Jeremy Lin fait tomber les Spurs

2081
lectures
Avis

Après s'être imposé ce weekend contre Golden State, les Spurs se sont inclinés la nuit dernière sous les paniers de Jeremy Lin alors qu'ils ont mené de 23 points...

Quelle désillusion pour les Spurs… Alors qu’ils battaient les Warriors samedi soir après un duel défensif de haut niveau, ils ont subi cette nuit, la loi des Charlotte Hornets alors qu’ils menaient de 23 points dans le deuxième quart-temps. Finalement les texans ont craqué dans le money time, pour être défaits 91 à 88. C’est l’étonnant Jeremy Lin qui a résisté aux assauts des Spurs, et bien suppléé la piètre performance (Rare !) de Kemba Walker (seulement 6 points), qui fut le héros de la soirée. Le joueur inscrit 16 de ses 29 points dans l’ultime période, pour mener les siens à la victoire. Incroyable au vu du premier quart-temps des joueurs de San Antonio… Une intensité défensive incroyable couplée à un jeu défensif léché ont raison de la franchise de Sa Majesté. Charlotte termine le quart-temps avec 7 petits points inscrits. C’est Tony Parker qui fait la différence, avec 12 points inscrits dans ce début de rencontre, il permet aux siens de mener 28 à 7 au bout de 12 minutes. Jérémy Lin donne de l’espoir mais Charlotte est à 15 points à la mi-temps. Personne ne s’attend à cet incroyable comeback. Le premier héros de la soirée pour Charlotte sera Courtney Lee, qui inscrit 13 points dans le troisième quart-temps pour ramener les siens au contact de la franchise texane : Charlotte est à 5 points à l’entame de l’ultime manche. Les Spurs ne peuvent endiguer le retour des Hornets. Ces derniers prennent l’avantage à 76/75 sur un panier de Jérémy Lin. L’avantage si durement acquis, Charlotte ne le lâchera plus. Comme un symbole, c’est le meneur remplaçant des Hornets qui inscrit les deux derniers points de son équipe sur lancer-franc. Nicolas Batum réalise aussi un match plein avec 15 points et 6 rebonds tandis que Cody Zeller s’affirme dans la peinture avec ses 6 points et 14 rebonds face au tandem LaMarcus Aldridge (18 points, 12 rebonds et 5 passes)/Tim Duncan (16 points et 10 rebonds). Une fois n’est pas coutume, c’est le banc des Spurs qui n’a eu aucun impact sur la rencontre contrairement à celui de Charlotte.

 

Dans la course aux playoffs dans la Conférence Est, John Wall continue son spectacle. Après avoir été élu joueur de la semaine, il a mené les siens vers la victoire contre une équipe rivale : les Atlanta Hawks défaits 117 à 102. L’équipe de la capitale se retrouve avec un bilan équilibré (35v/35d). Ce match n’a eu aucun impact au classement avec les victoires simultanées de deux de leurs adversaires directs : les Pistons et les Bulls. Le match s’est avéré plaisant, notamment en première période où les deux équipes se tirent la bourre pour arriver à la mi-temps avec un avantage de seulement 2 points d’avance pour les Wizards (61/59). Alors que l’écart ne décolle pas dans la troisième période, c’est à l’aube du dernier quart-temps que Garett Temple et Bradley Beal font la différence en faisant monter l’écart à une dizaine de points. Atlanta n’arrivera pas à s’en remettre malgré la présence de ces titulaires sur le parquet. L’équipe aura l’occasion de se venger car les deux franchises se retrouvent à nouveau, à Washington, ce mercredi. John Wall a encore fait le spectacle avec un nouveau double-double : 27 points et 14 passes. A ses côtés, Bradley Beal inscrit 25 points tandis que les trois autres joueurs du cinq majeur terminent en double figure. Côté Hawks, Jeff Teague a longtemps tenu la baraque avec ses 23 points et Tim Hardaway continue d’enfiler les bonnes performances (16 points) après être resté scotché au banc durant la majeure partie de la saison.

 

L’autre belle performance est à mettre au crédit des Minnesota Timberwolves, mais ces derniers ne sont pas allés au bout de leur idée en terminant à seulement 5 points d’une équipe des Warriors, qui semblait également fatiguée après la débauche d’énergie laissée dans le choc au sommet de samedi soir. Dès le premier quart-temps, on savait que ce serait dur pour Golden State face à une équipe pétrie de talent. Des Splash Brothers très maladroits et des joueurs en feu mettent la franchise des Wolves sur le bon chemin. Si les Warriors se retrouvent devant à la mi-temps (61/58), c’est grâce à l’apport non-négligeable de Draymond Green qui insufle (Encore une fois !) une énergie positive aux siens. Dans un troisième quart-temps dans lequel les Warriors se montrent maladroits, les équipes terminent à égalité à l’entame de l’ultime période. C’est grâce au vécu collectif que Golden State se maintient dans le match. Face à l’intensité défense de leurs adversaires, les joueurs de Minnesota ont tendance à chercher la solution individuelle alors qu’ils réalisent une belle prestation sur le plan collectif, c’est notamment le cas d’Andrew Wiggins, pourtant auteur d’une belle performance. Portés par une énergie retrouvée, les Warriors prennent l’avantage pour ne plus lâcher alors que pour les Wolves, ce match est porteur d’espoir pour la saison prochaine, où, avec un joli tour de draft, ils seront attendus au tournant. Il faut retenir leur belle performance dans cette rencontre, notamment sur le plan collectif : 24 points, 11 rebonds pour Karl-Anthony Towns, 20 points et 11 passes pour Ricky Rubio, 25 points pour Andrew Wiggins et 19 points pour Zach LaVine. Du côté des joueurs de la baie, Draymond Green termine la rencontre avec 24 points, 9 rebonds et 6 passes alors que Stephen Curry est loin de ses standarts de la saison avec 19 points et 11 passes…

 

Dans cette course aux playoffs, Chicago s’impose contre l’éternel déception que sont les Sacramento Kings : 109 à 102. Ils profitent du retour de Pau Gasol pour assoir leur domination. Le véritable bâtisseur de la victoire, c’est Derrick Rose qui est éblouissant durant un rush au cours duquel Chicago inflige un 10 à 0 à leurs adversaires du soir, qui étaient pourtant dans le match durant la plus grande partie de la rencontre. C’est la défense suspecte du cinq majeur des Sacramento Kings qui semblent avoir fait la différence… De plus DeMarcus Cousins s’est montré trop maladroit (8 pertes de balles !) pour mener les siens vers la victoire malgré une ligne de statistiques plus qu’impressionnantes : 19 points et 18 rebonds. Dans le même temps, Darren Collison et Rudy Gay inscrivent respectivement 19 et 18 points. A Chicago, Derrick Rose inscrit 18 points, tout comme Taj Gibson, particulièrement productif depuis son entrée dans le cinq majeur de l’équipe. Pau Gasol cumule 14 points et 14 rebonds.

 

Milwaukee n’a pas su saisir sa dernière chance de pouvoir accrocher le dernier strapontin pour les playoffs alors qu’ils menaient à 30 secondes de la fin de la rencontre, les opposant au Detroit Pistons. C’est Andre Drummond qui a finalement sauvé son équipe dans cette fin de match épique. Malgré deux tentatives de lancers-franc de Jerryd Bayless à moins de dix secondes du terme, ils n’arrivent pas à conclure le match et permettent à l’équipe de Detroit de s’accrocher dans cette fameuse course aux playoffs. Andre Drummond termine la rencontre avec 14 points et 16 rebonds, il fut bien secondé par Marcus Morris et ses 23 points tandis qu’en face, il faut une nouvelle fois souligner la grande performance de Giannis Antetokoumpo avec ses 21 points, 12 rebonds et 5 passes auxquels Khris Middleton ajoutent 27 unités.

 

La performance de la nuit est à mettre au crédit de LeBron James, auteur d’un triple-double dans la victoire des siens face à la belle surprise de cette fin de saison : les Denver Nuggets. Rien n’a pu endiguer la marche en avant des Cavaliers lors de ce match où les Nuggets s’inclinent de 33 points. Un match à sens unique dès le deuxième quart-temps où l’intérêt aura été de voir la démonstration de force du King, qui termine avec son deuxième triple-double de la saison en cumulant 33 points, 11 rebonds et 11 passes. Les français ont été transparents durant la rencontre.

 

  • Le joueur de la nuit : Jeremy Lin

 

Ombre ou Lumière ? Véritable joueur NBA ou simple coup de pub d’une moitié de saison ? Avec Jeremy Lin, on ne sait jamais quoi penser… Grande star d’une moitié de saison avec les New York Knicks durant laquelle il a été une véritable révélation, sa hype s’est éteinte au fil des années malgré des performances honorables. C’est le genre de joueur qui fait des coups… Quand il est chaud et que tout va bien, il peut relancer une équipe, voire les mener à la victoire, mais il est incapable de faire ça sur la durée, la faute à beaucoup de faiblesses dans l’organisation du jeu et sur les tâcches défensives. Pourtant lorsqu’on le voit jouer comme cette nuit, on se dit qu’il est un véritable joueur NBA.

 

  • Le Loser de la nuit :  Jerryd Bayless

 

Louper ses deux lancers-francs dans une fin de match haletante alors que son équipe n’a plus aucune cartouche à griller pour espérer se qualifier en playoffs, c’est quand même rageant. Ce n’est pas de sa faute si l’équipe de Milwaukee a déçu toute la saison, ce n’est pas sa faute s’ils ne se qualifieront pas en playoffs… Mais, cette défaite peut être la sienne tant il est apparu emprunté tout au long de la rencontre, lui qui est censé amener une certaine expérience à cette jeune équipe des Bucks…

 

  • Les résultats NBA :

 

CHARLOTTE 91 SAN ANTONIO 88

CLEVELAND 124 DENVER 91

INDIANA 91 PHILADELPHIE 75

BOSTON 107 ORLANDO 96

DETROIT 92 MILWAUKEE 91

ATLANTA 102 WASHINGTON 117

CHICAGO 109 SACRAMENTO 102

MINNESOTA 104 GOLDEN STATE 109

PHOENIX 97 MEMPHIS 103

Ailleurs sur le web