Team USA monte en puissance, l'Espagne est prévenue !

Team USA - Kevin Durant - Kyrie Irving - DeMarcus Cousins - NBA
Crédit photo : Twitter/NBA
1469
lectures
Avis

Après un début de match hésitant, Team USA a impressionné face à l'Argentine. Prochain rendez-vous face aux bourreaux de l'équipe de France, l'Espagne.

Team USA connaît un retard à l’allumage. Une certaine suffisance ressort de leur début de match et il n’en fallait pas moins pour enflammer les argentins. Facundo Campazzo, le meneur des ciels et blancs, donne le rythme et impressionne avec 8 points dans le premier quart et une excellente distribution du jeu. Côté américain, les phases offensives se concentrent essentiellement autour de l’arc, Kevin Durant inscrit d’ailleurs 9 de ses 13 premiers points de loin. Mais c’est en amenant le ballon dans la peinture, grâce à l’entrée de Demarcus Cousins, qu’ils prendront le contrôle de la partie avant le début de la deuxième période. L'US Air Force débarque alors pour défendre ardemment l’accès au cercle, les pertes de balles s’accumulent pour les coéquipiers de Manu Ginobili et les points défilent de l’autre côté du terrain. L’écart explose complètement en l’espace de deux minutes (36-21, 12ème). L’Albiceleste éprouve les plus grandes peines à résister aux coups de boutoir américains. Comme on pouvait l’imaginer, le banc, mais aussi le physique manquent aux champions olympiques 2004. À la mi-temps, le match est déjà plié, 56-40, malgré un cœur énorme des argentins, Team USA est en mission et ne veut pas laisser la moindre place au doute pour leur premier match couperet de ces Jeux.

 

Le début de la deuxième mi-temps n’est que démonstration de puissance. Les hommes de Mike Kryzewski vont inscrire 11 points en seulement 120 secondes. Les actions d’éclat pleuvent, Deandre Jordan passe ses nerfs sur les cercles de Carioca Arena, Durant chauffe les ficelles alors qu’El Manu et Luis Scola transpirent pour ne pas littéralement mourir. Mais la volonté des soldats de l’Oncle Sam est grande. Ils se battent, eux aussi, et déploient une impressionnante palette technique. Les trente points d’écart sont atteints à la fin du troisième quart temps. Le staff ouvre ensuite son banc en vue de la demie finale contre les espagnols. Score final, 105-78.

Kevin Durant a fait le travail avec 27 points, 7 rebonds et 6 passes en seulement 28 minutes. 

Après Tony Parker plus tôt dans la journée, c’est Manu Ginobili, un autre monstre du basket international, qui tire sa révérence en sélection dans une ambiance de fous furieux. Il aura mené jusqu’au bout sa sélection vers les sommets avec en point d’orgue ce titre olympique gagné en 2004 en battant les américains en demie puis les italiens en finale. Merci El Manu !

 

N'oubliez pas que le reste du tournoi olympique est à suivre sur Inside Basket Europe.

Ailleurs sur le web