190

online

Preview Golden State Warriors (1) vs Utah Jazz (5)

Preview Golden State Warriors (1) vs Utah Jazz (5)

 

Les Golden State Warriors et les Utah Jazz vont s'affronter pour une place en finale de conférence Ouest. Passage au peigne fin des forces en présence.

  • Leur début de playoffs

 

Si certains avaient des doutes quant à l’alchimie du collectif des Warriors à l’aube de débuter ces playoffs, aujourd’hui force est de constater que les joueurs de la baie d’Oakland ont répondu présent en dominant de A à Z leur 1er tour face à Portland. Impériaux lors des deux premiers matchs remportés facilement chez eux, les hommes de Steve Kerr étaient attendus de pied ferme dans l’Oregon pour le match 3. Menés de 7 points à la mi-temps, ils ont su relever la tête pour s’imposer de 6 unités au final. Plus que le résultat, c’est l’état d’esprit des coéquipiers de Stephen Curry qui est a souligné, tant cette remontée a été un effort collectif où des joueurs comme Andre Iguodala ont pu faire parler leur expérience. Le match 4 a été une véritable purge, +25, avec un énorme Stephen Curry qui plante 37 points à 7/11 à 3 points. La blessure de Kevin Durant, absent au match 2 et 3, n’a pas changé pour un sou la physionomie de la série. Mieux, elle a permis de mettre en confiance les Splash Brothers qui, ayant plus de tickets shoot, n’ont pas hésité à dégainer à longue distance. JaVale McGee, en sortie de banc, a été intéressant dans la peinture et Draymond Green, le couteau suisse, maintient son statut d’homme à tout faire.

 

Le Jazz d’Utah a eu un premier tour moins tranquille que les Warriors. Privés de Rudy Gobert au cours des matchs 1 à 3, les coéquipiers de Gordon Hayward ont dû batailler jusqu’au match 7 pour devoir s’assurer un spot en demi-finale. La blessure de Blake Griffin n’a pas vraiment changé la donne puisque Gobert a lui aussi été absent à de multiples reprises, y compris dans l’ultime confrontation au cours de laquelle ses problèmes de fautes l’ont cloué au banc. Victorieux à l’extérieur, battus à domicile, difficile d’extraire une constante chez les joueurs du Jazz. Une chose est sûr, c’est une équipe qui a des ressources, en témoigne leur victoire lors du match 7 sur le parquet des Clippers, où des second couteaux comme Derrick Favors et Joe Johnson ont pris leurs responsabilités pour faire pencher la balance du bon côté.

 

  • Les équipes

 

Golden State Warriors :

 

Le cinq majeur : Stephen Curry, Klay Thompson, Kevin Durant, Draymond Green, Zaza Pachulia

Les remplaçants : JaVale McGee, Ian Clark, Matt Barnes, Andre Iguodala, Damian Jones, Shaun Livingston, Kevon Looney, James Michael McAdoo, Patrick McCaw, David West

 

Le 1er tour face aux Blazers a permis de jauger l’état de forme de Kevin Durant qui avait été privé de compétition un bon mois avant d’entamer les playoffs. 32 points dans le match 1, de quoi rassurer les Warriors. Des vilaines crampes au mollet contractées lors de ce premier match l’ont écarté pour la deuxième et la troisième confrontation, plus par précaution que par réel inaptitude à jouer. Il a été de retour dans le game 4 pour se remettre en jambes en jouant 20 petites minutes. Pas d’inquiétude à ce sujet donc. Un Durant de retour, des Splash Brothers en mode sniper à 3 points, un Draymond Green omniprésent de chaque côté du terrain, des remplaçants qui font le job comme Andre Iguodala ou JaVale McGee, un sweep qui permet à tout le monde de souffler avant d’entamer la demi-finale de conférence, bref tout va bien à Golden State.

 

Utah Jazz :

 

Le cinq majeur : Gordon Hayward, Rudy Gobert, Boris Diaw, George Hill, Rodney Hood.

Les remplaçants : Joel Bolomboy, Alec Burks, Dante Exum, Derrick Favors, Joe Ingles, Joe Johnson, Trey Lyles, Shelvin Mack, Raul Neto, Jeff Withey.

 

En leader offensive se son équipe, Gordon Hayward a répondu present tout au long du 1er tour face aux Clippers. Décisif lors du match 7 en inscrivant des paniers importants alors que les coéquipiers de Chris Paul commençaient à revenir dans la partie, il faudrait compter sur lui pour dynamiser le jeu du Jazz. Joe Johnson a prouvé une fois de plus qu’il savait où se situait la fontaine de jouvence, lui qui apporte toute son expérience, son sang-froid, et des paniers qui font du bien comme dans le match 7 par exemple. Joe Ingles a été important aussi dans son rôle de shooteur et n’a pas tremblé derrière la ligne à 3 points comme dans le match 4, où il permet aux siens de s’imposer à domicile alors que les Clippers n’étaient pas très loin de mener 3 victoires à 1 dans cette série. Il est d’ailleurs apparu dans le cinq majeur pour débuter le match 7. Derrick Favors a lui aussi montré qu’il fallait compter sur lui, réalisant un match 7 de grande classe, tout comme Rodney Hood. Attention toutefois à Rudy Gobert et à la gestion de ses fautes.

 

  • Le duel

 

Ca va frotter sévère dans la raquette entre Draymond Green et Rudy Gobert. Le premier, connu pour son intensité, sa roublardise et ses coups sous la ceinture, pourrait bien faire sortir de ses gonds le second. On l’a vu sur le match 7, Gobert a du mal à gérer son agressivité et pourrait une nouvelle fois se retrouver handicapé par des problèmes de fautes. Si Utah a réussi à pallier à son absence lors du game 7 face aux Clippers, cette fois-ci les clients s’appellent Stephen Curry, Klay Thompson et Kevin Durant, entre autres.

 

  • Les faiblesses

 

Difficile de trouver des faiblesses dans cette équipe tant les hommes de Steve Kerr ont survolé les débats durant le 1er tour. Leur réaction lors du game 3 a montré qu’ils avaient les ressources nécessaires pour ne pas se laisser marcher dessus. Impériaux à longue distance, bien en place défensivement et avec des remplaçants de luxe, difficile de dire aujourd’hui qui pourra les stopper, si ce n’est des blessures. Les crampes de Kevin Durant ont sonné comme une alerte en Californie mais avec un fin technicien comme Steve Kerr, il n’y a pas à s’inquiéter sur la gestion des troupes.

 

Souvent dépendant des performances offensives de Gordon Hayward, le Jazz a pu compter sur des seconds couteaux comme Joe Johnson ou Derrick Favors pour tirer leur épingle du jeu. Réputé pour leur défense, Utah va devoir également scorer car en face, les pistoleros de la baie d’Oakland ne vont pas hésiter à artiller. Moins rapides que les arrières des Warriors, ils vont devoir se méfier des changements de joueurs sur pick and roll. Enfin, notre Rudy national devra surveiller ses nerfs car avec les Warriors, il pourrait vriller très rapidement au risque de passer la majorité des matchs sur le banc.

 

  • Les coachs

 

C’est la seule et unique interrogation côté Warriors : l’état de santé de Steve Kerr. Absent depuis le match 2 en raison de fortes migraines et de douleurs, il semblerait que le coach de Golden State souffre du même mal qui l’avait contraint à manquer 43 matchs lors de la saison historique de son équipe en 2015-2016. Remplacé par son assistant Mike Brown, pas d’inquiétude pour l’instant dans la mesure où la copie des Warriors est parfaite. Mieux, Bob Myers, le general manager de la franchise, a déclaré que l’état de santé de Kerr s’améliorait. L’absence de Kerr, qui est habitué à déléguer et à partager son point de vue avec ses assistants, n’est pour l’instant pas préjudiciable pour l’équipe surtout que Mike Brown, head coach par intérim, est lui aussi un habitué des joutes de playoffs. On espère tout de même revoir l’ancienne gâchette des Bulls et des Spurs rapidement sur le banc.

 

Quin Snyder, lui, vit ses premiers playoffs en tant qu’head coach. Très apprécié de ses joueurs, il a fait un travail remarquable avec la franchise d’Utah pour l’amener jusqu’en demi-finale de la conférence Ouest. Actif sur le bord du terrain, il n’a pas hésité à changer son fusil d’épaule en incorporant Joe Ingles dans le cinq majeur lors du game 7 face aux Clippers, un pari gagnant. Il a su faire rentrer Joe Johnson aux bons moments lors du 1er tour, et a bien géré son effectif. Désormais opposé à la meilleure équipe de la ligue, Quin Snyder n’a absolument rien à perdre.

 

  • Le pronostic

 

Avec presque une semaine de repos pour entamer cette demi-finale, les Warriors font évidemment office de grand favori. Il sera très difficile pour Utah de contenir tous ces talents offensifs. Le pronostic : Golden State Warriors 4 – Utah Jazz 0

Ailleurs sur le web
Votre avis ()