Atlanta Hawks : Des dunks et des contres en pagaille

En août, chaque jour, Inside Basket vous propose un 5 All-Time d'une équipe NBA. Aujourd'hui, voici les Atlanta Hawks.

  • Meneur de jeu : Mookie Blaylock

 

 

Mookie Blaylock est pour nous le meneur qui a le plus marqué l'histoire des Hawks. En sept saisons avec les aigles, il enregistre des moyennes de 14,9pts, 7,3pds, 4,6rbds et 2,6ints. Il est encore aujourd'hui le meilleur intercepteur de l'histoire de la franchise et le second passeur derrière Doc Rivers qui méritait lui aussi sa place ici. Malgré son petit mètre 85, Blaylock était réputé pour sa défense, l'une de meilleurs à son poste à cette époque. Le meneur a marqué les esprits, notament ceux des membres du groupe Pearl Jam qui souhaitaient à la base appeler le groupe Mookie Blaylock !

 

  • Arrière shooteur : Lou Hudson

 

 

L'autre numéro 23 bien évidemment ! Lou Hudson est le troisième meilleur scoreur des Hawks où il a passé onze saisons. Avec 22 points par matchs, 4,9 rebonds et 2,9 passes décisives, Lou ne vole pas sa place ici même si certains lui auraient préféré Pete Maravich. Mais Pistol Pete a bien plus sa place avec le Jazz d'après nous. Lou a bien failli ne jamais mettre les pieds sur un terrain NBA puisqu'en 1966, en plus de la draft NBA, il s'était aussi inscrit à la draft NFL où les Cowboys de Dallas l'avaient sélectionné. Sextuple All-Star, Sweet Lou termine sa carrière avec les Lakers chez qui il jouera deux ans avant de devenir coach dans un centre aéré de l'Utah. Suite à de nombreux problèmes cardiaques, le joueur nous a malheureusement quitté le 11 avril 2014.

 

  • Ailier shooteur : Dominique Wilkins

 

 

Dominique Wilkins aurait peut-être été LA star des années 90 si Michael Jordan n'avait pas été là. Meilleur marqueur de l'histoire des Hawks, The Human Highlights Film tournait à 26,4pts et 6,9rbds par matchs. Phénomène athlétique et technique, on se rappelle surtout de ses participations au Slam Dunk Contest où il atteint quatre fois la finale pour deux victoires. Comme beaucoup d'autres stars de cette époque, barrés par les Bulls, il ne manque qu'un titre NBA à Do'. Mais sa carrière n'est pas vierge de titre puisqu'il a remporté la médaille d'or avec Team USA au championnat du monde 1994. Il marquera aussi l'histoire du basket européen en remportant en 1996 avec le Panathinaïkos la coupe intercontinentale, la coupe de Grèce et l'Euroligue. Il a d'ailleurs été MVP de ces deux dernières compétitions. 

 

  • Ailier fort : Bob Pettit

 

 

Entre Do' et Lou, c'est Bob Pettit qui se glisse à la seconde place des scoreurs All-Time des Hawks. Petit seulement de nom, le joueur de 2m06 a passé l'intégralité de sa carrière avec les Hawks entre Milwaukee et Saint Louis. A l'époque où les contres et les interceptions n'étaient pas encore comptabilisés, Bob enregistrait des moyennes de 26,4pts, 16,2rbds et 3pds. Grace à lui, les Hawks ont obtenu en 1958 leur premier et seul titre à ce jour. Il a également atteint les finales NBA en 1957, 1960 et 1961 et a été MVP par deux fois, en 1956 et 1959. 

 

  • Pivot : Dikembe Mutombo

 

 

Il n'y a pas qu'à Denver que ses "Not in my House" retentissaient ! Jean-Jacques Dikembe Mutombo Mpolondo Mukamba wa Mutombo a laissé son emprunte de géant à Atlanta aussi. Le quadruple NBA Defensive Player Of The Year (deux fois avec Atlanta) passe cinq saisons en Georgie pour 11,9pts, 12,6rbds et 3,2ctrs par matchs. Il est encore aujourd'hui troisième meilleur contreur de la Franchise, ses talents défensifs rendent impossible la sélection d'un autre pivot que le Mont Mutombo.

 

Kevin Willis, pour ses onzes années à Atlanta et sa longévité en NBA (il a joué jusqu'à 44 ans) méritait lui aussi une place dans cette équipe... Mais entre Pettit et Mutombo, difficile de s'imposer. 

 

Pour accéder à tous les 5 All-Time d'Inside basket, c'est par là !

Ailleurs sur le web