Les Rockets complètent un peu plus le banc

marcus thornton - houston rockets - boston celtics - phoenix suns - james harden - jason terry - NBA
Crédit photo : Getty Images
1433
lectures
Avis

Les Rockets s'offrent un role player de choix en engageant Marcus Thornton.

Sur le papier, les Rockets sont en train de peaufiner une équipe faite pour permettre à James Harden et sa compagnie de pouvoir viser correctement le titre NBA, encore faut-il que les choses se concrétisent sur le terrain, une toute autre histoire.

 

Les Texans s'offrent une chance supplémentaire d'y parvenir en engageant l'arrière Marcus Thornton. L'ancien pensionnaire de LSU va ainsi connaître sa sixième franchise en 6 ans de carrière. Pourtant, Thornton était promis à un bel avenir, notamment lorsqu'il a pu s'exprimer du côté de Sacramento lors de la saison 2010-2011 en terminant son premier exercice en Californie avec 21,3 points (45%, 36% à 3pts), 4,7 rebonds et 3,4 passes en 38 minutes de jeu. 

 

Après avoir convaincu la saison suivante, il a finalement perdu sa place dans la rotation des Kings avant d'être envoyé aux Nets. Ces mêmes Nets l'ont ensuite envoyé à Boston la saison dernière et ces mêmes C's avaient soulagé leur masse salariale en envoyant Thornton aux Suns où il ne jouera que 9 matchs pour 9 minutes de temps de jeu de moyenne.

 

Le General Manager des Rockets, Daryl Morey, n'a pas encore divulgué les termes du contrat de son nouvel arrière, mais nul doute qu'il devra tenir un rôle de sixième homme de luxe pour pouvoir de nouveau retrouver la lumière qui lui échappe depuis près de trois ans désormais. Pour le moment, l'effectif de Kevin McHale est encore loin d'être au complet, ce qui laisse une chance à Thornton de bénéficier d'un temps de jeu honorable pour pouvoir se montrer. Mais rien n'est acquis d'autant que l'avenir de Jason Terry n'est pas encore clair.

 

En effet, The Jet a laissé la place à un retour à Dallas, mais il a également confirmé à ESPN qu'il n'était plus très loin d'une prolongation de contrat avec les Rockets. Malgré ses 37 printemps et un passage raté à Boston et surtout à Brooklyn, Terry a montré la saison dernière qu'il n'avait pas volé son titre de meilleur sixième homme en 2009 en terminant avec 7 points (42%, 39% à 3pts), 1,9 passe et 1,6 rebond en 21 minutes de jeu.

 

Ça avance doucement mais surement à Houston.

Ailleurs sur le web