Bilan 2015-2016 : Toronto Raptors

Alors que la saison NBA est terminée et que la suivante a déjà débuté, il est temps de faire les bilans par équipe sur la saison 2015-2016. Voici celui des Raptors de Toronto.

  • La prédiction en début de saison

 

44 victoires pour 38 défaites

 

  • L'effectif

 

Meneurs : Kyle Lowry, Corey Joseph, Norman Powell

Arrières : DeMar DeRozan, Terrence Ross

Ailiers : DeMare Carroll, James Johnson, Bruno Caboclo

Ailiers-fort : Luis Scola, Patrick Patterson, Lucas Nogueira, Jason Thompson

Pivots : Jonas Valanciunas, Bismack Biyombo

 

  • Les chiffres de la saison

 

Bilan : 56 victoires pour 26 défaites

Classement : 2ème de la Conférence Est, vainqueur de la Division Atlantic

Attaque : 102,3 points marqués par match (12ème de la NBA)

Défense : 98,2 points encaissés par match (3ème de la NBA)

Meilleur Marqueur : DeMar DeRozan avec 23,5 points marqués par match

Meilleur Rebondeur : Jonas Valenciunas avec 9,2 rebonds par match

Meilleur Passeur : Kyle Lowry avec 6,4 passes par match

Meilleur Intercepteur : Kyle Lowry avec 2,1 interceptions par match

Meilleur Contreur : Bismarck Byombo avec 1,8 contres par match

Meilleur Pourcentage : Jonas Valanciunas avec 56,5% de réussite aux tirs par match 

 

  • La saison régulière 

 

En début de saison, le groupe des Raptors ne s'est pas mis en marche directement, avant de prendre la pleine mesure de son potentiel au bout d'un mois de compétition. Dès lors, les Raptors se sont élancés vers les sommets de la Conférence Est avec deux objectifs précis : dépasser les Cleveland Cavaliers pour devenir tête de série numéro 1 de la Conférence Est, puis franchir le cap qui leur est fatidique du premier tour de playoffs... Malgré un rapproché impressionnant, ils ne terminent qu'à une victoire de leurs rivaux de l'Ohio pour obtenir le titre honorifique de meilleure équipe de la saison régulière de la Conférence Est. Le jeu pratiqué par les joueurs de Dwayne Casey est particulièrement efficace. Etouffant en défense en dépensant une énergie de tout les instants face à leurs adversaires, ils s'appuient ensuite sur leur traction arrière pour mettre à mal les  équipes adverses. Cette saison, Kyle Lowry a franchi un nouveau palier en n'accusant aucun passage à vide après le All-Star Week-End. Il est devenu le leader sur le terrain avec cette faculté à bien partager la gonfle avec DeMar DeRozan. Plus que cela, il amène une capacité à prendre feu à 3-points que ne possède pas son compère. Il s'est même retrouvé propulser, à raison, en tant que meneur titulaire du All Star Game, ce qui n'est pas peu dire du niveau de performance du joueur. La saison de DeMar DeRozan fut dans la lignée de la précédente avec une capacité à obtenir de nombreuses fautes facilement tout en ne tirant que trop rarement à trois points... Il reste tout de même l'un des meilleurs à son poste. Hormis ces deux joueurs, ils n'ont pu compter sur DeMare Carroll, recrue phare de l'été précédent, blessé une majeure partie de la saison. Ni Terrence Ross, ni James Johnson n'ont pu compensé l'intensité défensive de l'ancien des Hawks. Toutefois, leur gros point noir restera ce poste d'ailier-fort, occupé tour à tour par Patrick Patterson et Luis Scola. Le premier est un peu tendre pour être propulsé titulaire d'une équipe en tête de titre tandis que le deuxième malgré ses atouts offensifs, porte le poids des âges sur son dos. Toutefois, leurs performances ont été honorables aux côtés de Jonas Valanciunas. Ce dernier doit encore franchir un palier mais il semble délaisser par la plupart des systèmes de Dwayne Casey alors qu'il a des mains en or et une influence défensive des plus convaincantes. Pour le remplacer, Bismack Biyombo a apporté énormément dans son rôle d'energizer en sortie de banc. Les bonnes surprises se nomment Norman Powell et Lucas Nogueira, qui ont apporté leur pierre à l'édifice alors qu'aucun observateur ne les attendaient en début de saison... 

 

  • Leurs playoffs

 

Comme à leur habitude, les Raptors ont commencé les playoffs de manière catastrophique. A croire que, malgré la ferveur de leur public, ils n'arrivent pas à se libérer dès qu'arrive la post season. Alors qu'ils rencontrent au premier tour l'équipe d'Indiana, tout à fait à leur portée tant leur manque de variété offensive est récurrent, leurs deux leaders explosent tandis qu'en face le seul Paul George leur donne une véritable leçon de basket. Poussé dans leurs derniers retranchements, ils peuvent compter sur un immense Jonas Valanciunas afin de grapiller des matchs et s'imposer sur leur parquet pour enfin passer le premier tour des playoffs sur le score de 4 à 3 face à une équipe survoltée. Alors que tout le monde s'attend à voir les joueurs se libérer durant le deuxième tour, tout aussi abordable, face aux Miami Heat, les Raptors déçoivent à nouveau et passent au bord de l'élimination, ils se retrouvent menés 3 victoires à 2 (comme au tour précédent) mais, une fois n'est pas coutume, ils peuvent compter sur un pugnace Kyle Lowry pour apporter son écot au scoring et à la création. DeMar DeRozan est toujours aux abonnés absents tandis que Jonas Valanciunas s'est blessé au Game 6 du tour précédent pour être remplacé par un énormissime Bismarck Byombo, gobeur de rebond hors pair, qui mettra hors d'état de nuire le phénomène Hassan Whiteside... Le Heat est fatigué tandis que les Raptors sont révoltés pour empocher une nouvelle fois un Game 7 dans leur salle et se retrouver face aux Cleveland Cavaliers pour les Finales de Conférence. Ils se retrouvent très facilement menés 2 à 0 avant d'avoir un sursaut d'orgueil pour gagner une manche, puis deux, mais leur mnque de cohésion ainsi que leur incapacité à tenir LeBron James auront raison de leurs efforts. Ils s'inclinent mais leurs playoffs resteront plutôt réussis malgré des hauts et des bas. C'est un étrange paradoxe que de se retrouver en Finales de Conférence tout en jouant aussi mal... Il faudra réfléchir à maximiser l'impact d'un joueur comme DeMar DeRozan, totalement fantômatique durant ces playoffs...

 

  • Les points forts 

 

- Un backourt digne meilleures équipes. Malgré leur incapacité à briller en playoffs, DeMar DeRozan et Kyle Lowry prennent un malin plaisir à maltraiter les défenses adverses en saison régulière. Leur faculté à combiner en fait l'une des meilleures paires d'arrières du pays.

- L'impact de Bismack Biyombo en playoffs. L'intérieur, après quelques saisons à Charlotte, était vu comme un joueur de complément. Il a prouvé dès sa première titularisation en playoffs qu'il pouvait être plus que cela. Véritable intimidateur sous les panneaux, il prend tous les rebonds. Il a d'ailleurs signé un pont d'or au Magic lors de l'intersaison

- Norman Powell. Le rookie a été l'une des révélations de cette saison avec cette faculté à apporter du scoring en sortie de banc grâce à une confiance en lui remarquable. 

 

  • Les points faibles

 

- La fragilité mentale à l'approche des playoffs. On le dit, on le répète, mais les Raptors en ont une phobie maladive. Dès qu'ils se retrouvent en post season, ils perdent leurs moyens et se mettent à déjouer complètement alors que leur faculté à prendre à la gorge leurs adversaires est significative en saison régulière. 

- Le poste d'ailier-fort. C'est ce qu'il leur a également manqué pour viser plus haut. Dès lors qu'ils sont confrontés à un poste 4 dominant, ils ne peuvent le retenir faute d'un joueur au profil d'un titulaire à l'intérieur. 

- Terrence Ross. Alors que leur joueur était censé prendre son envol cette saison après une année décevante, il s'est encore plus enfoncé dans la médiocrité avec des performances en dents de scie. Pour lui, c'est la fin de l'aventure à Toronto, il faut absolument partir autre part. 

 

  • Bilan global

 

Le bilan est tout de même bon pour cette équipe des Raptors, ils sont la deuxième meilleure équipe de la Conférence Est sans pour autant être brillants durant leur campagne de playoffs. Encore un ton en dessous des Cavs, ils peuvent progresser en recrutant un ou deux joueurs de complément sur des postes spécifiques. La prochaine marche à franchir est toutefois la plus compliquée. Il faudra se relâcher la saison prochaine dans les matchs à enjeux quitte à être moins bon lors de la saison régulière. Dwayne Casey devrait également penser à donner plus de ballon au sous-côté Jonas Valanciunas. 

Ailleurs sur le web