Golden State étouffé par les Spurs !

3471
lectures
Avis

Le match de la nuit oppose Golden State à San Antonio et ce sont les seconds nommés qui s'imposent au terme d'un duel épique de férocité et d'intensité.

Rares sont les matchs d’une telle intensité. La rencontre opposant les Warriors aux Spurs ne rentrera pas dans l’histoire pour son festival offensif mais plutôt pour le jeu d’échec défensif opposant les deux plus grands coachs actuels de la NBA : Gregg Popovich et Steve Kerr. C’est bien le premier nommé qui va remporter la partie 87 à 79 pour que San Antonio enchaîne une 44ème victoire consécutive à domicile. La défense des Spurs a eu raison de la vista offensive de Stephen Curry et de ses troupes… Dès le premier quart-temps, le deuxième match entre deux équipes réalisant une saison historique débute. Petite surprise : Boris Diaw est titulaire à la place de l’inusable Tim Duncan pour profiter au maximum de l’absence de l’intérieur australien Andrew Bogut, remplacé dans le cinq majeur par Harrison Barnes. Le premier quart est marqué par de nombreuses approximations et des Splash Brothers éteints par la défense collective des Spurs. Le score est de 18 à 17 dans un duel de playoffs âpre et rugueux. Grâce à cinq points consécutifs de Kawhi Leonard, San Antonio mène 38 à 28 en milieu dans de deuxième quart-temps, confirmant l’impression visuelle du match, les Spurs sont au-dessus en ce début de match. A la mi-temps le score est 43 à 37 pour les joueurs de Popovich. Le résultat est édifiant, les Warriors réalisent leur pire première moitié de match depuis le début de la saison régulière, les Splash Brothers sont à 0 sur 8… Au retour des vestiaires, Golden State joue plus rapidement et ils reviennent dans le match sous l’impulsion d’un Draymond Green inspiré. A l’entame de l’ultime manche, le score est de 65 partout grâce à l’égalisation de LaMarcus Aldridge, qui réalise un festival offensif à l’intérieur. C’est à 7 minutes de la fin que la première différence grâce à deux services de Tony Parker, impérial en défense durant la majeure partie de la soirée. San Antonio continue d’éteindre la production des shooters de Golden State pour conserver un écart durant ce dernier quart-temps. Les Warriors s’inclinent pour la septième fois de la saison tandis que les Spurs montrent qu’ils seront de redoutables adversaires en playoffs pour s’opposer à Stephen Curry et sa bande et leur rêve de back-to-back. Le meneur, futur MVP de la saison s’est troué en terminant avec 14 points (à 4/18 aux tirs dont 1/12 à 3 points), 6 rebonds et 6 passes, extrêmement bien défendu par Danny Green (10 points). Seul Draymond Green avec 11 points, 9 rebonds et 8 passes a été à son véritable niveau dans cette opposition même s’il n’a jamais réussi à conteni LaMarcus Albridge, auteur d’une solide performance avec 26 points et 13 rebonds, bien aidé par Kawhi Leonard et ses 18 points et 14 rebonds. Le choix de titulariser Boris Diaw s’est avéré payant pour Popovich, il termine avec 14 points et 8 rebonds.

 

 

Les Cavaliers, qualifiés en playoffs la nuit précédente, continuent d’afficher les performances irrégulières en cette fin de saison. Vu ce qu’ils montrent actuellement, ils ne pourront rivaliser contre les deux mastodontes de la Conférence Ouest. Une défaite supplémentaire pour les équipiers de LeBron James, battus 122 à 101, contre son ancienne équipe du Miami Heat, qui se rapproche un peu plus de la qualification avec une quarantième victoire.  C’est en fin de premier quart-temps que Miami va faire un break alors que le début de rencontre était équilibré, Miami accélère et le score est de 31 à 19 après douze minutes. Malgré un retour des Cavs à 4 points en milieu de deuxième quart-temps, le score est de 65 à 44 à la mi-temps et les joueurs de Cleveland ne sont déjà plus dans le coup. La défense des Cavaliers est toujours aussi poreuse avec en premier rideau un Kyrie Irving pas concerné et les trous se multiplient… Le Heat continue son spectacle à domicile et Dwyane Wade va dépasser la barre des 20000 points en carrière dans le troisième quart-temps. Le score est de 98 à 70 avant la dernière manche. Le match est perdu pour des Cavaliers qui montrent d’inquiétantes lacunes à l’aune des playoffs tandis que Miami, depuis l’arrivée de Joe Johnson et le replacement de Luol Deng en intérieur fuyant s’affirme comme la troisième force (Voire la deuxième) de la Conférence Est. Goran Dragic s’est amusé et retrouve un niveau de jeu plus que décent en cette deuxième partie de saison avec ses 18 points et 11 passes tandis que des Dwayne Wade devient le 41ème joueur de l’histoire a dépassé la barre mythique des 20000 points en carrière. Hassan Whiteside est toujours aussi bien utilisé en sortie de banc avec 16 points et 13 rebonds tandis que Josh Richardson, le rookie du Heat continue de surprendre avec 19 points inscrits. Du côté des Cavs, LeBron James est esseulé et inscrit 26 points en 27 minutes. Seul l’étonnant Richard Jefferson et ses 20 points avait décidé de s’impliquer… Attention à ne pas perdre la première place de la Conférence Est pour les Cavs.

 

L’autre équipe en forme, ce sont les Charlotte Hornets, qui mènent cette fin de saison tambour battant. Pour autant, les joueurs de Steve Clifford se sont inclinés contre une équipe qui n’a plus rien à espérer : les Denver Nuggets. Pour autant, l’équipe des Rocheuses enchaînent les belles performances depuis le All Star Break. Dès la première mi-temps, le manque d’implication des joueurs de Charlotte a été rédhibitoire. Ils s’inclinent 101 à 94 sans avoir montré grand-chose et devront se reprendre pour se qualifier en playoffs. C’est DJ Augustin, qui revit depuis son arrivée chez les Nuggets, qui a été formidable en inscrivant 24 points en sortie de banc alors que sept joueurs de l’équipes sont en double figure. Nos deux français portant le maillot de Denver ont été transparents avec aucun point inscrit alors qu’en face, seul Nicolas Batum a tenu les siens dans le match avec une ligne de stats impressionnante : 24 points, 9 passes et 8 rebonds.

 

C’est Atlanta qui fait la bonne opération de la soirée et qui profite de la défaite surprise des Hornets pour prendre la troisième place de la Conférence Est en s’imposant contre la déception de la saison : les Houston Rockets. Les Hawks sont à cinq victoires consécutives et leur collectif est toujours aussi bien huilé. Dans un match serré de bout en bout, les Rockets tiennent grâce à l’immense apport de Michael Beasley, qui terminera le match avec 30 points et 9 rebonds. Malgré cela, à l’approche du money time, les Texans vont imploser, la faute à Dennis Schroeder et Tim Hardaway.  Les Hawks concluent le match avec un 12 à 2 fatal dans les deux dernières minutes alors que Houston était à seulement un point à trois minutes de la fin. Le score final est de 109 à 97. Il faut reconnaître que cela fait plaisir de revoir Tim Hardaway jouer. Il termine la rencontre avec 20 points. Le collectif des Hawks est à mettre en avant (une nouvelle fois) avec six joueurs en double-figue. En face, James Harden a été absent dans le money time mais confirme qu’il est un homme de statistiques avec 25 points, 8 passes et 6 rebonds. La qualification n’est pas encore acquise pour les Rockets !

 

Pour autant les Utah Jazz n’ont pas réussi à profiter de la défaite des Texans… Ils s’inclinent 92 à 85 contre les Chicago Bulls, eux aussi à la lutte à la qualification en playoffs, mais dans la conférence Est. Ce sont les vieilles recettes qui font la différence. Avec un impact défensif retrouvé, les Bulls ont pu s’appuyer sur Taj Gibson (15 points et 10 rebonds) et Derrick Rose (22 points). Utah n’a jamais mené et seul Derrick Favors s’est montré à la hauteur de l’évènement en terminant la rencontre avec 24 points et 6 rebonds. Les playoffs s’éloignent pour le Jazz qui laisse beaucoup de cartouches en route.

 

C’est dans le dernier quart-temps que s’est jouée la rencontre entre Oklahoma City et Indiana. Pour une fois, le money time a tourné en faveur des joueurs du Thunder. Dans une fin de match dantesque, Russell Westbrook, auteur de son quatorzième triple-double de la saison (14 points, 11 rebonds et 14 passes), a été étonnant de précision. Il a bien fallu 33 points, 13 rebonds et 8 passes pour Kevin Durant afin de s’opposer dignement à un Paul George des grands soirs : 45 points et 7 rebonds.

 

  • Le MVP de la nuit :

 

Comment ne pas citer LaMarcus Aldridge ? Le joueur, lors de la première confrontation opposant les Warriors aux Spurs, avait été absent des débats. Recruté à l’intersaison pour être le deuxième leader de l’équipe, il s’implique de plus en plus dans le collectif texan. Son apport défensif est étonnant et Gregg Popovich lui dessine de plus en plus de systèmes. Son association avec Tony Parker fonctionne à merveille et il montre depuis le All Star Break qu’il n’a rien perdu de son toucher. C’est lui le facteur X des Spurs, qui va déterminer jusqu’où ils iront en playoffs. A ce niveau-là, la confrontation rêvée des finales de conférence risque de faire des étincelles.

 

  • Le loser de la nuit :

 

Oui on peut parler de lose pour lui cette nuit… Cela n’n fait pas pour autant le moins bon joueur de la nuit, loin de là. C’est Paul George auteur de 45 points inutiles dans la confrontation opposant les Pacers au Thunder. Le joueur connaît, depuis une dizaine de match, un second souffle salvateur. Impressionnant à mi-distance et en pénétration, il laisse également le jeu venir à lui derrière l’arc sans pour autant réchigner aux tâches défensives. Défendre sur lui a été un véritable casse-tête pour Oklahoma City. Quel dommage qu’il ne soit pas assez bien entouré… Avec un joueur de devoir supplémentaire, les Pacers seraient un véritable contender de la Conférence Est.

 

  • Les résultats de la nuit :

 

CHARLOTTE 93 DENVER 101

DETROIT 115 BROOKLYN 103

INDIANA 111 OKC 115

WASHINGTON 99 NEW YORK 89

ATLANTA 109 HOUSTON 97

MIAMI 122 CLEVELAND 101

CHICAGO 92 UTAH 85

MEMPHIS 113 LA CLIPPERS 102

SAN ANTONIO 87 GOLDEN STATE 79

Ailleurs sur le web