183

online

Westbrook rejoint Oscar Robertson, Stephenson de retour sur ses terres

Westbrook rejoint Oscar Robertson, Stephenson de retour sur ses terres

  

Westbrook valide son 41ème triple-double de la saison dans la victoire du Thunder contre les Bucks, Lance Stephenson victorieux pour son retour à domicile

Et de 41 ! On l'attendait, et il l'a fait. Russell Westbrook signe son 41ème triple double de la saison et rejoint Oscar Robertson dans les livres d'histoire. Avec la victoire en plus puisque le Thunder s'est imposé contre les Bucks sur le score de 110 à 79. Les coéquipiers de Giannis Antetokounmpo auront resisté un quart-temps avant de voir leurs adversaires s'envoler. En fait, le match était déjà terminé à la mi-temps. OKC avait 25 points d'avance et Westbrook avait inscrit 12 points, pris 8 rebonds et délivré 8 passes. Autant dire que le triple-double était déjà assuré. Le meneur a tranquillement géré la deuxième mi-temps pour terminer avec 12 points toujours, 13 rebonds et 13 passes. Devant la déroute, Jason Kidd a choisi de reposer ses titulaires. Giannis Antetokounmpo (11 points, 10 rebonds et 4 passes) a ainsi passé seulement 24 minutes sur le parquet pendant que Khris Middleton (9 points) se contentait de 23. Les remplaçants ont donc eu le temps de s'exprimer. Gary Payton II s'est vu offrir 29 minutes de temps de jeu mais n'a, malheureusement pour lui, pas fait un gros match statistiquement parlant (6 points, 2 rebonds et 3 passes). Même son de cloche chez leurs adversaires du soir. Semaj Christon a joué 20 minutes au relais de Westbrook et s'est plutôt mis en valeur avec 10 points et 7 rebonds, tout comme Domantas Sabonis (11 points et 5 rebonds). Au final, les spectateurs ont assisté à un match médiocre. Les Bucks ont shooté à 35% et n'ont jamais pu offrir ne serait-ce qu'un semblant de suspense. De toutes façons, la Chesapeake Arena n'était pas venu voir un match de basket mais bien leur idôle se faire une place dans l'histoire.

 

Il y a des choses qui ne changent jamais... Alors que l'on pensait les Sixers de retour vers la lumière et en route vers la gloire, ils se sont remis à aligner des joueurs de D-League sur la feuille de match (Alex  Poythress et Shawn Long, sérieusement ?). Résultat, l'équipe de Philadelphie s'est faite éparpiller façon puzzles par les Nets (141 à 118). C'est simple, Brooklyn n'a jamais mis moins de trente points sur un quart-temps lors du match. Mais ce qui rend la performance vraiment impressionnante c'est qu'aucun de leurs joueurs n'a inscrit plus de 16 points ! Au total, ils sont 8 à avoir dépassé la barre des 10 points. Bien sur, pas moyen d'atteindre une telle marque sans afficher des pourcentages ahurissants. Bien aidé par la défense des Sixers, les visiteurs ont ainsi shooté  à plus de 64% et ont fait trembler la ficelle 16 fois sur leurs 31 tentatives de derrière la ligne. Le point positif c'est que, du coup, les Nets ne défait pas non plus des masses et Timothe Luwawu-Cabarrot en a profité. Le jeune français termine meilleur marqueur du match avec 19 unités (il est suivi de près par....Shawn Long qui a marqué 18 points). Aucun doute maintenant qu'il se fera une place en NBA tant son profil convient au jeu pratiqué Outre-Atlantique. En plus, le garçon est talentueux.

 

Pour la première à domicile depuis le retour de Lance Stephenson, Indiana prend le dessus sur Toronto et arrache une victoire très importante dans la course aux playoffs (108 à 90). En perdition depuis son départ de ces mêmes Pacers il y a trois ans, Stephenson soigne son retour sur ses terres avec une victoire. Et si le duel de scoreur entre Paul George (35 points et 10 rebonds) et DeMar DeRozan (27 points), a occupé le devant de la scène une majeur partie du match, c'est bien Stephenson, ovationné lors de la présentation des équipes, qui s'est révélé être la vedette du show. Avec 12 points, 2 rebonds, 3 passes et surtout une énergie communicative en sortie de banc, il a reveillé son équipe alors qu'elle était menée de 12 points à la mi-temps. Et pour couronner le tout, le joueur de 26 ans a été la cause d'un début de bagarre. Alors que le match était déjà gagné et qu'il ne restait que quelques secondes, Stephenson instercepte un ballon et file le déposer dans le panier avant de retourner dans son camp l'air de rien. Aucun doute, Born Ready is back ! Et il se pourrait bien qu'il soit l'étincelle nécessaire pour accrocher les playoffs. Un premier tour Indiana Cleveland, ça vous dit ?

 

 

La lutte à distance continue entre les Nuggets et les Blazers pour arracher les playoffs. Alors qu'on ne donnait pas cher des premiers après leur défaite face aux seconds, ils sont parvenus à revenir dans la course et les deux équipes ne sont maintenant séparées que par une seule petite victoire. Très performants depuis le All-Star Break, les joueurs de l'Oregon accusent un coup de moins bien et s'inclinent pour la deuxième fois de suite, à Utah (106 à 87). Jusuf Nurkic n'aurait pas été de trop pour remporter ce match... Sans son pivot titulaire, le coach Terry Stotts a du bricoler et a commencé avec Noah Vonley au poste 5. Au premier abord, le sophomore n'est pas forcément le choix le plus évident pour stopper Rudy Gobert. Et cela s'est confirmé pendant le match. Parfait complément de Gordon Hayward (30 points), le pivot français s'est baladé dans la raquette toute la soirée et signe 20 points, 11 rebonds et 3 contres à 6/6 aux tirs, contre 2 points et 1 rebonds pour son adversaire direct. Difficile de lui en vouloir cependant tant il n'était pas le seul à souffrir dans son équipe. Damian Lillard a vécu un véritable cauchemar et n'a inscrit que 16 points en 20 tirs tentés (pour 5 réussis). Seuls C.J McCollum (26 points à 50%) et Al-Farouq Aminu (11 points) ont relevé le défi.

 

Dans le même temps, les Nuggets ont pris le dessus sur les Pelicans sur le score 134 à 131 (et sans prolongations). Certes, la défense de Denver est loin d'être réputée pour être la meilleure du pays mais on vu pour la première fois ce soir le potentiel de la raquette nouveau format des Pelicans. Anthony Davis signe 41 points et 5 rebonds pendant que son compère frole le triple-double avec 30 points, 14 rebonds et 9 passes. Même Jrue Holiday, en souffrance depuis l'arrivée du pivot, a tiré son épingle du jeu en inscrivant 18 points, accompagnés de 13 passes. Même si ce match ne s'es pas traduit par une victoire, il y a clairement du mieux dans l'entente entre les trois hommes. Il faut dire aussi, pour leur défense, que Denver possède une force de frappe pffensive assez incroyable, surtout en configuration playoffs comme ce soir. Parmi les 8 joueurs entrés sur le terrain ce soir, seul Kenneth Faried, qui n'a même pas joué 10 minutes à cause d'une blessure, n'a pas inscrit au minimum 13 points. La pépite Nikola Jokic a rempli la feuille de statistiques avec 21 points, 12 rebonds et 4 passes, Danilo Gallinari s'est montré solide avec 28 points, Gary Harris n'a rien loupé, ou presque (23 points à 10/12, 8 rebonds, 5 passes et 2 interceptions), Jamal Murray, propulsé titulaire a rayonné (16, 5 et 5) et même Emmanuel Mudiay a sorti une grosse performance (15 points et 7 passes). Ils les veulent ces playoffs...

 

  • Résultats NBA

 

Brooklyn 141 Philadelphia 118

Charlotte 111 Washington 118

Orlando 102 Cleveland 122

Toronto 90 Indiana 108

Denver 134 New Orleans 131

Milwaukee 79 Oklahoma City 110

Chicago 91 New York 100

Memphis 89 San Antonio 95 - P

Portland 87 Utah 106

Minnesota 107 G.S 121

Dallas 87 Sacramento 98

Ailleurs sur le web
Votre avis