L'énigme Kyle Korver

Kyle Korver - Atlanta Hawks - Jeff Teague - Playoffs - blessure - Cleveland Cavaliers - NBA
Crédit photo : Getty Images
2119
lectures
Avis

Les Playoffs de Kyle Korver se sont terminés aussi brutalement que l'aventure des Hawks face aux Cavaliers. Mais avant sa blessure, l'ailier d'Atlanta a eu beaucoup de mal à régler la mire. Avec un shooteur aussi pur, Lignes de Fond a voulu mener l'enquête pour percer le mystère et trouver les raisons de cette baisse de régime.

Avant sa grosse blessure à la cheville lors du match 2 des finales de conférence contre Cleveland, les Playoffs de Kyle Korver ont été marqués par de grosses difficultés au niveau de l'adresse. Avec un horrible 16/52 à trois points lors des 8 derniers matchs (39/110 au total), l'artilleur d'Atlanta n'a plus su atteindre sa cible et son manque d'impact offensif s'est fait ressentir sur les résultats des Hawks. Alors qu'il tournait à un insolent 49,2% en saison (contre 35,5% en post-season), les Hawks affichaient un bilan de 22 victoires pour 5 défaites lorsque Korver marque au moins 4 paniers à 3 points. Lors de ces Playoffs, il a atteint cette barre 5 fois (pour un bilan de 4-1, significatif de son importance). A l'inverse, les Hawks n'ont gagné que 4 matchs sur 9 lorsqu'il terminait à moins de quatre tirs primés dans le match. Alors, comment l'un des plus purs shooteurs de la ligue s'est-il retrouvé autant en délicatesse avec son tir après une saison aussi réussie ? On tente de résoudre l'énigme.

 

  • Le problème, c'est les autres ?

 

A l'instar de Ray Allen, Kyle Korver est un expert du catch & shoot. 96,4% de ses 3 points étaient assistés cette saison, l'ailier a ainsi construit une carrière principalement autour de cette faculté à sortir des écrans pour recevoir la gonfle et dégainer. Avec un joueur aussi dépendant de son jeu off-ball et surtout des décalages, que ce soit grâce aux drives de ses arrières ou aux post-up plays de ses intérieurs, il faut se demander si les problèmes d'adresse de Kyle Korver ne serait pas directement liés à ses coéquipiers.

 

Premier constat : sur les 156 points inscrits par Kyle Korver en Playoffs, 94,9% ont été assistés. De ces assists, Jeff Teague en a délivré 15, puis viens Al Horford (11) et Paul Millsap (7). Jusque là, les chiffres sont quasiment identiques (en les rapportant au nombre de matchs joués) à ceux de saison régulière (respectivement 78, 51 et 38). De la même manière, plus de deux tiers des tirs de l'ailier sont pris sans dribble, le reste après un ou deux dribbles maximum alors qu'une infime partie de ses shoots sont pris après 3 dribbles ou plus (pour un pourcentage nul, littéralement). Au vu des rencontres d'Atlanta, Kyle Korver a pourtant été mis dans les dispositions qu'il affectionne. Incapable de se créer son propre tir, l'artilleur des Hawks a pu compter sur son meneur et ses intérieurs pour lui offrir des positions idéales (comme le prouve les points abordés dans la deuxième partie de cet article).

 

Par contre, Kyle Korver a terminé ses 14 rencontres de Playoffs avec un total de 133 shoots tentés dont 110 derrière la ligne à trois points. Ramené en ratio de tirs par match, on se rend compte que l'ailier a arrosé en passant de 5,9 tirs longue distance tentés par match en saison à 7,8 en Playoffs. Malgré tout, ces chiffres confirment l'impression visuelle que nous avait laissé les dernières rencontres d'Atlanta, Kyle Korver a été mis dans de bonnes conditions de shoot. Mais quand ça veut pas rentrer, ça veut pas !  

 

  • Une défense trop "suffocante" ?

 

Une fois l'hypothèse "c'est la faute de ses coéquipiers" écartée, la deuxième raison plausible et avancée par SBnation est celle d'une défense trop dure et d'un marquage dans les chaussettes face auxquels Kyle Korver a échoué. Si l'intensité défensive monte toujours d'un cran lors des phases finales, l'ailier des Hawks reste un vétéran (33 ans) habitué à ne pas se retrouver esseulé les pieds dans le ciment à 7 mètres du cercle. Bien au contraire, et on n'a pas non plus eu l'impression qu'il ait été beaucoup mieux défendu qu'il ne l'ait déjà en saison. Mais vérifions ça dans les chiffres pour les sceptiques.

 

Sur ses 14 matchs de Playoffs, Kyle Korver affiche un faible 15/50 à trois points lorsqu'un défenseur se trouve à moins de 4 pieds de lui (soit près d'1m20). Notons que le shooteur d'Atlanta a pris un total de 110 tirs longue distance (pour 39 marqués) pendant ses Playoffs. Donc près de la moitié des shoots pris par Korver l'on été face à une défense stricte. En effet, ce dernier n'a pris que 19 tirs à trois points seul au monde ou wide open (lorsque le défenseur le plus proche se trouve à 1m80 ou plus) pour un pourcentage de 47,4% (9/19).

 

Jusque là, rien de bien surprenant puisque chaque équipe adverse a le temps, sur une série, d'ajuster ses choix de marquage (stricte ou aide, switch sur écran...) pour optimiser au mieux sa défense. Sur un joueur de la trempe de Kyle Korver, il est évident que le marquage doit être rigoureux pour éviter de très vite prendre l'eau derrière l'arc. En ramenant ces totaux à un ratio par match, on obtient 3,6 tirs à trois points (tentés) contestés par rencontre en Playoffs contre 1,9 en saison, puis 4,3 tirs ouverts contre 4,05. En somme, malgré une intensité générale accrue qui résulte en un peu plus de tirs contestés, Kyle Korver a globalement obtenu des tirs semblables à ceux pris en saison régulière... Qu'en est-il de l'adresse entre ces deux différents exercices ?

 

Comparons donc ses pourcentages de saison et de Playoffs dans ces différentes situations de tirs. Tout d'abord, on remarque que son adresse a significativement baissé sur ses tirs contestés (31,1% seulement en Playoffs contre 42,5% en saison) et ultra-contestés -défenseur à moins de 60cm- (20% contre 50%). Lorsque l'on compare le pourcentage de réussite de Kyle Korver sur ses shoots wide open (47,4% en Playoffs contre 53,2% en saison) et shoots ouverts (36,6% contre 51,7%), on constate de la même manière que l'adresse a chutée. En prenant ces outils pour comparer des situations de tirs semblables (un tir ouvert reste ouvert, qu'il soit pris en saison ou en Playoffs), on peut s'attendre à des pourcentages similaires, surtout venant d'une machine à shooter comme Kyle Korver. Or, ces chiffres nous montrent que l'adresse lui a fait défaut en tout point. L'hypothèse d'une pression défensive trop forte est donc elle aussi écartée.

 

  • Alors, quoi d'neuf docteur ?

 

A partir de ces constats, difficile de trouver une véritable cause externe aux difficiles Playoffs qu'a connus Kyle Korver. En effet, le shooteur a semble-t-il été mis dans des conditions de tirs habituelles mais il a affiché des pourcentages bien en deça de ses quotas. Le doute subsiste. Et à l'image de quelques campagnes depuis le début de sa carrière, Kyle Korver est à nouveau passé à côté de ses Playoffs. En partant de cette récurrence de baisse de niveau au moment le plus important, le débat peut s'ouvrir sur toutes sortes de raisons inhérentes au joueur : problème de fatigue ou peut-être... de mental ? On vous laisse faire votre propre opinion. Quoiqu'il en soit, le bilan individuel (au delà de sa malencontreuse blessure) est décevant pour Kyle Korver et Atlanta doit l'attendre en plus grande forme pour la saison prochaine une fois qu'il sera remis sur pied.

Ailleurs sur le web