Bilan 2015-2016 : Orlando Magic

Alors que la saison NBA est terminée et que la suivante a déjà débuté, il est temps de faire les bilans par équipe sur la saison 2015-2016 : Voici celui du Magic d'Orlando

  • La prédiction en début de saison

 

35 victoires pour 47 défaites, en plein dans le mille pour le coup (Notre preview à lire/relire ici)

 

  • L'effectif

 

Meneurs : Elfrid Payton, Brandon Jennings (arrivé en février), CJ Watson

Arrières : Victor Oladipo, Shabazz Napier, Devyn Marble

Ailiers : Evan Fournier, Mario Hezonja

Ailiers-fort : Tobias Harris (transféré en février), Channing Frye (transféré en février), Ersan Ilyasova (arrivé en février), Aaron Gordon

Pivots : Nikola Vucevic, Dewayne Dedmon, Jason Smith

 

  • Les chiffres de la saison

 

Bilan : 35 victoires, 47 défaites

Classement : 20ème de la NBA, 11ème de la Conférence Est, 5ème de la Southeast Division

Attaque : 102.1 points marqués par match (18ème de NBA

Défense : 103.7 points encaissés par match (18ème de NBA)

Meilleur Marqueur : Nikola Vucevic avec 18.2 points par match

Meilleur Passeur : Elfrid Payton avec 6.4 passes par match

Meilleur Rebondeur : Nikola Vucevic avec 8.9 prises par match

Meilleur Intercepteur : Victor Oladipo avec 1.6 interception par match

Meilleur Contreur : Nikola Vucevic avec 1.1 contre par match

Meilleur Pourcentage : Dewayne Dedmon avec 55.9% de réussite aux tirs

 

  • La saison régulière

 

En reconstruction depuis le départ de Dwight Howard en 2012, Orlando truste les bilans négatifs, coincé dans le ventre mou de la Conférence Est. L'arrivée sur le banc de Scott Skiles et la progression des jeunes cadres de l'effectif devaient changer la donne cette saison. Le Magic réalise effectivement un départ canon en améliorant significativement sa défense. Evan Fournier et Nikola Vucevic se montrent clutch à plusieurs reprise et fin décembre, les Floridiens sont plus que jamais dans la course aux playoffs (19 victoires pour 13 défaites). Résultats à nuancer cependant puisque le Magic ne remporte que 2 victoires contre les équipes du Top 8 à l'Est.
 

La suite du calendrier leur sera moins clémente. Le collectif s'effrite et le manque d'expérience se fait ressentir. Les mois de janvier et février seront catastrophiques avec un bilan cumulé de 7 victoires pour 19 défaites. En pleine déconfiture, le front office tente un électrochoc à la trade deadline en échangeant Tobias Harris contre Brandon Jennings et Ersan Ilyasova, deux anciennes connaissances de Scott Skiles. Le but : ramener de l'expérience dans le vestiaire pour faire un rush final. Orlando retrouve le chemin du succès mais insuffisant toutefois pour tamponner son billet pour la post-saison. Le head coach en profite tout de même pour changer son 5 majeur en accordant une place à Aaron Gordon. Le sophomore s'éclate en fin de saison avec une ligne de stats convaincante en tant que titulaire : 11.1 points, 8.2 rebonds, 2.2 passes.

 

Le plus jeune effectif de la saison, un avenir prometteur. En tout début de saison, nous aurions été tenté de miser une piécette sur le site Bovada Casino, très bon site de Gambling noté 4,3 sur 5, qui classe magnifiquement les meilleurs sites dédiés au Casino en ligne.

 

  • Les points positifs

 

Cocorico ! Le frenchie Evan Fournier a confirmé son statut de starter indiscutable en Floride. Troisième menace offensive (15.4 points), il est surtout le shooteur attitré de la franchise. Avec 40% d'adresse longue distance pour un volume de tirs important (156/390), Fournier est devenu une menace permanente derrière l'arc.

 

Nikola Vucevic est un véritable métronome dans la raquette. Gêné par des pépins physiques, le géant monténégrin a tout de même engrangé 27 double double en 65 matchs et a réalisé deux buzzer beaters loin de sa zone de confort.

 

Stuff le dragon est redevenu la mascotte la plus célèbre de la NBA. Lors du Slam Dunk Contest, Stuff a servi de partenaire à Aaron Gordon pour des dunks qui font désormais partie de la légende du concours. Dans un bras de fer d'anthologie contre Zach LaVine, Gordon a réussi à relancer une compétition qui arrivait à bout de souffle. Athlétique, aérien, puissant et créatif, l'ailier du Magic a époustouflé la planète basket lors du All Star Game.

 

  • Les points négatifs

 

Le duo Elfrid PaytonVictor Oladipo n'arrive pas à cohabiter. Bon défenseur et passeur, Payton est un piètre shooteur (32,6% à 3pts et un atroce 59% aux LF) tout comme Oladipo qui ne dépasse pas les 35% derrière l'arc. Avec ce backcourt, Orlando ne pointe qu'à la 25ème place à l'Offensive Rating. Sans doute, une des raisons, pour lesquelles Scott Skiles a choisi de bencher Oladipo en fin de saison.

 

Plusieurs bons joueurs ne remplacent pas un franchise player. Le Magic manque d'une pierre angulaire en attaque, l'homme providentiel par qui vient le danger. Sans hiérarchie établie en fin de match, Orlando s'en est remis trop souvent aux improvisations de Fournier ou Oladipo.

 

Attendu comme un joker offensif et un dynamiteur de défense, le rookie Mario Hezonja a déçu. Ses statistiques assez faibles pour un 5ème choix de draft (6.1 points, 2.2 rebonds et 1.4 passe) témoignent de son manque de confiance et d'implication dans les systèmes.

 

  • Bilan global

 

Auteur d'une bonne entame de saison, le Magic a montré ses limites dès le mois de janvier. L'effectif très jeune (22,5 ans de moyenne pour le 5 majeur) souffre de l'absence de cadres chevronnés à la lutte aux playoffs. Le general manager, Rob Hennigan a cherché en vain toute l'année des vétérans capables de motiver le vestiaire. Le front office donne l'impression de ne pas laisser le temps au groupe de s'épanouir. Après avoir offert un pont d'or à Tobias Harris l'été dernier, le Magic le transfère à la trade deadline. Exit aussi, Channing Frye, l'atout expérience qui devait sceller le collectif. Autre secteur défaillant, l'adresse longue distance. Dans un jeu de plus en plus tourné vers le tir extérieur, seul Evan Fournier émerge à plus de 100 tirs à 3 points rentrés. Pour conclure une saison en demi-teinte marquée par de nombreux transferts, nouveau coup de tonnerre en Floride à la mi mai : Scott Skiles donne sa démission aux dirigeants, estimant ne pas être l'homme de la situation pour redresser la franchise. Une décision qui cache des désaccords entre le general manager et le head coach. Avec pas moins de sept nouveaux joueurs arrivés cet été et un nouvel entraîneur (Frank Vogel), le Magic a une fois de plus redistribuer les cartes de sa reconstruction.

 

Le Top 10 du Magic 2015-2016, par ici

Ailleurs sur le web