145

online

Équipe de stars universitaires qui n’ont jamais percé autant que souhaité...

Équipe de stars universitaires qui n’ont jamais percé autant que souhaité

  

La draft NBA réserve chaque année son lot de confirmations et de surprise. Drafter un joueur est une prise de risque pour chaque franchise. Rapide tour d’horizon des plus joueurs étant stars en université qui n’ont pas réussi à s’imposer en NBA.

Star en NCAA, shooter fou, pivot dominant ou encore joueur élégant, nombreux sont les espoirs déchus qui furent envoyé en D-League, en Chine ou qui restent sans club encore actuellement. Pour faire ce cinq majeur, j’ai décidé de prendre des joueurs qui pourraient évoluer à l’heure actuelle en NBA avec donc pour critère principal l’âge.

 

  • Alors voici le 5 majeur :

 

Jimmer Fredette (Actuellement en Chine, aux Shangaï Sharks avec le frenchy Guershon Yabusele). Star de l’université de Brigham Young, excellent shooter et marqueur fou, capable de prendre feu, il n’a jamais su s’imposer en NBA (choix 10 de la draft 2011) que ce soit aux Kings, Bulls, Pelicans ou aux Knicks. Capable de cartons réguliers à plus de 40 points en Chine, il prouve qu’il peut scorer, un petit documentaire de Vice Sport sur le phénomène :

 

 

OJ Mayo (Actuellement suspendu pour usage de produits dopants). Lorsqu’il sorti de l’University of Southern California (troisième choix de la draft 2008), OJ nourrissait les espoirs de nombreux observateurs, certains le voyant comme le nouveau Kobe Bryant, d’autres comme le nouveau "franchise player" des Grizzlies. Cependant, malgré deux bonnes premières saisons du côté du Tennessee, Mayo ne réussit pas à confirmer. Ayant retrouvé un rôle solide dans la rotation de Dallas, il fût transféré à Milwaukee lors de la saison 2013-2014. Aujourd’hui "banni" de la NBA, il doit travailler dur pour retourner à son niveau sophomore :

 

 

Michael Beasley (Actuellement chez les Milwaukee Bucks), tireur classieux, le 2ème choix de la draft 2008 a évolué au Miami Heat, aux Timberwolves, aux Suns avant de revenir à Miami puis de faire un passage par la Chine (par deux fois) et revenir à Houston puis au Bucks. Connu pour ses excès, notamment de consommation de stupéfiants, son hygiène de vie pas vraiment irréprochable a nourri de nombreux doutes dans la tête des staffs NBA. Capable de prendre feu, notamment en sortie de banc dans un rôle d’energizer ou de shooter fou, il reste tout de même aussi élégant à voir jouer notamment lors de tournoi de "streetball" ou en ligue d’été. En témoigne ces images :

 

 

Anthony Bennett (Actuellement chez les Brooklyn Nets) est le premier "first pick" de draft NBA à être envoyé en D-league. Retrouvez ici l’excellent article de Sylvain d’Inside Basket sur l’intéressé.

 

Hasheem Thabeet (Actuellement sans club). Deuxième choix de la draft 2009, le tanzanien de Connecticut était annoncé à 2 mètres 21 ! 2 mètres 21 ! Ce géant est notamment passé par les Grizzlies, les Blazers et le Thunder (entrecoupé de passages en D-League). Peut-être trop léger physiquement, pas assez de "move" au poste notamment, il ne réussit pas à se faire une place solide dans un effectif et ne devint jamais le nouveau grand pivot dominant que la NBA espérait. 

 

  • Mentions honorables :

 

JJ Reddick (choix 11 de la draft 2006). Joueur solide NBA, il est aujourd’hui connu pour être un shooter régulier alors qu’il était considéré comme une star à Duke lors de ses années "college". En témoigne cette vidéo de Duke Basketball :

 

Corey Brewer (choix 7 de la draft 2007), coéquipier de "Jooks" Noah à Florida où ils furent champions NCAA en 2006 et 2007. Il fut nommé "most outstanding player" NCAA en 2007, l’équivalent du MVP en NBA. Joueur polyvalent, précieux en fin de match, il a su s’imposer comme un joueur solide en NBA malgré les énormes espoirs qu’il suscitait.

 

 

Tyler Hansbrough (13ème choix de la draft NBA en 2009). Intérieur star aux Tar Heels de North Carolina, en 2008 il reçoit le trophée "Naismith Player of the Year ", champion NCAA en 2009 et plusieurs fois  "All American" ses statistiques sont sur la pente descendante depuis plusieurs années.

 

 

Austin Rivers (10ème choix de la draft 2012). Sélectionné par tous les plus gros camps de basketball outre-Atlantique mais également en sélection nationale, the "point god" est devenu sous les ordres de son père (Doc Rivers), le back-up de Chris Paul. Souvent considéré comme "fils à papa" ou trop arrogant, ses mixtapes permettent de passer le temps :

 

 

Greg Oden (1er choix de la draft 2007), miné par les blessures sa carrière NBA n’a jamais pu vraiment commencer. Admirez ces exploits en NCAA, où il fut finaliste de la March Madness en 2007 à Ohio State.

 

 

Adam Morrison. Aujourd’hui assistant coach à Gonzaga, son ancienne fac, le troisième choix de la draft 2006 est considéré comme un de plus gros "bust" de la draft. Ses blessures le conduire à s’exiler hors de la NBA jouant notamment pour l’Etoile Rouge de Belgrade et Besiktas. Pourtant le garçon disposait de solides fondamentaux en NCAA.

 

 

Dejuan Blair. Solide intérieur de Pittsburg, il est le premier joueur de son université à marquer 400 points et prendre 300 rebonds lors de sa première année en NCAA. Il fut un joueur de rotation solide dans la plupart des franchises par lesquelles il est passé. Notamment au Spurs.

 

 

Bonne lecture et n’hésitez pas à soumettre le vôtre sur le Forum Inside Basket, sur Twitter ou en commentaire.

Ailleurs sur le web
Votre avis ()