New Orleans Pelicans 2016-2017

A quelques semaines du début de la saison régulière, nous vous proposons les guides de chaque équipe pour la saison 2016-2017. Aujourd'hui, les New Orleans Pelicans.

  • La saison 2015-2016 

 

Le bilan de la saison des Pelicans de New Orleans est à lire/relire ici.

 

  • Les chiffres de la saison 2015-2016

 

Bilan :  30 victoires, 52 défaites

Classement : 25ème de NBA, 12ème de la Conférence Est, 5ème de la division Sud-ouest

Attaque : 102,7 points marqués par match (13ème de NBA)

Défense : 106,5 points encaissés par match (27ème de NBA)

Meilleur Marqueur : Anthony Davis avec 24,3 points par match

Meilleur Passeur : Tyreke Evans avec 6,6 passes par match

Meilleur Rebondeur : Anthony Davis avec 10,3 prises par match

Meilleur Intercepteur : Jrue Holiday avec 1,4 interception par match 

Meilleur Contreur : Anthony Davis avec 2 contres par match

Meilleur Pourcentage : Omer Asik avec 53,3% de réussite aux tirs

 

  • L'effectif

 

Meneurs : Jrue Holiday, Langston Galloway, Tim Frazier

Arrières : Tyreke Evans, Buddy Hield, Lance Stephenson, E'Twaun Moore

Ailiers : Quincy Pondexter, Dante Cunningham, Solomon Hill, Alonzo Gee

Ailiers-forts : Anthony Davis, Terrence Jones, Cheick Diallo

Pivots : Omer Asik, Alexis Ajinca, Robert Sacre

 

  • Le 5 majeur 

 

PG : Tim Frazier SG : Buddy Hield SF : Solomon Hill PF : Anthony Davis  C : Omer Asik

 

Frustrant ! Tel était et tel est le maître mot malheureusement pour la franchise de la Nouvelle-Orléans. Les Pelicans, les plus lourds oiseaux capables de voler, peinent à prendre leur envol et privent encore les afficionados de la NBA d'une satisfaction attendue. Miné par des blessures à répétition, New Orleans a vécu une saison cauchemardesque la saison passée. Un véritable échec pour une franchise qui avait laissé entrevoir un avenir radieux autour de sa superstar Anthony Davis. Avec un recrutement judicieux cherchant à palier les lacunes criantes de la saison dernière, New Orleans comptait revenir sur le devant de la scène. Adieu les snipers Eric Gordon et Ryan Anderson et place à des joueurs de devoir à l'instar de Solomon Hill, Langston Galloway et Terrence Jones, des gros défenseurs destinés à faire oublier les errements défensifs de la saison passée. Mais la malédiction semble persister de nouveau avec une infirmerie qui affiche déjà complet notamment avec Tyreke Evans et Quincy Pondexter. Deux titulaires du 5 majeur auquel s'ajoute une indisponibilité à durée indéterminée du meneur Jrue Holiday pour des raisons familiales. D'un 5 majeur attrayant, les Pelicans perdent déjà de leur superbe alors que la saison n'a même pas commencé. Cependant tout n'est pas morose en Louisiane. La draft du sniper des Oklahoma Sooners Buddy Hield - qui tournait à 25 points à 45,7% à 3 points à l'Université - demeure une source d'optimisme. Véritable menace à 3 points, le rookie permettra d'étirer les défenses et laissera ainsi tout le loisir à Anthony Davis de faire des dégâts dans la raquette. 

 

  • Le banc

 

Au complet, l'effectif des Pelicans est solide sur le papier notamment avec un banc bien fourni.

 

En chef de file de ce banc des Pelicans figure Lance Stephenson à qui une dernière chance semble être donnée. L'ancien feu-follet des Grizzlies peut être un facteur X s'il retrouve son niveau d'antan lorsqu'il portait le maillot des Pacers. Un pari tenté par New Orleans qui pourrait porter ses fruits. Un créateur trop irrégulier cependant pour être un gage de sécurité. Dans l'ombre du fantasque arrière originaire de Brooklyn, la véritable plus-value à ce banc est amenée par Terrence Jones, l'ancien acolyte d'Anthony Davis à l'Université de Kentucky. Un soldat prêt à se sacrifier et à redorer le blason défensif d'une franchise à la dérive dans ce domaine (28ème défense la saison passée).

 

Miné déjà par quelques coups du sort, la second unit perd indéniablement de sa superbe. Que dire du poste de pivot ? Sans faire injure à Alexis Ajinca ou Omer Asik, le poste manque de profondeur et laisse présager un problème récurrent dans la raquette. Il en est de même à la mène où seul Langston Galloway peut suppléer Tim Frazier en ce début de saison. Une faiblesse qui s'avère déjà problématique au poste le plus compétitif de la Ligue.

 

  • Les plus

 

Une superstar en la personne d'Anthony Davis

- Une draft prometteuse avec Buddy Hield

- Un recrutement basé sur le secteur défensif 

 

  • Les moins

 

- Une infirmerie déjà remplie qui laisse présager un début de saison plus que compliqué 

- Le poste de pivot 

- Des rotations trop courtes sur les lignes arrières en l'absence de Jrue Holiday et Tyreke Evans

 

  • L'avis de la rédaction

 

Avant même le début de la saison, la frustration est déjà de mise en Louisiane. Avec une intersaison discrète et intelligente, les Pelicans semblaient prêts à tourner une page pour laisser place à un nouveau chapitre. Mais les traditions semblent avoir la dent dure à la Nouvelle-Orléans et les blessures amenuisent déjà tout espoir de playoffs pour une franchise marqué par le sceau de la malchance ces dernières années. Avec les absences de trois joueurs titulaires du 5 majeur, les Pelicans vont vivre un début de saison délicat qui leur sera sûrement fatal dans une conférence Ouest encore relevée cette année.  

 

  • Bilan prévisionnel

 

34 victoires pour 48 défaites

Ailleurs sur le web