LeBron James et Kyrie Irving ramènent les Finals dans l’Ohio !

Cleveland Cavaliers - LeBron James - Kyrie Irving - Golden State Warriors - Klay Thompson - NBA
Crédit photo : ESPN
2003
lectures
Avis

Les Cavs ne finissent plus de surprendre. Au terme d’une rencontre totalement maitrisé et avec un duo historique, Cleveland bat les Warriors et retardent ainsi leur back-to-back. Jusqu’à quand ?

Balle de match et de titre NBA pour Golden State. 3 victoires à 2 dans ces Finals jusqu’ici un brin décevantes. Mais à Oakland, l’ombre d’Hollywood plane et l’écriture d’un scénario fou a débuté avec la suspension du tueur à (trop) grande bouche Draymond Green. La perspective d'un match plus facile pour Lebron James ? Rien n’est moins sûr. La pression d’une victoire indispensable à la survie de sa franchise, de sa ville mais aussi et surtout le bruit faisant trembler les lattes du plancher de l’Oracle Arena seront deux clés à gérer pour les Cavs afin de l’emporter.

Et quel bruit ! La Dub Nation a tout simplement décidé de détruire le King à chaque gonfle qu’il avait en main, histoire de venger leur numéro 23.

 

Comme un symbole, le premier ballon de LeBron est perdu, sous les huées. En face, Steph Curry allume la première mèche. Les arbitres ajoutent leur grain de sel à un cocktail déjà explosif. Des fautes oubliées puis d’autres gentiment offertes, un rythme intense et une atmosphère irrespirable, tels sont les ingrédients de ce Game 5. À la moitié du quart-temps, les débats sont équilibrés mais les Splash Brothers répondent présent. Les triples pleuvent, pour les deux équipes. L’écart ne grossit pas et on a enfin l’impression que Cleveland et Golden State jouent à haut niveau au même moment. La tension monte et les gestes douteux s’accumulent ce qui ralentit grandement le jeu. Après les 12 premières minutes, 32-29 pour les Dubs, on peut sentir l’électricité dans l’air.

 

Les Cavs vont inscrire 7 points en 1:14 pour débuter le deuxième quart. Kyrie Irving démontre toute sa justesse offensive alors que le reste du cinq fait le travail en défense. La folie s’empare de la rencontre après un contre monumental de LeBron sur Curry puis LE poster de ces Finals signé Shaun Livingston, avec Richard Jefferson en guise de victime. Malgré l’incroyable intensité défensive, ce sont les attaques qui prennent le dessus. Les actions de grande classe s’enchaînent, Klay Thompson s’enflamme en atteignant les 20 points en seulement 14 minutes de jeu. Le plus impressionnant est le fait qu’aucune équipe ne parvienne à faire la différence. Ce match verse dans l’exceptionnel tant la réussite touche les sommets. Harrison Barnes puis Steph Curry bombardent derrière la ligne en faisant la leçon à leurs opposants. A la mi temps, le score ne pouvait être autre qu’une égalité, 61-61. LeBron s’est nourri des huées, signant 25 points et 9 rebonds (mais aucune passe). Klay Thompson s’est lui mué en héros avec 26 points à 6/8 à trois-points.

 

Le début de troisième quart est marqué par la sale blessure au genou d’Andrew Bogut qui remet en cause la rotation des Warriors. Déjà orphelins de l’impact multitâches de Green, ils perdent maintenant le point de fixation de leur jeu smallball. Le coup au moral est perceptible, les attaques sont moins construites et la défense devient approximative. Cleveland en profite pour détenir le plus gros écart du match (+8) sur un tir primé d’Irving. Leur domination perdure dans le quart-temps et se concrétise par un premier vrai break, 84-74 à 4 minutes de la fin du troisième quart. Le King réduit petit à petit ses détracteurs au silence en multipliant les assists et les paniers décisifs. L’écart est maintenu dans cette période quasi-parfaite pour la franchise de l’Ohio qui a su allier réussite offensive et hargne défensive. +9, 93-84 Cavs qui entrevoient la douceur de la maison et de la Q.

 

La fatigue domine ces ultimes minutes. Les shoots sont moins précis et les attaques précipitées. Irving confirme les espoirs qui ont été placés en lui après ses récentes performances. Il passe la barre des 30 points, redonnant 10 points d’avance à son équipe. Le tout en s’octroyant le luxe de climatiser la salle après un sursaut des Warriors à 6 minutes de la fin. L’ancien numéro 1 de Draft se retrouve in the zone en inscrivant un triple contesté. Le coup de bambou provoqué par la malheureuse blessure de Bogut aura finalement été fatal à Golden State. LeBron et Kyrie s’inscrivent comme le premier duo à marquer chacun plus de 40 points dans une finale NBA, tous deux auteurs de 41 unités. James ajoute 16 rebonds, 7 passes, 3 contres et 3 interceptions. Le King est bien là. Pour les Dubs, Thompson s’est peu à peu éteint en deuxième mi temps pour terminer à 37 points. Curry a déjoué, malgré ses 25 points, il a shooté à 8/21 et perdu 4 ballons.

 

Prenons le temps aussi de souligner le scandale qui se profile, celui de l’arbitrage. Cette nuit, la triplette a rivalisé de décisions plus contestables les unes que les autres, appuyées par le responsable vidéo. Attention donc à la répétition de tels évènements, notamment après l’affaire Draymond Green.

Match 6 dans l’Ohio dans trois jours, to be continued… 



Ailleurs sur le web