur riche banc pour dominer une équipe des Cavaliers en mal d’adresse avec un médiocre 38,1%. Un luxe que ne s’est pas permis Cleveland. La question que l’on se pose, LeBron James doit-il compenser les lacunes de Cleveland en marquant davantage de points ?

Les Cavaliers ont joué sur leurs valeurs mais si LeBron James a bien répondu présent (23 points, 12 rebonds et 9 passes décisives), on dénote seulement un total de 10 points venant du banc pour Cleveland contre 45 pour Golden State. La déception pour James est d'autant plus forte que les Splash Brothers Stephen Curry et Klay Thompson, les deux principaux arguments offensifs de Golden State, n'ont marqué que vingt points à eux deux, bien loin de leur rendement habituel.

 

Premier constat, Cleveland a des atouts sur le banc mais son axe au scoring est presque sans surprise. LeBron donc, Kyrie Irving et en troisième option Kevin Love sont le trio majeur de l’attaque, laissant des miettes aux autres joueurs de la franchise de l’Ohio qui s'expriment de façon complètement irrégulière. Cela a bien entendu fonctionné jusqu’à… la finale. Certes, nous sommes seulement au Game 1 et la route vers le titre NBA est encore longue mais l’ajustement doit se faire rapidement. Doué d’une régularité presque unique dans tous les secteurs du jeu, King James doit-il davantage prendre ses responsabilités lors de sa 6ème finale NBA ?

 

J'ai toujours fait partie d'équipes capables de réagir, d'adapter leur jeu et de prendre en compte les erreurs du Game 1 pour trouver la solution - résume LeBron.

 

On aimerait voir un LeBron James plus offensif et nous sommes certains que vous aussi. Elever son niveau au scoring lorsque l’équipe est en manque d’inspiration nous paraît être la solution pour surprendre Golden State. Depuis le début de la saison régulière et des playoffs de la Conférence Est, Cleveland s’est baladé jusqu’en finale. Mais LeBron James n’a pas donné l’impression de forcer son talent et de littéralement porter son équipe comme peuvent le faire les Michael Jordan ou Kobe Bryant. Lors de cette saison 2015-2016, on recense une pointe à 37 points à deux reprises contre les Pelicans et les Bucks datant du 1er Décembre 2015 et du 14 Novembre de cette même année. Depuis, James a tenu sa moyenne, finissant à 25,3 points en saison régulière, 7,4 passes décisives et 6,8 rebonds, une courbe de régularité au scoring mais sans surface, finalement, sans surprise. Des statistiques exceptionnelles mais il manque des "cartons" offensives. Cherchez-les, vous ne les trouverez pas.

 

Certes, le King reste le King, des stats ahurissantes mais une régularité qui peut finalement faire défaut. Golden State s’attend à ce que James marque ses 24 points et complète tous les secteurs du jeu (rebonds et passes). Mais l’esprit collectif de James ne devrait-il pas se transformer en machine de guerre offensive pour secouer les Warriors. Il manque l’étincelle qui allumera le feu et sèmera la zizanie dans le collectif trop bien huilé de Golden State. Nous ne l’avons pas vu pour l’instant. Espérons voir une autre facette du jeu du kid d’Akron, beaucoup plus axé sur l’individualisme, beaucoup plus axé sur l'égoïsme.

 

Car il ne faut pas se leurrer, le basket-ball est un sport collectif mais la NBA regorge d’individualités et le style NBA est avant tout un show individuel, incomparable au jeu pratiqué en Europe. Et l’ajustement des Cavaliers passe peut-être par un changement dans le jeu de son leader lui même, pour aller chercher un troisième titre NBA en six finales de suite.

 

Enfin, autre fait encourageant pour Cleveland, James affiche un impressionnant bilan lorsqu'il a perdu un Game 1 en séries. Il a toujours remporté le Game 2 en neuf tentatives, dont cinq fois dans une finale.

 

Début de réponse dans la nuit de dimanche à lundi, 2h00 du matin heure française, toujours à l’Oracle Arena.

Ailleurs sur le web