Goran Dragic, le facteur X

Goran Dragic - Miami Heat - NBA
Goran Dragic et Dwyane Wade, un tandem qui fonctionne à merveille
1637
lectures
Avis

Le meneur Slovène est sorti de sa boîte cette nuit pour arracher un Game 7 au Air Canada Centre. Plus responsabilisé, il semble être le facteur X de la série Heat vs Raptors.

Vivement que ça finisse... La série opposant les Raptors aux Heat est loin d'être la plus belle de ces demi-finales de playoffs... Pourtant, c'est la seule qui ira au Game 7 avec l'égalisation des Floridiens sur leur parquet. Cette victoire est due à une formidable performance de leur meneur de jeu Goran Dragic. Alors que Chris Bosh (depuis le début des playoffs) est blessé, tout comme Hassan Whiteside, les joueurs de Miami s'appuient en priorité sur les performances exceptionnelles de Dwyane Wade. A lui seul, il ne pourra faire tomber, cette (pourtant) faible équipe des Raptors, il l'a prouvé lors du Game 6. C'est pourquoi hier soir, le meneur est sorti de sa boîte à nouveau pour réaliser une magnifique performance en inscrivant 30 points. Il réalise une bonne série face à un Kyle Lowry et représente le facteur X de l'équipe de Miami. S'ils veulent l'emporter et rencontre en finale l'équipe des Cavaliers, il faudra compter à nouveau sur le meneur de jeu, sous-coté après une saison décevante...

 

Le Slovène est pourtant irrégulier en ce début de playoffs, notamment contre Charlotte, où il alterne le bon et le moins bon. Alors que son association avec Dwyane Wade dans le backcourt suscite encore de nombreuses interrogations, notamment vis-à-vis de leur complémentarité, les deux joueurs aimant tenir la gonfle dans les phases offensives et semblant souvent se marcher sur les pieds avec des points forts similaires, le joueur réalise une bonne série contre Toronto. Même défensivement, l'un et l'autre ne sont pas des foudres de guerre et ont eu du mal durant la saison régulière à limiter leurs adversaires directs. Pourtant, sur le papier, cette association est intéressante. Goran Dragic est un meneur confirmé en NBA. Il a réalisé de belles saisons sous le maillot des Phoenix Suns dans un jeu rapide qui lui convient bien, il est vrai qu'il n'avait pas la responsabilité d'organiser le jeu. Arrivé à Miami en court de saison régulière l'année dernière, il donne l'impression de toujours chercher ses marques dans le jeu plus lent proné par Erik Spoelstra. Capable de s'enflammer sur quelques matchs, il a du mal à endosser le costume du meneur organisateur dont a besoin Miami pour servir une multitude de joueurs capables d'inscrire des paniers. Avec une plétore de bons joueurs, il a pour mission initiale de distribuer les bons ballons... Avec l'éclosion d'Hassan Whiteside, la distribution du ballon devient son rôle principal, lui qui n'est pas un véritable distributeur type Rajon Rondo. On l'a forcé à jouer un peu contre-nature durant toute la saison, ce qui explique la déception des observateurs au vue de l'association potentielle entre les deux hommes et des dégâts qu'ils auraient pu causés.

 

Le résultat fut décevant mais le joueur est présent dans cette série alors que son équipe a besoin de toutes ses forces vives avec des blessés importantissimes dans le système de jeu des Floridiens. Pour lui, c'est le moment d'en profiter. Des occasions de faire la différence se présente de plus en plus, car il est devenu l'arme offensive numéro deux dans l'équipe du Heat. Dès lors que Dwyane Wade rentre moins ses tirs, c'est sur lui que repose la plupart des espoirs de Miami. Depuis le début de la série contre les Raptors, il prend à coeur ce nouveau rôle dans lequel il redevient lui-même avec la balle plus souvent entre les mains. Profitant d'une défense laxiste de Kyle Lowry, ses options sont multiples. Depuis le début de la série, il a l'opportunité de montrer que sa saison ne fut pas un échec et qu'il est un véritable bon joueur de la Grande Ligue (ce qu'il a déjà prouvé par le passé). Il le fait remarquablement dans les victoires du Heat. Le meneur, sans être aussi rayonnant que d'autres joueurs au même poste, a la faculté de jouer certaine situation de manière particulièrement juste, profitant des décalages créés par ses équipiers. C'est ce qui fait sa force. Dès lors qu'il a un peu d'espace, il joue juste. Par contre, si on commence à le presser, il a tendance à faire très (trop ?) rapidement la passe. C'est pourquoi les joueurs de Miami lui font confiance en lui posant de bons écrans afin qu'il puisse jouer son jeu, celui qui permettra aux siens de passer le cap des demi-finales. Ce qui nous amène à la performance de cette nuit, durant laquelle il a été tout simplement injouable.

 

Hier soir fut l'un des sommets de la carrière du Slovène en NBA. Souvent sous-coté, il a montré face à un All-Star qu'il a le niveau pour être le meneur titulaire d'une équipe capable d'aller en Finale de Conférence. Tout est en place pour qu'il soit l'homme du Game 7 contre ses mêmes Raptors, dont nous ne rappellerons pas une nouvelle fois la déception de les voir évoluer à un niveau aussi lamentable. Goran Dragic, dans un cinq very small ball, a l'opportunité de créer de multiples décalages grâce à un premier pas ultra-rapide. Il peut aussi profiter de ceux offerts par ses équipiers. Cette nuit, il l'a fait. Les Raptors ont souvent été perdus. Ils ne savaient pas contre qui défendre. Goran Dragic en a bien profité, pour mettre en évidence ses grosse qualités offensives. Il a été in the zone, notamment durant la deuxième mi-temps. Le joueur, malgré un caractère compliqué, s'est rarement plaint de sa situation à Miami (ce qui n'était pas le cas à Phoenix). Il sait qu'il joue avec des stars NBA, des joueurs confirmés d'un calibre All-Star pour la plupart. Même si on ne sait pas à quelle place il est sur l'échiquier du jeu floridien, il semble qu'en ces moments compliqués, il soit l'un des gros atouts d'Erik Spoelstra pour aller chercher une qualification. Pour cela, il devra se montrer aussi inspirer lors du premier match. Le meneur montre qu'il a les qualités mentales nécessaires pour faire la différence dans les moments compliqués. Avec deux joueurs capables d'être aussi clutchs, Miami a raison de croire en ses chances dans cette série particulièrement équilibrée. A lui de saisir sa chance et d'être l'un des (trop peu) héros de ces playoffs. Le Slovène rayonne dans la difficulté. A lui de suivre la voie tracée par Dwyane Wade...

 

Goran Dragic est un vrai bon joueur NBA. Pour le montrer, il faut qu'il soit responsabilisé. Dans cette équipe de Miami, c'est compliqué. Mais avec quelle autre équipe pourra-t-il aller en Finale de Conférence ? Probablement aucune ! Qu'il en profite en menant les siens vers l'équipe des Cavs en continuant saisir les chances qui lui sont offertes. Personne ne lui en voudra de nous permettre de voir un duel opposant Dwyane Wade et LeBron James

 

Allez Goran, mange Kyle Lowry une dernière fois histoire de sortir cette équipe des Raptors si décevante. Que la force soit avec toi. 

Ailleurs sur le web