Les Sixers obtiennent le premier choix !

Après trois années de galère, les Sixers ont enfin remporté le premier choix de la draft.

Les Philadelphie Sixers ont enfin obtenu le premier choix après trois ans de tanking éhontés ! Depuis le démantèlement de l'équipe en 2013, l'ancienne franchise d'Allen Iverson squatte les bas fonds du classement (19, 18 et 10 victoires) avec, comme but de récupérer le premier choix de la draft. Deux troisièmes picks plus tard, le propriétaire des Sixers Joshua Harris a décidé de se débarrasser de son General Manager Sam Hinkie, à l'origine du projet de reconstruction. Pendant les trois années de règne du GM fou, les Sixers ont perdu 195 matchs, leurs fans ont vu 99 joueurs porter la tunique de leur équipe et le front office a réalisé 161 transferts !

 

 

Hinkie devait avoir un mauvais karma puisque quelques mois seulement après son départ, Philadelphie obtient son first pick tant désiré. Tout n'aura finalement pas été vain. Et bien sur, Twitter n'a pas manqué l'occasion de se moquer de l'homme de 38 ans.

 

 

Un traitement peut-être un peu exagéré : grâce aux manoeuvres réalisées par l'ancien GM, les Sixers se retrouvent avec six premiers tours de draft sur les 4 prochaines années.

 

  • Et maintenant ?

 

Les deux dernières années, le front office du Nevada s'était borné à choisir les meilleurs joueurs disponibles avec leurs picks. Résultat ? Un embouteillage monstre dans la raquette (Nerlens Noël, Jahlil Okafor, Dario Saric et Joel Embiid) qui a une bonne odeur de périphérique parisien un lundi matin. Aura-t-on droit au même scénario cette année ? Le prodige australien Ben Simmons a longtemps été annoncé comme le premier choix mais le joueur n'a même pas réussi à qualifier son équipe pour la March Madness. Dans le même temps, Brandon Ingram y posait des performances remarquées. La possibilité de voir ce dernier coiffer au poteau Simmons n'est pas à exclure. L'australien joue ailier fort mais n'est pas du tout un bon shooteur (1/3 sur la saison !). C'est un profil atypique dans la NBA actuel. et pas forcément un bon choix dans une équipe déjà en manque de spacing (23ème au pourcentage à 3 points avec 34,1%).

 

 

 

Un problème auquel Brandon Ingram pourrait aider à remédier. Le jeune homme (18 ans) est souvent comparé à Kevin Durant. Les deux joueurs évoluent au même poste et ont tout les deux des bras interminables. SI il est évidemment loin d'avoir le talent offensif de son aîné, l'ailier longiligne (2m08 pour 88 kilos) est déjà une menace longue distance (41% derrière la ligne en NCAA).

 

 

 

  • Des Lakers tout sourire

 

La saison des Los Angeles Lakers n'aura pas été inutile. La tournée d'adieu de Kobe Bryant a permis aux Angelenos de conserver leur choix de draft, échangé aux Suns dans le cadre du transfert de Steve Nash mais protégé top 3. Les californiens devraient choisir la superstar restante après le choix des Sixers. Il y a également une réelle possibilité de les voir monter un trade autour de ce pick pour récupérer un franchise player (DeMarcus Cousins ?). La famille Buss a promis aux fans un retour en playoffs dès 2017. Et difficile d'être performant immédiatement avec un 5 composé de D'Angelo Russel, Julius Randle, Jordan Clarckson et un rookie fraîchement drafté ne suffisent pour accrocher le top 8. Non pas que ces joueurs soient mauvais, mais ils manquent tous cruellement d'expérience.

 

 

  • Quel sera le prochain tour des Leprechauns ?

 

Éliminés au premier round des playoffs par Atlanta (4-2), les Celtics ont fait une saison remarquable. Longtemps sur le podium de la conférence Est, ils ont payé la blessure de Jae Crowder en fin de saison et ont hérité du pire match-up possible pour eux en playoffs. Malgré leur exercice abouti, ils seront les troisièmes à choisir un joueur le jour de la draft. Les fans peuvent remercier Danny Ainge d'avoir osé faire LE transfert en 2013 : Paul Pierce, Kevin Garnett et Jet Terry contre des joueurs de compléments et les premiers tours de draft de Brooklyn de 2014, 2016 et 2018 ? A l'époque, les supporters de la maison verte criaient au scandale, maintenant, ils s'extasient devant le génie de leur GM. La dégringolade des Nets a offert aux Celtics une occasion en or de redevenir un prétendant sérieux aux titres. Il ne leur manque qu'une superstar pour suppléer Isaiah Thomas au scoring et réellement passer un cap. Un échange du pick est donc possible. Mais la draft de cette année est assez faible. A part Simmons et Ingram, aucun futur cador ne se démarque. A voir si la valeur du choix sera suffisante ou si les Celtics devront lâcher des joueurs importants de leur effectif pour monter un trade.

 

Pour finir, voilà le tableau complet de la loterie.

 

 

 

Rendez-vous le 23 juin pour la draft !

Ailleurs sur le web