Que manque-t-il à Porzingis pour devenir Porzingod ?

Kristaps Porzingis a montré un potentiel très intéressant au cours de sa saison rookie mais il lui reste encore beaucoup à apprendre.

14,3 points, 7,3 rebonds 1,3 passes, presque 2 blocks de moyenne et un record en poche en à peine 28 minutes de jeu. Voilà les statistiques de Kristaps Porzingis depuis son arrivée dans la ligue. Insuffisant pour chiper à Karl-Anthony Towns le trophée de Rookie of The Year mais tout de même assez pour que tous les fans de NBA se rendent compte du potentiel monstrueux du jeune letton. Parce que non, un bonhomme de 2m20 aussi mobile et avec autant de toucher, ça ne se voit pas tout les jours.

 

Mais The Bleacher Report a montré, dans un article très intéressant, à quel point le quatrième choix de la dernière draft pouvait devenir impressionnant s'il exploitait tout son potentiel.

 

Le rookie ne risque en tout cas pas de gâcher sa carrière par de mauvais choix, comme tant d'autres avant lui (Javaris Crittenton ou Gilbert Arenas pour ne citer qu'eux). Le jeune homme à l'air d'avoir la tête sur les épaules et a plus fait parler de lui sur le terrain que dans la rubrique faits divers (coucou D'Angelo Russell et Jahlil Okafor). Plus important que tout, Porzingis ne se repose pas sur ses lauriers et veut atteindre le meilleur niveau possible.

 

Je ne vois que mes faiblesses. Je ne me suis jamais vraiment concentré sur mes points forts, ils viennent naturellement. Mais je travaille beaucoup sur la vidéo, parle avec mes coachs et même mes frères pour tenter de gommer mes points faibles.

 

Et ça tombe bien puisque Kristaps Porzingis a encore une marge de progression énorme.

 

  • Une efficacité à améliorer

 

C'est sans doute sa plus grosse faiblesse actuellement. Même si le rookie met sa quinzaine de points à chaque match, il a besoin de plus de 12 shoots pour y arriver (à 42% dont 33% à trois points). Cependant, les pourcentages du rookie devraient s'améliorer avec le temps. Sa mécanique est très propre (il tourne à plus de 83% aux lancers) et il a juste besoin de quelques séances de tirs pour devenir une menace à respecter loin du panier.

 

Le shoot de loin c'est bien, mais il ne faut pas oublier que Porzingis est un intérieur (même si Kurt Rambis a envie de le tester au poste 3). Et un intérieur, ca doit savoir au jouer au poste. Surtout dans une équipe qui tente de mettre en place l'attaque en triangle. Ca tombe bien, de ce côté là aussi, Kristaps a une marge de progression juste énorme. Un potentiel dont il est parfaitement au courant.

 

Si je veux être m'intégrer dans l'attaque en triangle, je dois être capable de jouer au poste. Pour l'instant, je joue beaucoup face au panier. Donc je veux vraiment travailler là-dessus. Je pourrais apprendre le hook-shot de Robin Lopez par exemple, ca nous aiderait beaucoup.

 

En plus de Robin Lopez, le letton pourra bénéficier des conseils de Carmelo Anthony. Le joueur des Knicks est un attaquant hors pair, aussi bien au poste qu'en drive ou en catch-and-shoot. Et pour lui aucun doute, le futur des Knicks s'appelle Porzingis. Il a déjà expliqué vouloir aider son coéquipier à s'améliorer et n'est pas contre l'idée de lui apprendre quelques uns de ses moves. Pour le Dream Shake, pas de soucis, il maitrise déjà.

 

 

  • Une défense encore perfectible

 

Bon là c'est vraiment pour chercher la petite bête. A à peine 20 ans, le letton est déjà un protecteur de cercle d'exception. Comme dit plus haut, Porzingis tourne à 1,9 blocks de moyenne en 28 minutes de jeu. Si on rapporte cette statistique sur 36 minutes, il est 4ème au nombre de tirs contrés par match. Mais il peut faire bien plus selon son coach.

 

Il a la mobilité pour pouvoir défendre sur des meneurs.

 

Une qualité très appreciée dans la NBA d'aujourd'hui. Il suffit de voir le cinq de la mort de Golden State (Curry-Thompson-Barnes-Iguodala-Green) détruire tout leurs adversaires en switchant sur chaque écran pour le comprendre. La plupart des équipes cherchent à sortir les pivots de la raquette pour limiter leur impact défensif. Mais avec Porzingis, cette tactique pourrait bien devenir totalement inefficace. Parce qu'encore une fois, le rookie a soif d'apprendre.

 

Je veux être capable de switcher dans les fins de match et défendre sur des meneurs. Je dois m'ajuster à chaque joueur. Par exemple si je défends sur Lebron, je préfère le laisser tirer de loin plutôt que de lui laisser aller jusqu'au panier. Mais le laisser tirer ne veut pas dire ne pas défendre et je dois être capable de gêner le tir quand même.

 

Shooter par dessus un grand blanc de 2m20 qui a une envergure de condor, ça peut vite devenir compliqué...

 

 

Porzingis a absolument toutes les cartes en main pour devenir un joueur d'exception, un two-way player capable de changer le cours d'un match aussi bien en bloquant les tentatives adverses qu'en inscrivant un 3 points décisif. A lui maintenant de confirmer le potentiel que tout les observateurs voient en lui. Mais bon, on ne se fait pas trop de soucis pour lui. Quand même Dirk Nowitzki se dit impressionné, c'est qu'on a déjà fait du chemin.

 

Ailleurs sur le web