Quels joueurs sont sur-évalués en NBA?

21
lectures
Avis

Il y a un débat constant sur les joueurs sur-évalués en NBA. Il y a donc des joueurs qui gagnent trop par rapport à leur statut, leurs statistiques, leurs performances. Zach Buckley a dressé la liste du joueur par équipe qui était à mettre dans cette catégorie. Nous vous proposons donc son analyse et nous donnerons notre verdict à la fin.

Joe Johnson, Brooklyn: c'est son contrat qui pose problème (encore 70 millions sur les trois prochaines années) pour un joueur de 32 ans qui n'a pas un statut de leader. Sa saison à Brooklyn est assez décevante (14,9 points, 3,2 rebonds, 2,7 passes). En plus, il n'est pas un très bon défenseur. Pour le journaliste, il est sur-évalué d'un point de vue de son salaire et de ses statistiques. Notre avis: on ne peut être que d'accord avec Buckley. Johnson n'a jamais pu mener les Hawks bien loin. Avec les Nets, il est utile oui mais c'est tout. Totalement sur-évalué.

2013_mcgee-javale.jpeg


JaVale McGee, Denver: 34 millions pour 8,7 points de moyenne en carrière, c'est cher payé pour Buckley. Il a certes le potentiel mais il tarde à le concrétiser. Pour lui, le journaliste pense même qu'il est trop tard et que ses capacités à dunker ne suffisent pas. Notre avis: Il nous fait toujours beaucoup rire ce brave JaVale. C'est vrai qu'il est bien payé et qu'on s'étonne souvent vu son rendement. Certes, il n'est pas mauvais mais il tarde à exploser.

David Lee, Golden State: même s'il fut All Star et que ses statistiques sont bonnes (18,5 points et 11 rebonds), Buckley pense qu'il n'est pas si indispensable que cela. Il considère qu'Harrison Barnes a été libéré lors de la blessure de Lee durant les playoffs. Pour lui, Lee peut empêcher son bon développement. Notre avis: on le trouve bien dur avec David Lee. Le joueur se donne tous les soirs et ses statistiques sont vraiment bonnes. C'est aussi au coach de trouver les bonnes combinaisons sur le terrain. Notre seule inquiétude: ses blessures.

2013_jeremy_lin.jpg

Jeremy Lin, Houston: Sans surprise, le journaliste le considère comme sur-évalué. La Hype autour de lui a été un atout pour sa carrière. Même s'il a fait une saison correcte (plus de 13 points et 6 passes), Buckley trouve Patrick Beverley plus utile: défense, passes, moins scoreur. Avec James Harden, Dwight Howard et Chandler Parsons, il pense que Lin est moins utile. Notre avis: c'est vrai que la Linsinaty lui a permis de décrocher un beau contrat avec Houston alors même qu'il avait encore tout à prouver. Lin ne sera jamais un très bon joueur et nous ne serions pas étonnés qu'Houston cherche à le transférer.

Danny Granger, Indiana: son problème c'est son retour de blessure dans une équipe qui fonctionne bien. Dur de le remettre titulaire quand Lance Stephenson et Paul George ont vraiment leur place. Sur le banc c'est difficile aussi car il y a Luis Scola et Chris Coppeland. En même temps, sa cote a un peu descendu avec sa blessure et Indiana n'est pas pressé de le transférer non plus. Mais avec 14 millions la saison prochaine pour Granger, que faire de lui? Notre avis: difficile à juger. Ce joueur valait 24 points lorsqu'il jouait et perdre un joueur comme ça, ce n'est pas chose aisée. En même temps, les Pacers ont un bon groupe qui va encore progresser et il ne faudrait pas que Granger vienne perturber cette bonne alchimie.

Steve Nash, Los Angeles: à 38 ans et des blessures à répétition, Nash n'arrive pas à trouver vraiment ses partenaires en attaque. Il a du mal à trouver sa place. Offensivement, il n'est pas la première menace (il y a Kobe Bryant et Pau Gasol). Physiquement, il arrive à la fin. C'est trop pour 19 millions sur les deux prochaines saisons. Notre avis: fallait-il s'attendre à plus? Bien sûr tout le monde reconnaît la capacité de Nash à faire des passes et sa science du jeu. Mais il vieillit, il est rattrapé par les blessures et ce n'est pas sûr que les Lakers fussent la bonne équipe pour lui. Maintenant, il est trop tard. Il va devoir s'adapter et prouver qu'il en a encore dans les jambes.

Louis Williams, Atlanta: Capable de prendre feu, avec les Sixers puis les Hawks, le journaliste considère que son pourcentage à trois points est mauvais (36% dans sa carrière) et que son rythme et son énergie cachent des lacunes. Notre avis: son apport reste tout de même considérable (14 points l'année dernière avant sa blessure). Bien sûr pas en tant que titulaire, mais comme 6ème homme capable de dynamiter les défenses adverses.

2013_rubio_ricky.jpeg

Ricky Rubio, Minnesota: très bon passeur, c'est son shoot qui pose problème. Ses pourcentages sont perfectibles mais Buckley considère qu'il y a vraiment beaucoup de travail à faire pour Rubio. Il est sur-évalué car finalement pas si complet que cela. Notre avis: c'est vrai que Rubio doit absolument progresser dans ses tirs pour faire une belle carrière NBA. Lui aussi profite de la hype autour de lui et de ses passes décisives. Mais il va devoir progresser sinon il est vrai qu'il serait sur-évalué.

Tyreke Evans, New Orleans: après une saison rookie magnifique (plus de 20 points, 5 rebonds et 5 passes), il a connu trois saisons galères à Sacramento. Les Pelicans lui laissent une seconde chance mais Buckley ne comprend pas vraiment l'intérêt d'ajouter ce joueur à un effectif déjà bien complet. Notre avis: Evans doit retrouver la confiance. Mais avec Jrue Holiday, Eric Gordon, Austin Rivers, on se demande comment il va parvenir à trouver sa place. On a du mal à croire en sa renaissance. Dommage.

Amar'e Stoudemire, New York: après une 1ère bonne saison 2010-2011 avec les Knicks (25 points par match), il a beaucoup moins joué ces deux dernières saisons, la faute à des blessures. Buckley considère que 21 millions la saison prochaine c'est trop pour un joueur qui se blesse souvent, qui a du mal à jouer aux côtés de Carmelo Anthony et qui pourrait être 6ème homme la saison prochaine. Notre avis: nous sommes d'accord avec lui. Stoudemire a du mal à trouver sa place à New York et il est loin d'être indispensable. Il est loin le temps où il était accueilli en héros de la renaissance des Knicks.

Avery Bradley, Boston: très bon défenseur, il est offensivement encore léger. Surtout, il est difficile de lui trouver un poste. Il est considéré comme trop petit à l'aile et n'a pas assez de qualités de meneur de jeu pour s'imposer. Avec des blessures assez récurrentes, le journaliste pense que Boston devrait le transférer dès qu'une bonne offre se présentera. Notre avis: nous sommes assez d'accord avec Buckley. Cependant, il n'est pas sur-évalué puisque Boston attendra avant de le prolonger. Bon en défense, s'il peut s'améliorer offensivement, il reste un joueur de qualité.

Ben Gordon, Charlotte: il a un énorme salaire et n'a pas vraiment aidé les Bobcats la saison dernière. Il prend beaucoup de shoots pour une réussite moyenne (38% à trois points contre plus de 40% en carrière). Ses 11 points par match ne sont pas suffisants. Notre avis: Gordon va toucher plus de 13 millions la saison prochaine. Il n'est plus le joueur qu'il était à Chicago et il avait montré ses limites à Detroit.

Carlos Boozer, Chicago: beaucoup moins efficace que lors de ses années Jazz (16 points et 9 rebonds cette saison contre 21 et 10 rebonds durant son avant-dernière saison avec Utah). Il va toucher pas moins de 15 millions et on voit souvent que Thibodeau préfère mettre Taj Gibson, notamment pour sa capacité à défendre contrairement au Booz.
Notre avis: certes, il est très bien payé et ne vaut plus ses plus belles saisons. Mais, il peut aussi faire de bons matchs. C'est un joueur d'expérience. Beaucoup moins sur-évalué qu'un Ben Gordon à notre avis.

Dion Waiters, Cleveland: le joueur vient d'affirmer qu'il allait devenir l'un des meilleurs arrières de NBA. Le 4ème choix de draft est pour le journaliste trop croqueur de ballon à côté de la star Kyrie Irving. Pour le journaliste, laisser de longues minutes de jeu à Waiters serait défavorable à la progression d'Irving et de Cleveland. Notre avis: Waiters est encore jeune et il entre seulement dans sa deuxième année, il faut donc lui laisser une chance. Il est dans son contrat rookie, il ne coûte pas cher. Si à l'avenir, il n'était pas indispensable à Cleveland, il faudra le transférer.

Jose Calderon, Dallas: Tout juste arrivé dans le Texas, le joueur est un très bon passeur (7,2 passes en carrière). Pour autant, le journaliste considère qu'il est en fin de cycle et ses 29 millions de dollars sur 4 ans sont un peu trop. Il ne faudrait pas qu'il finisse sur le banc, à cause des rookies Shane Larkin ou Gal Mekel. Notre avis: Oui Calderon a 31 ans, mais sa capacité à passer la balle et sa vision du jeu en font encore un très bon joueur. Il manque bien sûr d'athlétisme mais Monta Ellis est là pour cela.

Rodney Stuckey, Detroit: considéré comme un joueur à potentiel par Detroit, alors qu'il a déjà 27 ans, Buckley trouve qu'il n'est pas régulier dans ses tirs, qu'il perd pas mal de ballons (1,8 par match) et qu'il est arrivé au bout de son potentiel. Il ne vaut pas ses 8,5 millions. Notre avis: il est vrai que Stuckey semble ne pas être une pièce majeure du nouvel effecitf de Detroit. Il a essayé de faire face ces dernières saisons dans une équipe des Pistons qui faisait peine à voir. Laissons-lui une petite chance en plus juste au cas où.

DeAndre Jordan, Los Angeles: Le Clipper a signé un beau contrat. Mais pour Buckley ses 10 millions la saison prochaine sont largement trop pour de très beaux dunks. Pour le journaliste, sa pauvreté technique est grande. Il n'est pas considéré comme un joueur majeur pour remporter un titre NBA. Notre avis: les bons pivots se font rares en NBA et du coup dès qu'une équipe en possède un pas trop mauvais, elle sort le chéquier. C'est un peu l'impression qu'on a avec Jordan. On aime beaucoup ses dunks mais il est vrai que sa palette offensive et défensive est limitée.

Mario Chalmers, Miami: le système de jeu du Heat n'est pas super pour lui (James et Wade peuvent porter la balle). Il a donc moins d'importance offensivement, ce qui lui laisse aussi plus d'espace. Avec 40% de réussite à 3 points, le journaliste considère que c'est trop peu et que le meneur est vraiment utile sur de courtes périodes, notamment durant les playoffs. Notre avis: On ne peut pas vraiment dire que Chalmers est sur-évalué. Il a la chance jouer à Miami et de remporter des titres. Il fait avec ce qu'il a. Et avec des joueurs comme Lebron ou Wade, il ne doit pas être toujours facile de s'exprimer à 100%.

Tony Allen, Memphis: très bon défenseur, pour Buckley c'est à peu près tout. C'est surtout trop peu pour un joueur qui reste plus de 26 minutes par match sur le terrain. Notre avis: en défense, Allen est un poison. Offensivement, il n'a jamais été exceptionnel, tout le monde le sait. Il n'est pas sur-évalué.

Zaza Pachulia, Milwaukee: 15 millions sur 3 ans, c'est trop cher pour un joueur certes pas mauvais mais qui rejoint un effectif bien complet (Larry Sanders, John Henson, Ekpe Udoh). Surtout, et c'est ce qui gêne Buckley, Pachulia n'apportera rien d'autres. Et à ce prix-là, il est sur-évalué. Notre avis: oui c'est vrai ce bon Zaza ne va pas révolutionner les Bucks. Peut-être aussi qu'il aurait pu être payé un peu moins mais bon il n'y a pas non plus de quoi hurler à l'erreur.

Kendrick Perkins, Oklahoma City: pas très bon rebondeur (6 en moyenne), ni contreur (1,3), il essaie de bien faire en défense. En attaque, il est limité et ses 8 millions de dollars ne sont pas justifiés. Notre avis: il coûte cher et n'aide pas le Thunder dans la course au titre. Il est lourd et lent sur le terrain, loin des jeunes et de leur potentiel athlétique.

Glen Davis, Orlando: selon Buckley la bonne nouvelle est la blessure de Big Baby l'année dernière qui a permis de mettre en valeur le jeune Tobias Harris, qui apporte plus. Sa sélection de tirs est souvent mauvaise et ne vaut pas les 6 millions de dollars par an. Notre avis: Big Baby coûte cher c'est vrai et il n'a pas révolutionné l'équipe du Magic. Il le devait pourtant. Vu le processus de reconstruction, Orlando devrait s'en débarasser et laisser la place à Tobias Harris.

Evan Turner, Philadelphie: le 2ème choix de la draft peut être un bon joueur mais il ne score que 10 points de moyenne. Trop peu pour un joueur drafté si haut selon Buckley. Notre avis: il n'a jamais été à la hauteur de son 2ème spot à la draft 2010. Il n'a pas réussi à s'imposer en NBA. Mais c'est la saison ou jamais pour lui. Dans une équipe en reconstruction, c'est le moment de se montrer et prouver qu'il n'est pas sur-évalué. Certains de la rédaction pensent même qu'il pourrait être le MIP de la prochaine saison.


2013_Michael-Beasley.jpg


Michael Beasley, Phoenix (pour le moment): le journaliste le considère comme trop payé par Phoenix. Les Suns ont cru que le joueur pourrait rebondir dans l'Arizona après les échecs Miami et Minnesota. 20 minutes de jeu pour seulement 10 points, les Suns y ont trop cru. Notre avis: quel gâchis! Il avait le potentiel pour une bonne carrière NBA. Mais ses addictions, son mal-être ont eu raison de lui. Evidemment, avec ses performances moyennes voire médiocres vu son potentiel, son salaire est bien trop important. On attend de connaître son sort après son énième problème de drogue.

Robin Lopez, Portland: Buckley considère que la perte de JJ Hickson dans la raquette ne sera pas remplacée par Lopez. Selon lui, Portland est peut-être un peu trop optimiste sur le cas Lopez. Il est meilleur défenseur, mais moins bon rebondeur (6 en moyenne). Il a un passif de blessures important. 12 millions c'est trop cher. Notre avis: on savait que le frère jumeau de Brook était moins bon. Il peut apporter en défense mais il ne faudra pas vraiment compter sur lui en attaque. Là encore, ce gros contrat se justifie par la faiblesse de talents au poste de pivot.

DeMarcus Cousins, Sacramento: la raison est simple: malgré son potentiel, il est un désastre défensif, fait trop de fautes, et surtout a un sale caractère. Suffisant pour que Buckley dise qu'il est sur-évalué. Notre avis: franchement, nous ne sommes pas d'accord. Ok, il a un sale caractère tout le monde le sait. Mais on y croit encore. Et puis, il a un sacré potentiel. S'il travaille et qu'il gagne en maturité, il peut faire très mal. Trop tôt pour dire qu'il est sur-évalué.

Tiago Splitter, San Antonio: avec 10,3 points et 6,4 rebonds, ll a réussi à décrocher un contrat de 36 millions de dollars. Buckley pense bien sûr qu'il peut être utile aux Spurs mais pas à ce prix-là. Il pense aussi que ses 29 ans approchant, le contrat n'est pas justifié (surtout que son temps de jeu a baissé en playoffs). Notre avis: peut-être qu'on en attendait trop de Splitter. Pour autant, il se fond parfaitement dans l'effectif des Spurs et semble être important pour le moment. Ses statistiques ne sont pas mirobolantes mais son contrat ne nous inquiète pas plus que cela.

Rudy Gay, Toronto: même s'il reconnaît qu'il pourrait être un très bon joueur, Buckley trouve que sa réussite aux tirs décline. Pour lui, ses performances sont bonnes mais sans plus. Il est trop payé (19 millions). Notre avis: il y a des joueurs comme Gay qui feront toujours débat. Il a sans doute eu un contrat trop grand pour lui. Il n'a pas le statut d'un leader, statut à la hauteur de son contrat. Mais il fait le boulot, il score.

Gordon Hayward, Utah: il est considéré comme le "futur" de la franchise après le départ de Paul Millsap et Al Jefferson. Buckley ne comprend pas pourquoi car ses statistiques sont bonnes mais pas exceptionnelles: 14 points, 3,5 rebonds, 3,1 passes. Surtout, il a perdu dans son pourcentage (de 48,5 à 43,5%). C'est un peu juste pour l'option numéro 1. Notre avis; dire qu'Hayward est sur-évalué, c'est un bien grand mot. Certes, il ne sera jamais un joueur exceptionnel mais il est utile dans une équipe. Il faudrait qu'Utah recrute sérieusement pour l'entourer.

Bradley Beal, Washington: pour Buckley, ll a été sur-évalué dès l'université (il jouait à Florida). Son jeu est difficilement transposable à la NBA. Avec 41% de réussite aux tirs, Buckley considère qu'il sera un très bon joueur de banc. Notre avis: le numéro 3 de la draft 2012 n'a pas eu de chance en tombant à Washington. En plus de blessures, il a du apprendre à perdre. Sa saison n'est pas catastrophique pour autant (13,9 points). Attendons avant de le juger.

Ailleurs sur le web