179

online

Qui est le meilleur shooteur de la NBA ? (Part 1)...

Qui est le meilleur shooteur de la NBA ? (Part 1)

  

Qui est le meilleur shooteur de la NBA ? Ce débat ne cessera jamais d'exister. Mais derrière les passions, place aux stats et aux arguments ! À l'aube de la saison 2014/2015, nous vous proposons un listing des dix meilleurs shooteurs. Si vous ne voyez pas Ray Allen, Jodie Meeks ou encore Ryan Anderson dans ce classement, ne soyez pas choqué. Nous avons pris en compte les performances en fonction d'un minimum de temps de jeu (28 min), de matchs joués (58) et de la variété des tirs (trois points, mi-distance, fadeaway, pull up jump shot...), le tout en suivant leur évolution sur ces dernières saisons.

  • 10) Arron Afflalo 

Afflalo est l'un des rare joueurs à avoir augmenté significativement sa moyenne de points par match chaque saison depuis son arrivée dans la grande ligue. Et l'une des raisons de cette constante progression, c'est l'évolution de son tir à mi-distance. Avec Orlando la saison dernière, il tournait à 51% de réussite entre trois et cinq mètres alors qu'en 2008-09, il shootait à seulement 33,3% dans cette zone. Entre cinq mètres et la ligne des trois points, l'arrière affiche un respectable 42% de réussite tandis que longue distance il excelle avec un très solide 43%. Mais ce qui fait réellement d'Afflalo un pur shooteur, c'est sa capacité à couvrir l'ensemble du terrain. Il ne possède aucune zone faible. De retour à Denver, il risque de faire un carton dans les coins et à 45 degrés sur les pénétrations drive and kick de Ty Lawson.


Spécialité : le jump shot en sortie d'écrans. 628 de ses 1011 tirs en 2013/2014 étaient des jump shot, 75,6% ont été convertis suite à une passe.  

 

  • 9) Kawhi Leonard

L'homme aux plus grandes mains de la NBA aurait pu finir comme Shaquille O'Neal, à lancer des oranges contre l'arceau. Mais grâce au travail et à l'acharnement, le MVP des finales 2014 est devenu l'un des shooteurs les plus efficaces au monde. Peu importe la distance, l'ailier des Spurs affiche une efficacité redoutable et régulière. Qu'il tire dans la raquette, à cinq mètres ou à trois points, le pourcentage est le même, fatal.
48,6% (67/138) à moins de trois mètres; 48,1% (52/108) entre trois et cinq mètres; 48,9% (64/131) entre cinq mètres et la ligne des trois points; 39,1% (100/256) à trois points .
Des chiffres impressionnants qui sont en partie dus au système de jeu des Spurs. Un collectif bien huilé, avec des extra-passes et des shoots dans un fauteuil permettent à Kawhi Leonard de sortir des pourcentages aussi élevés. Ces chiffres diminueraient dans une équipe où il aurait le rôle le go-to-guy, ça ne fait aucun doute. Cependant, on ne peut pas lui retirer le cap qu'il a passé cette saison, d'autant plus qu'il a considérablement augmenté son volume de tirs extérieurs. Le tout en maintenant un niveau de réussite. Le futur des Spurs est assuré. 


Spécialité : pure résultante du style Popovich, Leonard est un sniper dans les corners et les shorts corners. 

 

  • 8) Jose Calderon

Regardez sa shot chart. Je ne vois pas ce que l'on pourrait ajouter. Que ça soit les pieds dans le ciment, en rythme après un démarquage ou sur le dribble, Jose Calderon artille et score, quelle que soit la zone à longue distance. Et si le défenseur mort à la feinte, un petit dribble suffit pour arroser juste devant la ligne et faire switch.


Spécialité : faire pleuvoir les trois points, 202 inscrits sur 448 tentés (45,1%).

 

  • 7) Kevin  Durant

En soi, la qualité de tir de Kevin Durant n'a rien d'extraordinaire ou de supérieur aux autres shooteurs solides de la Ligue. Il sait se démarquer, placer ses appuis, mettre ses tirs ouverts et possède quelques trick shots comme son turnaround jump shot (52% de réussite). Mais contrairement à des Nicolas Batum, Wes Matthews, Eric Gordon, Trevor Ariza etc., la capacité de KD à se séparer de son défenseur en se créant son propre tir défi toutes les lois du basket. Sa qualité de dribble et son physique longiligne sont un véritable poison pour les défenseurs car ils lui permettent de trouver des angles de tir et d'obtenir des espaces qu'un joueur "normal" ne peut avoir. 


Spécialité : le pull up jump shot ! Qu'il soit à trois points ou à deux points, Durant maîtrise l'art du jump shot après le dribble lorsqu'il est en situation de un contre un. En 2013/2014, il affichait 55% de réussite sur ses pull up jump shots à mi-distance et 54% sur ceux à trois points. 

 

  • 6) Carmelo Anthony

Dans l'histoire de la NBA, et je pèse mes mots, je n'ai pas le souvenir d'avoir vu un joueur être capable de tirer dans autant de positions que Carmelo Anthony, avec une telle variété de shoots, tout en subissant une pression défensive ultra agressive. Derrière ses 44,5% de réussite à mi-distance et 40% à trois points, on trouve la palette technique la plus exhaustive de la NBA. Appuis effacés, appuis alternés, départ direct, post up, jump shot, pull up jump shot, turnaround jump shot, fadeaway, turnaround fadeaway... Si le défenseur ne mord pas à la feinte ou au jab step, Melo tire sur sa tête, s'il se fait avoir, Melo obtient la faute et des lancers francs (8 par match en moyenne sur sa carrière) ou passe avec sa puissance physique et plante son tir. Simple, efficace, mais surtout terriblement maîtrisé. 


Spécialité : Si vous laissez une fenêtre de tir à Carmelo Anthony sur le côté gauche à 45 degrés, vous pouvez être sûr qu'il mettra son shoot !

 

Ailleurs sur le web
Votre avis