Relever la tête

Après une saison historique, après une finale de conférence arrachée au bout du suspense, après avoir mené 3-1 dans ces finales NBA, les Warriors s'inclinent finalement 3-4 face à des Cavaliers venus d'une autre dimension. Plus que de la déception, cette finale laissera des fantômes qui vont hanter pendant longtemps tout l'effectif Californien.

Dur. Voilà comment peut se résumer en trois lettres le scénario à la fois de ce match, de ces finales, de ces playoffs, de cette saison pour la franchise de la baie de San Francisco. Comme Scottie Pippen a pu si bien le souligner en parlant du record des Bulls: "72-10 ne signifie rien sans une bague". Cette bague, les Warriors l'ont approché, presque eu au doigt. Mais malheureusement, la rage de vaincre du "King", MVP incontestable des finales, et des Cavaliers, les en ont privé au bout du bout de la saison NBA. Une saison historique pour une victoire historique, pas dans leur sens cependant. 

 

En conférence de presse, ce sont des visages très fermés qui viennent répondre aux questions des médias, un Stephen Curry au regard perdu dans des compréhensibles regrets, mais qui reste cependant très determiné à revenir chercher cette bague qui leur a échappé, dès l'année prochaine :

 

Nous avons eu les opportunités pour gagner ce match. Quand vous regardez l’histoire de la ligue, vous comprenez que très peu d’équipes ont réussi à gagner deux fois de suite. C’était notre but, et nous ne l’avons pas atteint. On a trois mois pour y penser, l’été va être long. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas utiliser cette défaite pour avancer et revenir plus fort l’année prochaine. C’est notre état d’esprit. Comme l’a dit Draymond, ce n’est pas la dernière fois que vous allez nous voir ici.

 

Draymond Green, lui, prend entièrement à sa charge la responsabilité de la défaite et souligne sa suspension comme "tournant des finales". Auteur de ce qui aurait pu être le match de sa vie (32 points, 15 rebonds, 9 passes), l'homme fort de ces finales côté Californien nourrit également d'intenses regrets. Mais, comme son coéquipier, promet de revenir plus fort :

 

Je pense que ma suspension a été le tournant de la série. Je n’ai pas peur de dire que c’est ma faute. Je pense que c’était le cas. Cette défaite va me faire mal pour un moment. Ça ne passera pas tant que je ne remets pas les pieds ici pour la saison prochaine. Je n’arriverais jamais à m’en remettre totalement. Je déteste perdre et ça ne disparait pas comme ça. Ça fait mal mais c’est une motivation parfaite pour la suite. Ce n’est pas la dernière fois que vous nous verrez à ce stade.

 

Pour Steve Kerr, la pilule est toute aussi dure à avaler que pour ses joueurs. Il félicite cependant l'adversaire ainsi que son effectif et promet également de se servir de cette saison pour parfaire la prochaine :

 

Les deux équipes ont été exceptionnelles dans le dernier quart temps. Nous avons fait une saison phénoménale, en réalisant quelque chose qui n’avait jamais été fait avant. Malheureusement, nous n’avons pas pu terminer le boulot. Nous allons nous servir de cette défaite pour grandir et progresser. Et c’est ce que nous allons essayer de faire la saison prochaine.

 

Cette équipe restera donc uniquement comme celle du 73-9, mais pas comme celle du "back to back NBA Champions". Au final, cette saison historique apparaît plus comme un lot de consolation pour Curry et ses troupes. Un lot de consolation qui servira de base de travail pour l'année prochaine. En attendant, Green et Thompson rejoindront leurs rivaux Irving et James dans l'aventure Olympique très rapidement. 

Ailleurs sur le web