157

online

Home Sweet Home : Portland

Home Sweet Home : Portland

  

Et si les joueurs NBA revenaient dans leur région de naissance... Pendant le mois d'août, Inside Basket vous propose un grand voyage à travers les Etats Unis pour découvrir à quoi ressembleraient ces franchises. Aujourd'hui, escale dans l'état de l'Oregon.

  • Meneur : Terrell Brandon

Stats : 13.8 points/3.0/6.1 passes

Record contre les Blazers : 30 points, 11 passes, 4 rebonds le 01/04/01

 

Terrell Brandon fut drafté par les Cavaliers. Il est l’un des joueurs phares de cette équipe lors des années 1990. Deux fois All Star en 1996 et 1997, il fut élu NBA sportmanship. Il est présent au Hall of Fame de l’université d’Oregon. Doté d’un très bon premier pas, c’était un joueur très complet. Le magazine Sports Illustrated n’a pas hésité à le présenter comme le « best point guard in the NBA » dans l’un de ses articles. Néanmoins, sa carrière ne fut pas à la hauteur de son talent malgré de réelles qualités. Il fut notamment impliqué dans un énorme transfert concernant Stephon Marbury, Sam Cassell et lui-même. Il reste un joueur emblématique des Cavaliers pré-LeBron James.

 

  • Arrière : Mike Newlin

Stats : 14.9 points/3.0 rebonds/4.0 passes

Record contre les Blazers : 29 points, 6 rebonds, 6 passes le 25/02/77

 

Mike Newlin est l’une des figures emblématiques des Rockets des années 1970. Cet arrière au shoot soyeux réalise un début de carrière probant au sein de la franchise qui l’a draftée même si ce n’est pas l’âge d’or de Houston. Après quelques saisons au sein de l’université d’Utah, il s’est imposé au sein du monde professionnel grâce à de grosses qualités offensives. Fort joueur en pénétration et capable de dégainer à mi-distance, il possédait tous les fondamentaux du basket moderne. Il a néanmoins atteint les Finales NBA en 1977. C’est pourtant en 1981 qu’il réalise sa meilleure saison sous les couleurs des New Jersey Nets avec 21.4 points inscrits par rencontre. Joueur complet, il peut se décaler sur le poste de meneur de jeu grâce à un très bon QI basket.

 

  • Ailier : Terrence Ross

Stats : 9.6 points/2.6 rebonds/1.9 passes

Record contre les Blazers : 26 points, 5 rebonds, 2 passes le 02/01/13

 

Huitième choix de la draft 2012, Terence Ross n’a toujours pas exploité son immense potentiel depuis son arrivée en NBA après deux saisons brillantes aux Huskies de Washington. Ses faits marquants ? Remporter un Slam Dunk Contest 2013 décevant grâce à ses qualités athlétiques hors-normes et inscrire 51 points (dont dix tirs primés) le 25 janvier 2014, devenant ainsi le codétenteur du record de points dans un match avec Vince Carter pour la franchise des Raptors. Très irrégulier au shoot, Toronto, ne croyant plus en lui l’a transféré lors de la dernière saison au Magic. La franchise d’Orlando semble croire en lui. Dans un effectif faiblard, il peut tirer son épingle du jeu et exploser aux yeux de tous la saison prochaine.

 

 

  • Ailier-fort :AC Green

Stats : 9.6 points/7.4 rebonds/1.1 passes

Record contre les Blazers : 31 points, 8 rebonds, 4 passes le 19/11/93

 

AC Green est un local. Formé à l’Oregon State Université, cet ailier-fort (ou ailier) détient le record du nombre de matchs joués consécutivement avec 1192 rencontres disputées sans en louper aucune. Ce qui est d’autant plus remarquable, c’est qu’il ne jouait pas les bouts de matchs, mais plus de vingt minutes de moyenne. Réputé pour avoir une santé et une hygiène de vie remarquable, son record n’est pas prêt d’être battu alors que les franchises tentent de plus en plus de faire reposer leurs meilleurs joueurs. Très bon lieutenant, il a réalisé une carrière honnête ponctuée par une sélection au All Star Game en 1990. Triple champion NBA en 1987, 1998 et 2000, ce défenseur et rebondeur de haute-voltige est le seul joueur, avec Kareem Abdul-Jabbar, à être sacré champion à 14 ans d’intervalle. Chapeau !

 

  • Pivot : Mel Counts

Stats : 8.3 points/6.0 rebonds/1.4 passes

 

Drafté par les Celtics, l’intérieur est sur le banc lors des titres 1965 et 1966 en tant que backup de Bill Russell. En 1967, il est échangé aux Bullets. Au cours de cette même saison, il est envoyé aux Lakers. Avec cette nouvelle franchise, il atteint trois fois consécutives les Finales NBA. Malheureusement pour lui, on se souviendra de Mel Counts pour cette décision controversée du coach Butch van Breda Kolff. Ce dernier, alors que les Lakers étaient en Finales NBA contre les Celtics, a sorti Wilt Chamberlain pour une douleur au genou, à six minutes de la fin du Game 7 des Finales NBA. Les Lakers, menés, reviennent à un point grâce à Counts, mais ils perdent le match et la Finale. Wilt Chamberlain n’est jamais rentré sur le terrain alors qu’il s’estimait apte à le faire. Le coach fut viré l’année suivante…

 

  • Le banc :

 

Danny Ainge : 11.5 points/2.7 rebonds/4.0 passes

Record contre les Blazers : 32 points, 9 passes, 2 rebonds le 14/08/89

Chico Vaughn : 11.9 points/2.5 rebonds/2.1 rebonds

Dave Gambee : 10.6 points/5.2 rebonds/1.0 passe

Terrence Jones : 10.5 points/5.7 rebonds/1.0 passe

Record contre les Blazers : 17 points, 12 rebonds le 11/03/15

Richard Washington : 9.8 points/6.3 rebonds/1.2 passes

Record contre les Blazers : 21 points, 9 rebonds, 3 passes le 21/12/76

 

Comme la majeure partie de l’équipe des joueurs issus de l’Oregon, le banc ne fait pas rêver. Danny Ainge est probablement la star de cette second unit. Désormais GM des Celtics, il fut un meneur de jeu gestionnaire de qualité au sein de la franchise des Celtics. Pour autant, ce n’est pas un joueur capable de coup d’éclat impressionnant (ce qui est différent en tant que GM). Chico Vaughn l’accompagne à l’arrière. Joueur de banc à son arrivée à NBA, il a notamment tourné à près de vingt points de moyenne lorsqu’il a joué en ABA. Il remporte le titre en 1969 avec son équipe de Detroit. Bon shooteur, il a pu performé au sein de cette ligue où les exigences étaient moindres. A l’aile Dave Gambee est un contemporain de Vaughn. Il a enchaîné cinq saisons consécutives à plus de dix points de moyenne entre 1960 et 1965, soit l’apothéose de sa carrière. Il fut Champion NBA avec les Sixers en 1967, n’occupant qu’un rôle mineur dans la rotation. Fort rebondeur pour son poste, il ne possède pas de grosses qualités susceptibles d’en faire un titulaire. Terrence Jones n’est déjà plus un joueur NBA. Cet été, il vient de signer un contrat en Chine alors qu’il n’a que 26 ans. Formé à Kentucky, l’ailier-fort possède des qualités athlétiques et une panoplie offensive au-dessus de la moyenne. Vrai bon joueur au sein d’une rotation solide, il a été contraint de changer d’air à cause de trop nombreuses blessures malgré une dernière saison solide aux Pelicans. A l’intérieur, Richard Washington n’a disputé que six saisons en NBA dans les années 1970. Grand espoir du basket américain à sa sortie de l’université, il n’a pas connu une carrière à la hauteur de sa troisième place de draft. Bon rebondeur, plutôt correct en attaque, il s’est trop vite blessé pour pouvoir confirmer. Un vrai gâchis.

 

 

  • Le local de l’étape : Damon Stoudamire

Stats : 13.6 points/3.5 rebonds/6.1 passes

Record contre les Blazers : 29 points, 11 passes, 2 rebonds le 24 novembre 2011

 

Seul Damon Stoudamire pouvait être le local de l’étape. Après une énorme carrière universitaire au sein des Wildcats de l’Arizona. Il fut meilleur joueur universitaire lors de sa deuxième saison universitaire malgré sa petite taille (1m77). Drafté en septième position par les Raptors en 1995, il réalise une saison rookie de grande qualité où l’on peut observer son premier pas, son tir longue-distance fiable ainsi qu’un talent certain pour faire jouer les autres (9.3 passes). Il fut logiquement élu ROY. En 1998, il est transféré aux Blazers. Il y restera sept saisons. Jamais plus, il ne sera aussi fort qu’aux Raptors… Son temps de jeu fluctue mais il battra le record de points inscrits par un joueur des Blazers le 15 avril 2005 avec 54 unités. A cause d’un comportement fort répréhensible, l’histoire d’amour n’a jamais été au rendez-vous entre les Blazers et Stoudamire, d’où son transfert en 2005 après que la franchise ait recruté deux jeunes talents pour mener la franchise. Sa période Blazers fut notamment marquée par sa suspension de trois mois par son équipe due à sa consommation excessive de marijuana. Il fut l’un des pionniers de l’équipe des Jail Blazers. Culte.

 

 

Etape 29 : Utah
Etape 28 : Sacramento
Etape 27 : Oakland
Etape 26 : Los Angeles
Etape 25 : Phoenix
Etape 24 : Denver
Etape 23 : San Antonio
Etape 22 : Dallas
Etape 21 : Houston
Etape 20 : New Orleans
Etape 19 : Oklahoma
Etape 18 : Minnesota
Etape 17 : Toronto
Etape 16 : Milwaukee
Etape 15 : Chicago
Etape 14 : Indiana
Etape 13 : Detroit
Etape 12 : Cleveland
Etape 11 : Memphis
Etape 10 : Miami
Etape 9 : Orlando
Etape 8 : Atlanta
Etape 7 : Charlotte
Etape 6 : 
Washington
​Etape 5 : Philadelphie
​Etape 4 : Boston
​Etape 3 : New Jersey
Etape 2 : Brooklyn
Etape 1 : New York

Ailleurs sur le web
Votre avis ()